Getty Images

En Catalogne, Nadal prendra-t-il sa revanche ?

En Catalogne, Nadal prendra-t-il sa revanche ?

Le 21/04/2019 à 20:12Mis à jour Le 22/04/2019 à 02:43

ATP BARCELONE - Après Monte-Carlo, le printemps européen sur terre battue se poursuit lundi dans la cité catalane qui abrite le tournoi espagnol le plus ancien : il se jouait avant même l'avènement de l'ère Open. Rafael Nadal y espère une revanche après son échec sur le Rocher et un 12e titre.

BARCELONA OPEN BANC SABADELL

Catégorie : ATP 500
Pays : Espagne
Dates : 22-28 avril
Surface : Terre battue
Dotation : 2 609 135 euros
Tenant du titre : Rafael Nadal

Si un tournoi incarne l’histoire du tennis espagnol sur terre battue, c’est celui-ci. Depuis 1953, l’épreuve se tient sur le site du Real Club de Tenis Barcelona fondé en 1899, le plus ancien club de tennis en Espagne. Il s’agit de la 67e édition de la compétition également appelée "Trophée Conde de Godó" en hommage au comte de Godo, Carlos Godó Valls, son fondateur. Désormais ATP 500, le tournoi a donc survécu au tournant de la professionnalisation du jeu et à l’avènement de l’ère Open à la fin des années 1960.

Les plus grands champions de l’histoire du jeu sur terre battue - Ilie Nastase, Björn Borg, Mats Wilander, Ivan Lendl ou encore Thomas Muster - ont triomphé en Catalogne. Les Espagnols, en particulier, y ont connu beaucoup de succès : de Manolo Santana, plus vieux vainqueur à 32 ans, à Rafael Nadal qui pourrait d’ailleurs supplanter son glorieux aîné pour quelques mois cette année. Onze fois champion, comme à Monte-Carlo et à Roland-Garros, le Majorquin est triple tenant du titre à Barcelone. Les organisateurs ont d’ailleurs baptisé leur court central de 8000 places à son nom en 2017 avant même sa "Decima". La tradition veut enfin que le vainqueur exécute un plongeon dans la piscine, un exercice devenu une véritable habitude pour Rafael Nadal.

Court central de Barcelone en 2018

Court central de Barcelone en 2018Getty Images

Les forces en présence

En Catalogne, le plateau sera prestigieux. Après sa défaite surprise en demi-finale à Monte-Carlo, Rafael Nadal aura certainement à cœur de montrer qu’il reste l’homme à battre sur terre battue. En quête d’une quatrième couronne d’affilée à Barcelone, le numéro 2 mondial sera accompagné par quatre autres membres du top 10 : Dominic Thiem, Kei Nishikori, Stefanos Tsitsipas et… Alexander Zverev qui a obtenu une invitation de dernière minute. Défait en huitième de finale sur le Rocher, l’Allemand espère mettre fin à sa mauvaise passe et retrouver une bonne dose de confiance.

Finaliste l’an dernier face au "Taureau de Manacor", Stefanos Tsitsipas sera bien au rendez-vous. Désormais 12e joueur mondial, son meilleur classement en carrière après son premier titre en Masters 1000 à Monte-Carlo, Fabio Fognini devrait aussi jouer en Espagne, à moins que sa semaine énergivore en Principauté ne l’en dissuade. Les jeunes et talentueux Russes Daniil Medvedev et Karen Khachanov seront aussi de la partie. Si le premier espère confirmer sa forme actuelle, le second, qui évolue à domicile dans la cité catalane, espère avant tout se rassurer après deux défaites consécutives d’entrée lors de ses deux derniers tournois. Les teenagers canadiens Denis Shapovalov et Félix Auger-Aliassime seront enfin à surveiller.

Stefanos Tsitsipas à Barcelone

Stefanos Tsitsipas à BarceloneGetty Images

Le tableau

A Barcelone, 16 têtes de série sont exemptées de 1er tour. Mais ce n’est pas le cas de de Benoît Paire qui aura fort à faire d’entrée contre Juan Ignacio Londero, spécialiste de l’ocre. L’Avignonnais compte bien enchaîner après son titre à Marrakech et pourrait retrouver, en cas de victoire, Pablo Carreno Busta de retour de blessure après plus de deux mois sans compétition. Un duel 100 % espagnol de "vétérans" opposera Feliciano Lopez et Fernando Verdasco, pour croiser ensuite le fer avec Grigor Dimitrov.

Deux autres Français entameront leur campagne au 2e tour : Lucas Pouille face au vainqueur du match entre David Ferrer et Mischa Zverev, et Gilles Simon contre Taro Daniel ou Mackenzie McDonald. S’il renoue avec la victoire, lui qui n’a plus gagné depuis trois mois et sa demi-finale à Melbourne, Pouille aura de grandes chances de retrouver Rafael Nadal en huitième de finale. Ce dernier devra d’abord écarter Leonardo Mayer ou Marius Copil pour son entrée en lice. Tête de série numéro 16, Félix Auger-Aliassime n’aura pas la tâche facile si Philipp Kohlschreiber, opposé à Malek Jaziri au 1er tour, lui fait face. Fabio Fognini et Denis Shapovalov pourraient également s’affronter en huitième de finale.

