MICHAEL LLODRA, ce succès est un petit événement pour vous qui n'aviez jamais réussi à passer le cap d'un deuxième tour en France (hors Roland-Garros)...

M. L. : Oui, pour la première fois de ma carrière, je gagne trois matches consécutifs en France. Je suis vraiment satisfait d'avoir réussi à m'imposer face à un joueur difficile à manoeuvrer. Alors qu'il avait un set et un break de retard, il n'a jamais rien lâché et est même parvenu à se procurer deux balles de seconde manche. J'ai su tenir, relever la tête avant de faire un superbe tie-break comme tous ceux que j'ai disputés depuis le début de la semaine.

ATP Marseille
Djokovic face au mur bleu
20/02/2009 À 18:00

Ce manque de résultats en France affectait-il votre confiance ?

M. L. : Oui, en France, j'ai perdu un nombre incalculable de matches 7-6 dans la troisième manche au deuxième tour. A Lyon, à Metz, à Bercy… Ça commençait donc à me peser un peu. Avec mon entraîneur, briller enfin en France était un de nos objectifs

Vous avez avoué avoir eu peur au moment de conclure sur votre service à 5-4 dans la seconde manche...

M. L. : Oui, tous les joueurs ont à un moment ou un autre la trouille. Il faut apprendre à gérer ce stress. Malgré la perte de mon engagement à ce moment-là, je suis resté concentré, j'ai repoussé deux balles de set en retrouvant une bonne qualité de service. Par la suite, dans le jeu décisif, j'ai su forcer le destin en étant particulièrement agressif pour ne jamais lui laisser le temps de mettre son jeu en place.

On vous sent en pleine confiance...

M. L. : Oui, je me sens bien, alors que je manquais pourtant un peu de rythme depuis le début de l'année. Je crois que j'avais besoin d'un match référence comme celui d'hier face à Paul-Henri Mathieu pour lancer totalement ma saison. Cette victoire a été un déclic. Gagner deux matches d'affilé, c'est ce qui me manquait. J'ai vraiment repris confiance et ce n'est pas un hasard si j'ai pu produire pareille performance face à Youzhny.

Que vous évoque votre demi-finale face à Gilles Simon ?

M. L. : Face à Gilles, membre du Top 10, déjà vainqueur ici, je n'ai vraiment rien à perdre. Tout le monde l'attend, la pression sera donc sur ses épaules. C'est souvent dans ces moments-là qu'il faut en profiter et montrer que l'on a peur de rien. Il va falloir que je conserve le même état d'esprit, la même envie et surtout que je passe un maximum de premières balles pour espérer passer.

Votre descente annoncée au classement ATP vous perturbe-t-elle ?

M. L. : Même en cas victoire ici, je vais tomber au-delà de la 100e place mondiale mais si je gagne un tournoi en France, si je joue bien, ce n'est pas très grave. la finalité, c'est le classement en fin de saison. Ça ne me fait pas peur de repasser par les challengers ou les qualifications des gros tournois parce que si j'ai le niveau de jeu que j'ai ici, il n'y a pas de raison que ça ne se passe pas bien. Si je continue comme ça, si je reste en bonne forme physique, tout devrait bien se passer.

Des hauts et des bas, c'est le quotidien de tout joueur de tennis ?

M. L. : Oui, c'est un peu la carrière de tout joueur, mais surtout de Michaël Llodra !!

ATP Marseille
Tursunov s'offre Tipsarevic
21/02/2013 À 14:49
ATP Marseille
Gasquet "catastrophique", Monfils impuissant
19/02/2013 À 21:33