Getty Images

Worley : "Je ne visais qu'une chose : foncer dans la pente"

Worley : "Je ne visais qu'une chose : foncer dans la pente"

Le 28/10/2017 à 17:10Mis à jour Le 28/10/2017 à 17:12

COUPE DU MONDE - Satisfaite de sa deuxième place lors du géant d'ouverture derrière l'Allemande Viktoria Rebensburg samedi, Tessa Worley a quitté Sölden avec "plus de certitudes" qu'en arrivant en Autriche. La Française, qui a montré son vrai visage en seconde manche, donne déjà rendez-vous à Killington, dans un mois. On a hâte d'y être...

Si le géant de Sölden a permis à des revenantes (Lindsey Vonn, Lara Gut, Taïna Barioz) de retrouver quelques sensations après une absence prolongée, il a aussi idéalement lancé l'hiver de Tessa Worley. Dauphine de Viktoria Rebensburg, la skieuse du Grand-Bornand a accroché un podium qui se refusait à elle depuis une décennie. De quoi commencer sa saison de la meilleure des manières.

Trop prudente, trop gentille, consciente d'avoir manqué d'énergie sur la première manche et "énervée" contre elle-même, Worley a sorti le grand jeu ensuite et corrigé le tir de la meilleure des manières. "C'est toujours spécial la première course de la saison, a reconnu la Française de 28 ans. J'étais un peu stressée sur le premier parcours et j'ai été trop gentille. Le matin, j'ai été en ballottage entre la Tessa mentalement très forte et celle qui doute. Ce ballottage m'a, malheureusement, été défavorable. Il a fallu que je retrouve mes automatismes et vraiment jouer, a-t-elle ajouté au micro d'Eurosport. Autres sensations et autre résultat. En seconde manche, Worley a changé de visage pour corriger le tir : "Le tracé était rythmé mais assez simple. Je ne visais qu'une chose : foncer dans la pente."

" Je n'ai pas de regrets sur cette deuxième place"

Devancée par Rebensburg en Autriche, Worley, qui restait sur une 6e place à Sölden (son plus "mauvais" résultat lors du dernier exercice) et qui n'avait jamais fait mieux que 4e ici-même, a joué les bonnes "perdantes" : "Viktoria, c'est quelqu'un que j'apprécie beaucoup, a estimé la double championne du monde de géant. Je l'aime beaucoup. C'est une athlète entière. On s'entend très bien et on se souhaite à chaque fois notre anniversaire (les deux skieuses sont nées toutes deux le 4 octobre 1989)."

Même l'infime différence (0"14) qui l'a privée d'un 12e succès sur le circuit, n'a pas gâché sa journée : "Je n'ai pas de regrets sur cette deuxième place malgré les faibles écarts, a confié Worley à L'Equipe, je suis déjà très contente de démarrer l'hiver de cette manière." Et d'ajouter à Eurosport : "Je sais exactement où j'ai laissé des centièmes. Mais je repars de Sölden avec un peu plus de certitudes et plus de convictions qu'avant d'arriver. Maintenant, je vais me remettre au travail et essayer d'enchaîner à Killington." Le rendez-vous est pris pour fin novembre. D'autant que la Française y avait levé les bras il y a un an. Une habitude qu'elle aimerait reprendre très vite.

0
0