Panoramic

Open 13 Provence : Coric, Tsitsipas, Tsonga et Monfils en quête de gloire à Marseille

Entre "NextGen" et Français sur le retour, l'Open 13 se cherche un nouveau roi

Le 17/02/2019 à 20:50Mis à jour Le 18/02/2019 à 12:04

ATP MARSEILLE - S'il n'accueille pas de Top 10 cette année, l'Open 13 Provence offre néanmoins un sacré plateau avec plusieurs représentants de la talentueuse nouvelle génération comme Stefanos Tsitsipas ou Borna Coric. Invité, Jo-Wilfried Tsonga tentera quant à lui de s'inspirer de ses succès passés dans la cité phocéenne.

Open 13 Provence

ATP 250
Pays : France
Dates : 18-24 février
Surface : Dur indoor
Dotation : 679 015 euros
Tenant du titre : Karen Khachanov

Inauguré en 1993, le tournoi de Marseille, ou Open 13 Provence, est bien installé sur le circuit professionnel. Il peut même se targuer d’être le plus ancien des quatre ATP 250 français du calendrier (Montpellier, Lyon et Metz sont les trois autres). Seul le cinquième et dernier événement tricolore de l’année, le Rolex Paris Masters (Paris-Bercy) qui a le statut de Masters 1000, a une histoire plus longue puisque sa première édition s’est tenue en 1986. Créé par Jean-François Caujolle, l’événement se déroule au Palais des Sports de Marseille dont le court principal peut accueillir 6000 spectateurs.

Les forces en présence

L’Open 13 n’a réussi à attirer aucun membre du top 10 pour cette 27e édition et a enregistré un gros coup dur avec le forfait de Karen Khachanov, tenant du titre. Le Russe devait être la tête de série numéro 1 du tournoi et a invoqué des "problèmes de santé", sans plus de précisions pour justifier son absence. Mais plusieurs représentants de la fameuse "NextGen" seront bien au rendez-vous dont le Grec Stefanos Tsitsipas qui récupère le statut qui devait échoir à Khachanov. Le Canadien Denis Shapovalov, déjà engagé à Montpellier et à Rotterdam ces dernières semaines, enchaîne également.

Le Croate Borna Coric, tête de série numéro 2, effectuera son retour sur les courts, près d’un mois après sa défaite en huitièmes de finale de l’Open d’Australie face à Lucas Pouille. Ce dernier ne défendra pas les points de sa finale à Marseille l’an dernier, ce qui n’empêchera pas les Français d’être largement majoritaires dans le tableau principal : Gaël Monfils et Jo-Wilfried Tsonga, bénéficiaire d’une invitation, espèrent d’ailleurs surfer sur leur bonne dynamique actuelle. Jérémy Chardy, Gilles Simon ou encore Benoît Paire participeront aussi à la fête.

Stefanos Tsitsipas à Rotterdam en 2019

Stefanos Tsitsipas à Rotterdam en 2019Getty Images

Le tableau

Alors que les quatre premières têtes de série du tournoi (Tsitsipas, Coric, Goffin, Shapovalov) n’entreront en lice qu’au deuxième tour, le tirage au sort a réservé un premier tour 100 % français entre le Niçois Gilles Simon et le Toulonnais Antoine Hoang qui a enregistré son premier succès en carrière sur le circuit ATP à Montpellier où il a dominé l’expérimenté Belge Steve Darcis. Jo-Wilfried Tsonga aura, de son côté, fort à faire d’entrée face au fougueux et dangereux Russe Andrey Rublev.

S’il s’en sort, le Manceau pourrait retrouver Jérémy Chardy, qu’il avait battu à Montpellier, au deuxième tour. Mais le Palois devra se méfier auparavant de l’Italien Matteo Berrettini, en pleine progression et récent demi-finaliste à Sofia où il avait battu entre autres Karen Khachanov et Fernando Verdasco. Toujours au premier tour, Ugo Humbert affrontera l’imprévisible Letton Ernests Gulbis, avant d’éventuellement retrouver Borna Coric. S’il se défait d’un qualifié d’entrée, Benoît Paire a, lui, rendez-vous avec le Belge David Goffin au deuxième tour.

