"Lors d'une réunion du conseil d'administration de la Fédération polonaise de tennis, M. Miroslaw Skrzypczynski a remis sa démission (...) avec effet immédiat. La démission de M. Miroslaw Skrzypczynski a été acceptée à l'unanimité." Tels ont été les mots du communiqué publié jeudi par l'instance dirigeante du tennis polonais. Dans la tourmente, le président démissionnaire de la PZT avait été accusé lundi par la députée polonaise Katarzyna Kotula de harcèlement sexuel au début des années 1990, alors qu'elle avait 13-14 ans. Selon elle, d'autres joueuses ont aussi été victimes de comportements similaires de la part de M. Skrzypczynski, que la députée a qualifié de "prédateur sexuel".
M. Skrzypczynski était son entraîneur à l'époque, dans un club du nord-ouest de la Pologne. Les déclarations de Mme Kotula sont venues en écho à d'autres accusations publiées récemment dans la presse, sous le couvert de l'anonymat. Le président, en poste depuis 2017, a tout nié. Mardi, la Polonaise Iga Swiatek, qui domine la hiérarchie mondiale du tennis, a pris la parole en estimant que "les instances dirigeantes devraient déterminer ce qui s'est passé".
Tennis
Tsonga : "Ce qui me manque le plus, ce sont les ambiances"
IL Y A 3 HEURES

Un rapport d'enquête attendu dans 6 mois

"En tant que N.1 actuelle du tennis féminin, je ne peux pas rester silencieuse", a-t-elle indiqué dans une longue série de tweets, invitant également les victimes de harcèlement et de violences à chercher une aide auprès de professionnels et publiant les numéros de plateformes téléphoniques de soutien psychologique. Iga Swiatek a précisé ne pas avoir été pour sa part victime de tels comportements.
Jeudi, la Fédération polonaise de tennis a également annoncé qu'elle allait créer une commission indépendante externe composée de trois femmes pour enquêter "sur toutes les circonstances entourant les affaires liées à M. Miroslaw Skrzypczynski, qui ont fait l'objet d'articles de presse, d'interviews et de reportages récents". La commission, qui doit être créé d'ici fin novembre, devra rendre son rapport dans un délai de six mois.
Tennis
Les tournois britanniques ATP et WTA menacés de suspension en 2023
IL Y A 8 HEURES
Tennis
Rublev : "Mon message contre la guerre a été ma meilleure action de l'année"
IL Y A 14 HEURES