Pour ceux qui se le demandent, oui, Bernard Tomic joue encore au tennis. Enfin, "jouer" est peut-être un bien grand mot en ce qui le concerne, du moins à certaines occasions. Ce mardi par exemple, celui qui pointe désormais au 262e rang mondial à 28 ans n'a pas fait d'effort surhumain pour incarner une opposition digne de ce nom sur le court. Engagé dans le Challenger d'Istanbul, il s'est incliné dès le 1er tour face au Français Quentin Halys sur le score sans appel de 6-0, 6-1. Mais ce qui frappe avant tout, c'est la durée de cette parodie de match : 36 minuscules minutes.
Tennis
Tsitsipas va finalement se faire vacciner
IL Y A 2 HEURES
Grand espoir du tennis australien voici une décennie, Tomic s'est depuis plus fait remarquer par ses frasques que pour son tennis. Capable de sortir des qualifications et d'atteindre le 2e tour à l'Open d'Australie en début d'année quasiment sur son seul talent raquette en main, il a toujours assumé ne pas faire les efforts requis pour exploiter son potentiel.
D'ailleurs, comme nous le rappelle notre expert en statistiques "Jeu, Set et Maths", il ne s'agit même pas du match le plus court disputé par Tomic sans abandonner. Au premier tour du Masters 1000 de Miami en 2014, il avait établi une sorte de record (si on peut le qualifier ainsi) face à Jarkko Nieminen, en perdant sur le même score, mais en 28 minutes. Il ne serait donc pas étonnant que l'Australien, récidiviste, paie son manque de combativité par une amende.
ATP Nur-Sultan
Le coach de Bonzi sur son ascension express : "Le Top 100, ce ne sont pas des Martiens"
IL Y A 4 HEURES
Tennis
Federer : "La rééducation se passe vraiment bien, je n'ai pas eu de contre-temps"
IL Y A 6 HEURES