Interrogé sur ses ambitions pour la saison 2019, ce mardi, Rafael Nadal a joué la carte de la banalité. "Mon objectif est d'être heureux en faisant ce que je fais et d'être compétitif quand je joue", a déclaré le Majorquin, en conférence de presse à Brisbane, où il devait affronter Jo-Wilfried Tsonga jeudi au 2e tour (avant de déclarer forfait). Mais il ne s'est pas contenté de ce poncif. Numéro 2 mondial après une année 2018 marquée par son 17e titre du Grand Chelem, le 11e à Roland, mais aussi par plusieurs blessures, Nadal a expliqué qu'il ne faisait pas de la chasse à Novak Djokovic (de retour sur le trône), une obsession : "Je ne vais pas courir après la place de numéro un car ce n'est pas mon objectifprincipal."
"Je veux me battre pour les choses qui me font vraiment me sentir vivant, vous savez, pour les choses qui me motivent", a poursuivi le joueur de 32 ans, visiblement d'humeur à philosopher, à deux semaines de l'Open d'Australie (14-27 janvier). Opéré d'une cheville en novembre, Nadal n'a plus joué de tournoi majeur depuis son abandon en septembre lors de la demi-finale de l'US Open, face à Juan Martin del Potro. Préserver sa condition physique est l'une de ses priorités. "Je veux rester en bonne santé et jouer aussi longtemps que possible, a-t-il notamment déclaré. Ce que je ne veux pas, c'est souffrir comme l'année dernière".
ATP Doha
Djokovic n'a pas traîné pour sa rentrée, Wawrinka fait tomber Khachanov
01/01/2019 À 18:24

Objectif Grands Chelems ?

Derrière cette envie de durer sur le circuit, sommeille la quête du record de titres du Grand Chelem en simple masculin, détenu par Roger Federer (20). Suffisant pour garder la flamme ? Professionnel depuis 2001, Nadal (tout comme son grand rival suisse) pourrait ressentir une forme de lassitude, surtout après une année en pointillé. "Ce n'était pas difficile de continuer, réfute-t-il. (2018) a été une année compliquée en termes de blessures, mais excellente en termes de niveau de tennis."
Mon problème au genou sera toujours là
La question de la dangerosité du jeu de Nadal, peu avare d'efforts, a plané sur toute sa carrière. Le Majorquin concède qu'il a eu des hauts et des bas, mais estime que ses formidables capacités physiques ne s'étiolent pas de manière rectiligne et inéluctable : "C’est vrai, j’ai eu des problèmes tout au long de ma carrière, (mais) je sens que mon corps ne va pas de plus en plus mal chaque année".
Battu en trois sets par Kevin Anderson (4-6, 6-3, 6-4), vendredi dernier lors du tournoi exhibition d'Abu Dhabi, Nadal pointe tout de même du doigt un mal récurrent : "En 2018,j'ai eu un souci à l'Open d'Australie (abandon en quart suite à une blessure à une cuisse, ndlr) et avec mes genoux à l'US Openmais le problème aux genoux sera toujours là – ce n'est pas nouveau pour moi." Pas nouveau, ni rédhibitoire pour se forger un palmarès immense.

Rafael Nadal, lors d'un entraînement à Brisbane (31 décembre 2018)

Crédit: Getty Images

ATP Brisbane
Tsonga a déjà rendez-vous avec Nadal
01/01/2019 À 11:33
Laver Cup
Djokovic, l'hommage poignant à Federer : "L'un des plus beaux moments de ma vie"
HIER À 21:37