"J’ai complètement foiré. Je suis vraiment déçu car je pense que j’aurais dû gagner le match. On ne joue pas souvent face à un Ronnie qui vous donne autant de chances de gagner. Mais j’ai manqué trop d’occasions et je n’aurais probablement pas de meilleure chance de le battre à l’avenir.” Ces mots sont d’Anthony McGill et datent de décembre 2014 après une défaite en quart de finale de l’UK Championship contre Ronnie O’Sullivan.
Et s’il est difficile de donner tort à l’Ecossais sur ses premières phrases, l’avenir se chargera de prouver qu’il s’est trompé en fin de texte. Car 7 ans après ce match et après 6 défaites en autant de rencontres face à “The Rocket”, Anthony McGill a fini par vaincre son agresseur. Et “The Smiling Assassin” a choisi le plus bel endroit pour le faire : le Crucible Theatre. Un lieu où Ronnie O’Sullivan est devenu à six reprises champion du monde et où il a atteint les quarts de finale de l’épreuve à 19 reprises.

Ronnie O'Sullivan interloqué par le niveau de jeu de McGill

Crédit: Getty Images

Championnat du Monde
Coups de génie à gogo : Selby, O'Sullivan, Murphy... Le top des plus beaux coups
05/05/2021 À 09:40

Les démons sont vaincus

Anthony McGill est passé par toutes les émotions durant ce second tour des Championnats du monde. Il y a d’abord eu le découragement quand O’Sullivan mène rapidement 4-1 et semble avoir activé le mode destruction de l’adversaire. Puis le rêve en enchaînant les coups et les frames - "Tout avait l'air si facile, je ne me souviens même pas avoir raté un empochage" - pour mener 10-5. C’est là qu’est arrivé le désespoir. Car s’il faut se méfier d’une bête blessée, il faut se méfier encore plus d’un O’Sullivan blessé qui repasse devant à 11-10, puis 12-11.
Alors que personne ne donnait cher de sa peau à ce moment-là, Anthony McGill se montre solide sur ses appuis et claque un break de 136 pour égaliser avant de ne pas trembler lors de la frame de match. Celle-ci même qui lui a fait défaut l’an dernier en demi-finale des Championnats du monde face à Kyren Wilson (16-17). Une frame qui avait alors duré 62 minutes et qui s’était terminée sur un 103-83 - record de points cumulés en une frame lors des Championnats du monde - après que “The Glaswegian Gladiator” ait concédé 35 points de pénalités consécutifs en manquant la rouge à huit reprises. Mais surtout sur un coup de chance de Kyren Wilson
.
Une défaite cruelle qui avait alors marqué les esprits de tous les amateurs de snooker qui se rappellent de la désolation de Wilson qui s’est excusé auprès de son adversaire après la rencontre “Je ne voulais pas que ça se termine comme ça, j'ai rêvé de cette situation et je ne voulais pas gagner le match sur un coup de chance”. Mais aussi de la détresse de McGill qui a eu “l'impression que le match m'a été volé non pas par Kyren mais par les Dieux du snooker”. Un an après, l’Ecossais jure pourtant ne pas avoir repensé à cette histoire au moment de disputer cette frame décisive face à O’Sullivan “La demi-finale de l’année dernière ne m’a pas du tout traversé l’esprit. C’est du passé. J’étais calme.”. Et au vu du résultat, difficile de ne pas le croire.

La magie O'Sullivan : Dans une position inconfortable, "The Rocket" a sorti un coup incroyable

Souviens-toi l'année 2014

Ce serait mentir que de dire que la défaite de Ronnie O’Sullivan au second tour des Championnats du monde n’est pas une surprise. Pourtant, il est vrai que Anthony McGill n’est pas n’importe qui, comme le prouve sa place de demi-finaliste à ces mêmes Championnats du monde l’an dernier. Et celui qui a réussi son premier century à 11 ans l’a rappelé en conférence de presse d’après-match : “Je ne l’avais jamais battu mais pour être honnête, je ne me souviens même pas la dernière fois que j’ai joué contre lui. C’était au début de ma carrière. J’ai l’impression d’être un meilleur joueur que les fois où j’ai joué contre lui. Le fait de le battre dans un match aussi important est une énorme source de confiance. Il y a quelques années, je pensais que j’étais nul”.
Il est vrai que les premières années professionnelles de McGill n’ont pas été couronnées de succès. Pour sa première saison en pro en 2011-2012, il n’a d’ailleurs réussi à se qualifier pour aucun tournoi classé. Avant ce coup d’éclat en 2014 où pour ses premiers championnats du monde il avait battu au second tour, déjà, le tenant du titre et tête de série numéro 1 Mark Selby.
Depuis, Anthony McGill s’est offert l’Open d’Inde en 2016 - alors qu’il n’avait jusque-là jamais dépassé les quarts de finale d’un tournoi classé - puis cette demi-finale face à Kyren Wilson avec entre les deux légère traversée du désert entre 2018 et 2019. Un passage à vide qui lui a fait visiblement du bien. Et contrairement à 2014 où il s’était incliné en quart face à Shaun Murphy dans la foulée de son exploit, Anthony McGill compte bien aller jusqu’au bout cette fois-ci. D’autant plus que les Dieux du snooker semblent être de son côté cette fois-ci.
Championnat du Monde
Un public au Crucible Theatre, ça change tout
05/05/2021 À 08:47
Championnat du Monde
Tension extrême, libération suprême : Selby a eu de la glace dans les veines au moment de conclure
04/05/2021 À 08:13