Beat Feuz n'a pas craqué. Incroyable de régularité depuis le début de l'hiver, le Suisse a pris la 6e place de la descente des finales de Soldeu. Un résultat suffisant pour lui permettre de remporter son deuxième petit globe consécutif dans la discipline. Seul skieur à pouvoir encore le priver de cristal, Dominik Paris n'aura rien à se reprocher ce mercredi et peut se consoler avec une nouvelle victoire, la sixième de l'hiver et la quatrième en descente, acquise devant le Norvégien Kjetil Jansrud (+0''34) et l'Autrichien Otmar Striedinger (+0''41).
Parti avec le dossard 5, Paris a fait principalement la différence sur le bas du parcours pour prendre provisoirement la tête avec une très large avance sur Matthias Mayer (11e à 0''86). Sa 15e victoire en carrière ne faisait déjà plus vraiment de doute. Mais le suspense demeurait toujours pour le petit globe. Avec 80 points de retard sur Feuz avant cette dernière descente de l'hiver, Paris devait absolument terminer 1er ou 2e pour laisser vivre le mince espoir d'un renversement de pouvoir. Le Transalpin venait donc de faire sa part de travail. Mais Feuz finira aussi par faire la sienne.
Soldeu
Pour les Bleus, la nouvelle heure de gloire du slalom est arrivée
18/03/2019 À 08:53

Avec puissance et précision, Paris a encore eu tout bon pour signer un nouveau succès

Feuz, ou la régularité récompensée

En piste avec le dossard 7, le champion du monde 2017 s'est d'abord fait peur. Au 3e intermédiaire, il n'avait que le 14e temps provisoire. Une place qui, à l'arrivée, aurait été insuffisante pour conserver son dossard rouge. Mais Feuz a su hausser le ton sur le bas du tracé pour finalement s'emparer de la 6e place provisoire, à 64 centièmes de Paris.
Le voilà récompensé de son immense saison. Entre sa 6e place en ouverture à Lake Louise et celle-ci en Andorre, Feuz est toujours monté sur la boîte. Soit six descentes de rang sur le podium, dont une victoire à Beaver Creek. La régularité, c'est justement ce qui a manqué à Paris. Vainqueur de quatre des cinq dernières descentes, son début de saison a en revanche été trop imparfait. Ses trois courses hors du top 10 ont coûté trop cher au moment de faire les comptes. Il lui manquera finalement 20 points pour s'offrir le premier petit globe de sa carrière.

Feuz : "Je suis monté sur quasiment tous les podiums, la régularité a payé"

Pas de top 10 côté français. Qualifié in-extremis pour les finales, Matthieu Bailet a pris la 12e place, juste devant Johan Clarey (13e). Il s'agit de son deuxième meilleur résultat en carrière après sa 6e place à Bormio. De bon augure pour la saison prochaine. Troisième Français engagé, Adrien Théaux n'a lui jamais trouvé la clé sur la piste Aliga (20e), qui accueillait pour la première fois une épreuve messieurs de Coupe du monde.
Soldeu
Pour sa dernière, Neureuther s'est offert un beau jubilé et une magnifique ovation
17/03/2019 À 13:45
Soldeu
Noël se fait peur mais conserve son avance : sa deuxième manche en vidéo
17/03/2019 À 13:06