Ski de fond

Un ancien entraîneur du ski de fond autrichien arrêté dans l'affaire Aderlass

Partager avec
Copier
Partager cet article

Max Hauke

Crédit: Getty Images

ParAFP
27/05/2019 à 11:25 | Mis à jour 27/05/2019 à 11:31

DOPAGE - Un ancien entraîneur de ski de fond autrichien, identifié par la presse comme étant Gerald Heigl, a été incarcéré vendredi en lien avec l'affaire de dopage sanguin Aderlass qui a éclaté lors des Mondiaux de Seefeld, a-t-on appris lundi auprès du parquet d'Innsbruck.

Les arrestations se poursuivent dans l'affaire de dopage sanguin Aderlass. Ce lundi, un ancien entraîneur autrichien du nom de Gerald Heigl a été incarcéré. Entraîneur du fond de 2004 à 2017 au sein de la fédération autrichienne ÖSV, Heigl, 40 ans, a été mis en cause par l'ancien fondeur autrichien Johannes Dürr, qui avait révélé en janvier l'existence de ce vaste réseau de dopage organisé.

L'ancien entraîneur est soupçonné d'avoir favorisé le dopage d'athlètes de "diverses disciplines", a précisé le parquet, sans toutefois citer son nom. Son placement en détention est apparu indispensable pour éviter une éventuelle concertation avec d'autres personnes visées, a ajouté cette source.

Ski de fond

Photos, norvégien et "marcher sur les mains" : le Home Trainer de Chanavat

27/03/2020 À 14:14

Heigl avait été suspendu par la Fédération autrichienne

Face aux soupçons pesant sur Heigl, le champion du monde autrichien de biathlon Dominik Landertinger avait annoncé en mars mettre fin à sa collaboration avec celui-ci. Le nom de l'ex-entraîneur avait déjà circulé dans l'affaire qui avait impliqué le fondeur autrichien Harald Wurm, convaincu de dopage au cobalt en 2015. Heigl avait été à l'époque suspendu de ses fonctions par l'ÖSV, avant d'être réintégré.

L'affaire Aderlass ("saignée" en allemand), qui avait éclaté en février en marge des Championnats du monde de ski nordique à Seefeld (Autriche), a affecté de nombreuses personnalités du ski et du cyclisme.

Elle s'articule autour du médecin allemand Mark Schmidt, arrêté le 27 février à son cabinet d'Erfurt (Allemagne), et soupçonné d'avoir fourni au moins 21 sportifs de huit nationalités et de cinq sports différents, selon le parquet de Munich.

Ski de fond

Chanavat raconte l'annulation des finales : "On ne s'y attendait pas du tout..."

27/03/2020 À 13:08
Ski de fond

Une victoire pour Laffont, des podiums pour les Français

23/02/2020 À 15:54
Dans le même sujet
Ski de fond
Partager avec
Copier
Partager cet article