Getty Images

Et Muffat-Jeandet est sorti du brouillard…

Et "Totor" est sorti du brouillard…

Le 12/01/2018 à 16:26Mis à jour Le 13/01/2018 à 11:13

COUPE DU MONDE - Vainqueur du combiné de Wengen, une station qui lui avait déjà réussi dans le passé, Victor Muffat-Jeandet a accroché une première victoire à son palmarès, ce vendredi. Enfin. A 28 ans.

Eurosport Player : Regardez toute la saison en LIVE

Voir sur Eurosport

Victor Muffat-Jeandet a rarement l'habitude de s'extérioriser autant. Ce n'est pas dans le tempérament du bonhomme, toujours posé et réfléchi. Pourtant, quand Vincent Kriechmayr a enfourché à mi-slalom et scellé l'issue de ce combiné de Wengen, le Français a laissé exploser sa joie dans l'aire d'arrivée. Un cri libérateur après un début d'hiver quelconque (aucun top 10). A 28 ans, il la tient enfin, cette fameuse première victoire en Coupe du monde. Celle-ci se refusait à lui depuis 133 départs. Le 134e aura été le bon.

Finalement, ce n'est pas très surprenant de voir celui qu'on surnomme "Totor" lever les bras à Wengen. Depuis ses débuts sur le circuit, la station réussit plutôt bien au skieur de Val d'Isère : "Je suis super content. C'est un endroit mythique que j'aime bien. C'est ici que j'ai fait mon premier podium il y a trois ans (2e derrière le Suisse Carlo Janka le 16 janvier 2015). Je ne réalise pas trop", confie-t-il à Eurosport.

" J'ai vu que j'avais été dans le bon tempo"

Après cinq podiums sur le circuit, "Totor" n'a pas laissé passer sa chance. Profitant de l'absence de son compatriote, Alexis Pinturault, vainqueur à Bormio mais qui a préféré partir se reposer en Autriche, le Français a saisi l'occasion. Après une descente matinale maitrisée (27e à 2"55 de Kriechmayr), Muffat-Jeandet a lâché les chevaux entre les piquets serrés. Meilleur chrono de la manche de slalom, il a attendu en zone kiss and cry. Patiemment. Jusqu'à la libération.

"C'est toujours difficile le combiné. Déjà, il faut faire une très grosse descente et essayer de rester dans les 30. C'était délicat aujourd'hui (vendredi), j'ai eu un peu de réussite, avoue-t-il. Après, il faut se mettre en mode slalom. Et c'est assez fatiguant. Je n'ai pas eu de très bonnes sensations car la neige était difficile à skier." Parti après le départ du brouillard, Muffat-Jeandet a serré les dents et n'a pas pris de plaisir. Ce sont finalement ses concurrents qui l'ont rassuré sur sa performance. "Grâce à Justin Murisier et Luca Aerni, j'ai vu que j'avais été dans le bon tempo mais je ne savais pas si ça allait suffire face aux descendeurs. Donc, j'ai attendu, j'ai attendu. Et ça l'a fait !"

Dimanche, c'est un slalom qui attend désormais les techniciens. Après avoir pris ses marques de la meilleure des manières, Muffat-Jeandet évite de faire le moindre plan sur la comète : "Le ski, c'est une remise en question perpétuelle. Rien n'est établi. Chaque jour est différent." Ce vendredi était assurément le sien.

Vidéo - Muffat-Jeandet : "Wengen, c'est une station mythique que j'adore"

01:51
0
0