Les quarts de finale théoriques :

Stefanos Tsitsipas (Gre/n°1) – Gaël Monfils (Fra/n°7)
David Goffin (Bel/n°3) – Gilles Simon (Fra/n°6)
Jérémy Chardy (Fra/n°8) – Denis Shapovalov (Can/n°4)
Fernando Verdasco (Esp/n°5) – Borna Coric (Cro/n°2)

Trois moments marquants

1996 : Forget baptise le tournoi pour les Français. Si Arnaud Boetsch avait atteint la finale à Marseille dès 1994, Guy Forget demeure le premier tricolore à s'être imposé dans la cité phocéenne deux ans plus tard. A Marseille, il triomphe ainsi dans la ville de son enfance où il avait commencé à jouer au tennis. Il met aussi fin à quatre ans sans victoire en tournoi. Sa victime en finale ? Un autre Français, Cédric Pioline, battu 7-5, 6-4. Ce dernier manque alors pour la neuvième fois d'affilée l'occasion de remporter son premier titre en carrière. Mais Pioline n'a pas ruminé longtemps son échec : un mois plus tard, il soulevait son premier trophée lors de sa dixième finale sur le circuit à Copenhague, l'emportant face au Danois Kenneth Carlsen devant son public (6-2, 7-6).

2000 : Rosset console un Federer en pleurs. Déjà vainqueur des deux premières éditions et champion olympique à Barcelone en 1992, Marc Rosset se retrouve pour la troisième fois en finale du tournoi phocéen. De l'autre côté du filet, se dresse un autre Suisse très prometteur de seulement 18 printemps, un certain… Roger Federer. Sur le court, l'aîné n'a pas l'intention d'offrir son premier titre sur le circuit ATP à son jeune compatriote et s'impose au bout du suspense et du tie-break après trois sets de combat (2-6, 6-3, 7-6). Passé tout près de son premier titre sur le circuit, Federer s'effondre en pleurs, croyant avoir laissé passer une occasion unique. Lors de la remise des trophées, Rosset le console et déclare : "Merci de m'avoir laissé gagner. Je prends ce match mais tu gagneras les autres." On connaît la suite…

2008 : Murray, le champion le plus précoce. A seulement 20 ans, un Ecossais au caractère bien trempé marque Marseille de son empreinte. En Provence, où Jo-Wilfried Tsonga et Novak Djokovic, alors tout récents finalistes de l’Open d’Australie étaient également engagés et très attendus, c’est finalement Andy Murray qui rafle la mise. Tombeur notamment de Stan Wawrinka et des deux Français Nicolas Mahut et Paul-Henri Mathieu, il s’offre alors le cinquième titre d’une carrière qui n’en est qu’à ses prémices en dominant nettement la Croate Mario Ancic en finale (6-3, 6-4). Plus tard dans une saison qui le voit s’installer dans le top 5, il atteindra même sa première finale de Grand Chelem à l’US Open. Il reste à ce jour le plus jeune vainqueur du tournoi et aurait dû y faire un retour remarqué cette saison, onze ans après son sacre. Mais sa hanche en a décidé autrement.

Andy Murray à Marseille en 2008

Andy Murray à Marseille en 2008Getty Images

Deux stats à retenir

6. Six Français se sont imposés à Marseille : Guy Forget en 1996, Fabrice Santoro en 1999, Arnaud Clément en 2006, Gilles Simon en 2007 et 2015, Jo-Wilfried Tsonga en 2009, 2013 et 2017 et Michaël Llodra en 2010, soit neuf trophées récoltés par les tricolores en 26 éditions.

4. Jo-Wilfried Tsonga pourrait devenir cette année le joueur le plus titré de l’histoire du tournoi s’il venait à s’imposer. Le Manceau, couronné à trois reprises (2009, 2013, 2017), partage actuellement le record avec le Suisse Marc Rosset (1993, 1994, 2000) et le Suédois Thomas Enqvist (1997, 1998, 2002).

Le joueur à suivre : Borna Coric

On n’a plus vu le Croate sur les courts depuis Melbourne où il était apparu hésitant et fébrile face à Lucas Pouille. Impérial avec la Croatie en finale de la dernière Coupe Davis face aux Bleus, il avait conclu en beauté une année 2018 pleine de promesses. Aux portes du top 10, il avait notamment atteint la finale du Masters 1000 de Shanghai en battant au passage Roger Federer, sa deuxième victoire sur la légende suisse quelques mois après son triomphe sur le gazon de Halle. A Marseille, il y a fort à parier que Coric voudra lancer sa saison 2019 qui doit être celle de la confirmation.

Borna Coric
Pariez sur le Tennis avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0