Tout va bien pour Novak Djokovic. Après plus d'un mois sans jouer, le numéro 1 mondial n'a visiblement rien perdu de sa confiance suprême. Son entrée en lice face au prometteur Jannik Sinner, finaliste du premier Masters 1000 de l'année à Miami, ressemblait fort au piège parfait pour une reprise mais il n'est pas tombé dedans, loin de là. Très impressionnant pour terrasser son jeune rival (6-4, 6-2), il avait donc bien des raisons de sourire et est apparu détendu devant la presse, disposé à répondre à toutes les questions, même les plus délicates c'est-à-dire celles qui ne concernent pas directement ses performances irréprochables sur le court.
Au rayon des (légères) contrariétés figurent ainsi entre autres les déclarations récentes de son père Srdjan, jamais le dernier quand il s'agit de défendre son fils, quitte à être outrancier. Pour rappel, voici quelques jours, l'intéressé s'en était pris à Roger Federer, l'un des grands rivaux de "Nole", à la télévision serbe dans les termes suivants. "Il y a 15 ans (en Coupe Davis en 2006, le Bâlois n’avait pas apprécié le comportement de Djokovic contre Wawrinka, NDLR), il a critiqué mon fils parce qu’il savait que Novak serait meilleur que lui. À l’époque, j’ai dit que Federer était un grand champion, le meilleur joueur de l’époque, mais pas un grand homme."
ATP Monte-Carlo
Numéro 1 mondial à la Race, Stefanos Tsitsipas se met dans les pas des plus grands
19/04/2021 À 09:37

Hénin : "Djokovic avait à coeur d'envoyer un message"

Je ne suis pas toujours d'accord avec tout ce qu'il dit
Invité à commenter les propos de son père, Djokovic n'a pas évité le sujet, parvenant à préserver un équilibre souvent difficile à trouver dans ces sujets délicats. "Je l'aime, il m'est d'un grand soutien. Je ne peux pas contrôler ce qu'il dit, chacun a le doit d'exprimer son opinion, mais je ne suis pas toujours d'accord avec tout ce qu'il dit. C'est un passionné et il veut me protéger, bien sûr que je le soutiens", a-t-il réagi. Une manière d'éteindre une éventuelle polémique et de faire preuve d'une certaine diplomatie à l'égard du Suisse, tout en se gardant bien de révéler le fond de sa pensée.
Le caractère volcanique de Srdjan Djokovic a plusieurs fois par le passé écorné l'image de son fils auprès du grand public, sans pour autant que leur relation en souffre. Car "Nole" le sait, s'il est devenu l'un des plus grands joueurs de l'histoire du tennis, il le doit aussi à son père qui a fait bien des sacrifices pour qu'il réalise son rêve.

Di Pasquale: "Comme si Federer prenait le chemin pour faire un dernier gros coup"

ATP Monte-Carlo
Tsitsipas : "La saison sur terre battue ne pouvait pas mieux commencer"
18/04/2021 À 17:58
ATP Monte-Carlo
Henin : " Stefanos Tsitsipas a été chirugical"
18/04/2021 À 17:45