Il avait confié ne pas être particulièrement enthousiaste à l'idée de défier le "Taureau de Manacor". Mais Andrey Rublev cachait bien son jeu. Nullement éprouvé par son combat de près de trois heures la veille face à Roberto Bautista Agut, le Russe a réalisé une superbe performance vendredi pour se défaire en trois sets (6-2, 4-6, 6-2) et 2h32 de jeu de celui qui a soulevé 11 fois le trophée sur le Rocher, Rafael Nadal. Au-delà de cette prestation remarquable, il confirme ainsi qu'il a franchi encore un cap avec une deuxième demi-finale consécutive en Masters 1000 après Miami. Pour jouer sa première finale à Monte-Carlo, il croisera le fer samedi avec Casper Ruud, tombeur du tenant du titre, Fabio Fognini.

Nadal a puisé au fond de ses réserves, mais ça n'a pas suffi face au mur Rublev : Le résumé en vidéo

ATP Madrid
Sensation à Madrid : Zverev fait tomber Nadal
07/05/2021 À 15:18
S'attendait-il lui-même à déboulonner la statue du Commandeur ? A le voir s'effondrer à genoux sur l'ocre après un ultime coup droit décroisé gagnant, on peut en douter. Incrédule, Andrey Rublev est pourtant parvenu à faire flancher Rafael Nadal, qui semblait bien parti cette semaine pour écrire une nouvelle page de sa glorieuse histoire sur le Rocher. L'Espagnol n'avait perdu que 5 jeux lors de ses deux premiers matches, et c'est finalement peut-être ce côté expéditif qui lui aura été fatal. Car vendredi, le niveau de l'autre côté du filet était bien plus élevé, avec tout le respect dû à Federico Delbonis et Grigor Dimitrov.

Rublev a eu la tête dure

Le mérite de Rublev est d'autant plus grand que beaucoup se seraient effondrés à sa place après la perte du deuxième set. Ultra-agressif, mais aussi dominateur dans la filière longue (23 points gagnés sur les échanges de plus de 9 frappes contre 16 à son adversaire), le Russe avait infligé un 6-0 à Nadal, excusez du peu, entre 2-2 dans le premier set et 6-2, 2-0. Il a même mené 6-2, 4-2 et a eu de multiples occasions de double break qu'il n'a pas pu convertir. Car au bord du K.-O., le Majorquin a été à la hauteur de sa réputation : il s'est battu comme un lion, résistant aux assauts adverses pour rester au contact.

Rafael Nadal à Monte-Carlo en 2021

Crédit: Getty Images

Et sa combativité a, comme très souvent, fini par payer : sur une anticipation dont il a le secret sur un smash pénalty pour Rublev, Nadal a dégainé sa spéciale, un passing de coup droit long de ligne gagnant qui lui a offert le débreak. Sur sa lancée, il est allé chercher la manche, profitant des errances d'un adversaire sonné. Revenu de l'enfer, plus rien ne devait résister au numéro 3 mondial. C'était sans compter la capacité de son rival russe à mettre sa déception de côté et à repartir au charbon. D'un engagement total sur chaque frappe dès la relance, Rublev a repris sa marche en avant en s'emparant de la mise en jeu adverse d'entrée dans l'ultime acte. Et malgré un débreak immédiat, il a poursuivi sur cette voie.

Nadal lâché par son service et son revers

Pourtant spécialiste dans l'art de la baston, Nadal a vu irrémédiablement son adversaire prendre le large cette fois. Le Majorquin n'a finalement pas pu conjurer ses difficultés du jour au service (7 doubles fautes) et surtout à l'échange : il a commis 36 fautes directes, dont 19 côté revers, son gros point faible du jour, surtout dans la diagonale. Frustré comme rarement, il s'est même invectivé avec virulence sur certains ratés.
A-t-il trop craint son adversaire ? Souffrait-il encore du dos ? Ou manquait-il tout simplement de sensations ? Une chose est sûre : pour la 2e édition consécutive, il ne sera pas au rendez-vous de la finale à Monte-Carlo. A son échelle, c'est incontestablement un événement.
ATP Madrid
C'était du Nadal express
06/05/2021 À 14:34
ATP Madrid
Premier duel, première leçon : Nadal écrase Alcaraz
05/05/2021 À 15:13