Les quarts théoriques :

Rafael Nadal (Esp/N°1) – Stefanos Tsitsipas (Gre/N°5)
Dominic Thiem (Aut/N°3) – Karen Khachanov (Rus/N°6)
Fabio Fognini (Ita/N°8) – Kei Nishikori (Jap/N°4)
Daniil Medvedev (Rus/N°7) – Alexander Zverev (All/N°2)

Les trois moments marquants

1985 : Tulasne sur un nuage. Barcelone n’a pas vraiment réussi aux Français en 66 éditions, à une exception près. En 1985, Thierry Tulasne réalise une semaine exceptionnelle en Catalogne, qu’il qualifie lui-même de "plus grand moment individuel" de sa carrière. Spécialiste de la terre battue et modeste 48e joueur mondial, il s’offre le troisième trophée de sa saison et le quatrième de sa carrière sur sa surface de prédilection. Vainqueur de son compatriote Henri Leconte en demi-finale, il réalise l’exploit de dominer Mats Wilander, triple tenant du titre, numéro 3 mondial et champion à Roland-Garros, en cinq sets en finale (0-6, 6-2, 3-6, 6-4, 6-0). Après un début catastrophique et une "bulle" encaissée d’entrée, il rend la pareille au Suédois dans la manche décisive. C’est à ce jour le seul succès tricolore à Barcelone.

2000 : La symphonie de Safin. A tout juste 20 ans, Marat Safin est l’un des jeunes joueurs prometteurs du circuit. A Barcelone, le talent brut du Russe explose. Du haut de son mètre 93 et malgré sa 35e place mondiale, il martyrise l’un après l’autre ses adversaires, tous de solides références sur terre battue. Il sort ainsi successivement les trois Argentins Mariano Zabaleta, Mariano Puerta et Gaston Gaudio. Puis, il vient à bout de l’Equatorien Nicolas Lapentti en quart de finale, avant de prendre le dessus sur le Suédois Magnus Norman en demie. Il conclut son parcours du combattant en triomphant de l’Espagnol Juan Carlos Ferrero (6-3, 6-3, 6-4) pour s’offrir le deuxième titre de sa carrière. C’est le début d’une ascension fulgurante qui l’emmènera jusqu’à la première place mondiale à la fin de l’année.

2014 : Nishikori met fin à l’hégémonie espagnole. A Barcelone, les Ibères ne laissent rien à la concurrence et ont triomphé lors des 11 éditions précédentes. Rafael Nadal, triple tenant du titre déjà à l’époque (et huit fois champion) y est pour beaucoup. Mais à la surprise générale, le numéro 1 mondial majorquin chute en quart de finale contre son compatriote Nicolas Almagro. Tête de série numéro 4 et 17e à l’ATP, Kei Nishikori en profite pour tracer sa route dans le tableau, éliminant Marin Cilic en quart de finale, puis Ernests Gulbic en demie, avant de l’emporter aisément contre le Colombien Santiago Giraldo en finale. Il devient ainsi le premier Japonais à triompher sur terre battue européenne et conservera son trophée la saison suivante.

Kei Nishikori à Barcelone en 2014

Kei Nishikori à Barcelone en 2014Getty Images

Trois chiffres à retenir

18. Mats Wilander avait 18 ans quand il a décroché son premier titre en Catalogne en 1982. Le Suédois reste à ce jour le plus jeune champion de l’histoire de l’épreuve.

65. L’Américain Todd Martin était 65e joueur mondial lorsqu’il a inscrit son nom au palmarès de l’épreuve. C’est le classement le plus modeste d’un vainqueur à Barcelone.

13. C’est le nombre d’Espagnols sacrés dans le tournoi, un record. Ils y ont remporté 14 des 16 derniers titres dont 11 pour le seul Rafael Nadal (ses compatriotes Fernado Verdasco en 2010, Tommy Robredo en 2004 et Carlos Moya en 2003 ont aussi raflé la mise).

Le joueur à suivre : Daniil Medvedev

A Monte-Carlo, le Russe s’est découvert des aptitudes nouvelles sur terre battue. Il a franchi un nouveau cap important dans sa carrière en terrassant pour la première fois le numéro 1 mondial Novak Djokovic en quart de finale à Monte-Carlo, même si ce dernier n’a pas évolué à son meilleur niveau. En Catalogne, Daniil Medvedev est donc attendu au tournant. Il a bénéficié d’un tirage au sort relativement clément qui l’a placé dans la partie basse du tableau, loin notamment de Rafael Nadal. S’il parvient à garder le niveau de jeu proposé du côté Rocher, il pourrait bien devenir un outsider sérieux en vue de Roland-Garros. Mais attention à ne pas tirer trop sur la corde pour le Russe qui s’était notamment plaint des adducteurs lors de son exploit contre Djokovic.

Vidéo - Face à Medvedev, Djokovic a mordu la poussière : les temps forts du match

03:05
Pariez sur le Tennis avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0