Il est sur son nuage, sans donner l'impression de surjouer. Déjà finaliste à San Diego en préparation de ce tournoi d'Indian Wells, Carmeron Norrie, 26e joueur mondial, s'est qualifié pour sa première finale de Masters 1000 samedi, après un match rondement mené face à Grigor Dimitrov. Pourtant novice déjà lors de cette demie, le gaucher britannique a dominé de la tête et des épaules son sujet et un adversaire visiblement éprouvé (6-2, 6-4) en 1h27 de jeu. Cette victoire lui assure une place dans le Top 20 au classement ATP la semaine prochaine et le replace dans la course au Masters (11e à la Race), avant de tenter dimanche de décrocher la timbale contre Nikoloz Basilashvili, tombeur de Taylor Fritz.
Déjà irrésistible en quart contre Diego Schwartzman (balayé 6-0, 6-2), Cameron Norrie n'a donc pas perdu le rythme. Une performance d'autant plus impressionnante qu'il affrontait samedi un joueur déjà titré en Masters 1000 dans sa carrière (à Cincinnati en 2017) et surtout tombeur coup sur coup de la tête de série numéro 1 Daniil Medvedev et d'un Hubert Hurkacz aussi en course pour le "tournoi des Maîtres". Mais sur le court, Grigor Dimitrov n'a délivré qu'une très pâle copie de ses précédentes et éclatantes prestations.
Coupe Davis
Battus par la Grande-Bretagne, les Bleus seront fixés dimanche pour la qualification
27/11/2021 À 13:32

Cameron Norrie à Indian Wells en 2021

Crédit: Getty Images

Norrie plus frais physiquement et plus au point tactiquement

Car malgré un jour de repos, le Bulgare n'a pas semblé en état physique de pratiquer le même niveau de tennis qu'en huitième et en quart. Relativement lent et surtout en grande difficulté dans ses petits ajustements avant de frapper la balle, il a concédé un double break d'entrée qui a donné le ton de la partie (0-4). Incapable de déborder un Cameron Norrie d'une formidable constance à l'échange dans les conditions très lentes de cette édition 2021, Dimitrov s'est rapidement frustré, accumulant les bévues (28 fautes directes en tout, pour 16 coups gagnants). Et malgré un embryon de réaction, il a logiquement cédé la première manche en à peine plus d'une demi-heure (6-2).
Il faut dire que de l'autre côté du filet, Norrie a joué le match parfait tactiquement, lui qui avait déjà dominé Dimitrov à Miami cette saison. Avec son coup droit enroulé de gaucher, il a martyrisé le revers adverse dans un schéma qui a furieusement rappelé la tactique utilisée mille fois par Rafael Nadal contre Roger Federer (toutes proportions gardées évidemment). Et il a enfoncé le clou d'entrée de seconde manche en s'emparant à nouveau du service adverse. Un break suffisant en fin de compte pour s'imposer en deux manches.
Dimitrov a eu toutefois le mérite de rendre ce second acte plus compétitif et agréable, avec quelques fulgurances dont il a le secret sur deux coups droits en bout de course notamment. Il a aussi cherché des solutions sur le plan tactique, se projetant plus au filet (9 points gagnés sur... 9 montées) et usant davantage de son slice de revers. Mais son irrégularité et son incapacité à s'engager totalement dans ses frappes, face aux balles souvent sans consistance de son rival, l'ont condamné. Norrie, de son côté, disputera sa 6e finale de la saison, comme un certain Novak Djokovic. C'est dire s'il a franchi un cap en 2021.

Fritz a fait le spectacle, Basilashvili a fait le job : le résumé de leur demi-finale

ATP Finals
Toujours implacable, Djokovic fait le plein de confiance avant de défier Zverev
19/11/2021 À 21:22
ATP Finals
Renversant, Ruud s'offre un "quart de finale" contre Rublev
17/11/2021 À 22:04