Son sacre était attendu. Quasiment annoncé. Ultra-favorite, Lindsey Vonn a répondu présent lors de l'épreuve reine. Partie avec le dossard n°16, l'Américaine s'est imposée devant sa compatriote Julia Mancuso et l'Autrichienne Elisabeth Goergl. Ce succès sur la descente des JO de Vancouver permet à la meilleure skieuse de la planète de s'offrir le premier titre olympique de sa carrière, la seule récompense qui manquait à son formidable palmarès.

Pour briller sur cette piste si difficile de Whistler, il fallait faire preuve de caractère, d'engagement et posséder un physique hors-norme. Depuis quelques années déjà, on sait que Lindsey Vonn possède toutes ces qualités. Sur un tracé impitoyable qui en a puni plus d'une ce mercredi, l'Américaine a signé un run quasi-parfait pour devenir la première skieuse de son pays à décrocher l'or olympique en descente. C'est sur le haut de la piste que l'Américaine a fait la différence. Sur la ligne, elle a mis quelques dixièmes entre elle et la concurrence : Julia Mancuso, championne olympique de géant en 2006, est pointée à 0"56, tandis qu'Elisabeth Goergl a terminé au-delà de la seconde (1"46).

"MMA" tout près du podium

"Je vis l'un des moments les plus incroyables de la vie. Quand j'ai passé la ligne et vu mon nom devant celui de Julia, c'était une immense émotion", a déclaré la médaillée d'or. Touchée à un tibia le 3 février dernier, Lindsey Vonn a rapidement été rassurée quand elle s'est élancée. Un temps incertaine, la skieuse de Park City, victorieuse à cinq reprises sur les six descentes de l'hiver, a finalement tenu son rang. En pouvait-il en être autrement tant l'Américaine est supérieure à ses adversaires ? Citée parmi les favorites, Anja Paerson a longtemps été en course pour une place sur la boîte. Pointée avec le deuxième temps intermédiaire avant le saut final, la Suédoise a été victime d'une violente sortie de piste qui a détruit ses espoirs de médaille.

Maria Riesch, qui s'élançait juste après la Suédoise, n'a pas été en mesure de se libérer. L'Allemande s'est classée 8e à 2"07, soit un rang derrière Marie Marchand-Arvier. Septième à 2"03, la skieuse des Contamines n'est pas passée loin de monter sur le podium. Sans une faute majuscule après la minute de course, la Française aurait pu faire beaucoup mieux. A l'arrivée, la Tricolore a terminé à 57 centièmes d'Elisabeth Goergl mais a prouvé qu'on pouvait compter sur elle. "C'était un bon jour pour courir. J'ai pris des risques. et j'ai fait des erreurs de précision qui m'ont coûté cher. Après, ma place est ni bonne ni mauvaise, je n'ai pas de regrets. Cela me donne plus d'ambition pour la suite", a commenté "MMA".

Trois autres Françaises étaient en lice. Partie la première, avec le dossard 8, Aurélie Revillet (17e à 3"73) a skié tout en retenue, tout comme Ingrid Jacquemod (21e à 4"66) qui n'a pas tenu la distance. Quant à Marion Rolland, sa descente n'a duré que quelques mètres. La skieuse des Deux-Alpes a chuté juste après avoir quitté le portillon de départ. "Du point de vue de l'équipe, c'est vrai que c'est une déception. Le plus dur est pour Marion. La piste, on la connaissait depuis deux ans, elle n'est pas facile, mais cela n'aurait pas dû nous perturber", a conclu Marchand-Arvier.