Scanpix

La Norvège comme chez elle

La Norvège comme à la maison
Par AFP

Le 24/02/2009 à 11:20Mis à jour

Deux jours après la victoire de Peter Northug sur le 30 km poursuite, la Norvège a continué sur sa lancée en réalisant le doublé en sprint avec Ola Vigen Hattestad et Johan Kjoelstad. Chez les femmes, l'or est revenu à l'Italienne Ariana Follis.

Le Norvégien Ola Vigen Hattestad, roi du sprint depuis deux hivers, n'a pas flanché sous la pression pour remporter comme prévu son premier titre de champion du monde, mardi à Liberec. Avec cinq victoires en six apparitions en Coupe du monde, Hattestad, 26 ans, était le grand favori du sprint des Mondiaux-2009. Le costaud norvégien s'est facilement imposé en finale devant son compatriote Johan Kjoelstad et le Russe Nikolay Morilov.

Mais à l'entendre, son sacre n'a pas été une formalité: "Le matin de la course, j'étais très nerveux, comme jamais je ne l'avais été dans ma carrière. Depuis quelques jours, je ressentais vraiment la pression", a souligné Hattestad, 9e du sprint des JO-2006. Comme souvent cette saison, où il affiche pour plus mauvais résultat une... 2e place, Hattestad a écoeuré ses adversaires avec sa puissance et son sens du placement. En finale, il a quasiment lâché ses poursuivants dès la principale difficulté de la boucle d'1,6 km et a pu gérer sa fin de course, même si Kjoelstad a failli le surprendre dans la ligne d'arrivée. "Ola Vigen est sans conteste le plus fort", a admis Kjoelstad, meilleur temps des qualifications, où le Suédois Björn Lind et le Français Roddy Darragon, respectivement champion et vice-champion olympique à Turin en 2006, avaient mordu d'entrée la poussière.

Majdic s'arrête en quart

Chez les dames, Petra Majdic avait, comme Hattestad, engrangé cinq victoires en sprint cette saison avant d'arriver à Liberec, mais la Slovène, plus à l'aise en style classique, s'est arrêtée dès les quarts de finale. Le titre est revenu à la surprenante italienne Arianna Follis qui a devancé deux spécialistes pures du sprint, l'Américaine Kikkan Randall et la Finlandaise Pirjo Muranen, championne du monde de la spécialité en 2001. "Je suis surprise moi-même de ce que j'ai fait aujourd'hui", a insisté l'Italienne, médaillée de bronze des Mondiaux-2007 sur 10 km, à qui la République tchèque réussit bien puisqu'elle y avait remporté deux étapes du Tour de Ski cet hiver.

"Je ne m'entraîne pas spécifiquement pour le sprint" , a-t-elle même assuré. De son côté, Randall, 26 ans, est la première fondeuse Américaine à monter sur un podium d'un grand championnat et a consolidé l'inattendue première place des Etats-Unis au classement des nations. "Nous avons travaillé très dur depuis les dix dernières années, c'est le résultat d'un long processus et ce n'est que le début", a prévenu le fondeuse d'Anchorage, en Alaska.