Le test a été passé haut la main. Avant son grand retour à la compétition ce mercredi, les interrogations autour de Rafael Nadal étaient multiples. Après un mois et demi sans jouer au plus haut niveau, allait-il retrouver assez vite le rythme de la compétition ? Son élan serait-il coupé ? Serait-il prêt physiquement à rivaliser à l'échange avec un joueur en pleine progression, Miomir Kecmanovic, déjà deux fois quart-de-finaliste en Masters 1000 cette saison ? Souffrirait-il de la côte fêlée qui le tourmente depuis sa demi-finale à Indian Wells contre Carlos Alcaraz ? Et en à peine deux heures de jeu, tous les doutes ou presque ont été dissipés.
Non, la prestation de Rafael Nadal n'a pas été parfaite ce mercredi. Mais elle a été suffisamment impressionnante, notamment pendant le premier set, pour estimer que la mission Roland-Garros (numéro 14) n'avait rien d'impossible pour lui. Pour un premier match sur terre battue, on a vu pire. "Je termine ce match très satisfait. Ma préparation a été inexistante. Tu ne peux pas t'attendre à de grandes choses dès le début. Mon premier jour d'entraînement, c'était jeudi dernier. Je ne m'étais quasiment pas entraîné. Il y a eu des hauts et des bas à chaque entraînement, c'était les montagnes russes, ce qui est logique", a-t-il confié en conférence de presse.
Wimbledon
Goffin a eu raison de Humbert
IL Y A 16 HEURES
Je ne suis pas inquiet, chaque minute passée sur le court est positive
Vu ce contexte, la performance de l'Espagnol a de quoi subjuguer, même si sa capacité à rendre l'exceptionnel ordinaire n'étonne plus grand-monde. Nadal a certes connu une seconde manche plus compliquée. Dans des conditions indoor dues à la pluie, il a un peu perdu son rythme, commis bien plus de fautes directes qu'à l'accoutumée, surtout côté revers. Il s'est même fait débreaker à deux reprises, dont une alors qu'il servait pour le match à 6-5. Mais en fin de compte, il a su serrer les boulons quand il le fallait, alors même que le doute pouvait s'immiscer.
"J'étais un peu plus fatigué que d'habitude. Cette blessure à la côte m'a beaucoup limité, je ne pouvais rien faire, pas même du travail d'aérobie. Mais je ne suis pas inquiet. Chaque minute passée sur le court est positive. Aujourd'hui, j'ai été capable de jouer 1h55 face à un joueur qui joue très bien depuis quelques mois, donc c'est vraiment une bonne victoire, qui a de la valeur. Ça va m'aider à atteindre mon objectif final qui est de retrouver mon état de forme d'avant la blessure", a-t-il encore analysé, plein de lucidité.
Pourtant pas le dernier quand il s'agit de s'angoisser ou de se remettre en question, Nadal a affiché la sérénité de celui qui est déjà revenu de bien pire. Comparé à son retour improbable et triomphant sur dur en Australie après une coupure de cinq mois, cet énième comeback ressemblerait même peut-être à une partie de plaisir. A presque 36 ans et après tant de blessures, l'intéressé sait que ce qui compte désormais, c'est de progresser régulièrement dans les trois prochaines semaines. Pas forcément de remporter le tournoi, même si avec la confiance issue de son début de saison 2022, visiblement toujours présente, rien n'est impossible.

Il fallait demander le challenge : la balle de match de Nadal était dehors !

L'ombre de la blessure dissipée, la fraîcheur mentale retrouvée

"Quand tu reviens après une période sans jouer, c'est dur. Pour moi aussi. Je pense être suffisamment humble pour accepter le fait que ça ne va pas être parfait. Il faut construire ton jeu avec un travail au quotidien. Tu dois être conscient et accepter le fait qu'il va y avoir des erreurs. Continuer à avancer avec envie et détermination", a continué le Majorquin, avant de revenir sur les craintes liées à son retour.
"C'est vrai que durant ma carrière j'ai réussi à revenir de périodes très délicates en obtenant des bons résultats. Ce qui fait une grosse différence, c'est si tu gagnes ou non tes premiers matches de reprise. Si tu y parviens, tu vas pouvoir retrouver ton rythme. Mais si tu perds, tu peux tomber dans un cercle de défaites qui t'empêche de retrouver le rythme des matches. C'est pour ça que la victoire d'aujourd'hui est vraiment importante pour moi."
Même si elle a été pénible pour lui, cette pause forcée depuis le 20 mars lui a rendu un service : Nadal a retrouvé de la fraîcheur mentale. Et à voir sa rage de vaincre ce mercredi, il y a peu de doute sur sa capacité mentale à repousser ses limites. La seule inconnue reste donc physique. "Au niveau de ma blessure, je n'ai aucun problème, aucune douleur au niveau de la côte. J'avais un peu mal en début de semaine dernière. J'ai passé une IRM de contrôle vendredi ou samedi, quand je suis arrivé ici, et les images étaient bonnes", a-t-il néanmoins rassuré. Il n'y a plus qu'à enchaîner désormais.

Rafael Nadal

Crédit: Getty Images

Wimbledon
Encore un set lâché mais Nadal est facilement passé
HIER À 19:01
Wimbledon
Le programme de jeudi : Nadal en 2e rotation sur le Centre Court, six Français en lice
29/06/2022 À 20:12