La course contre la montre de Novak Djokovic démarre par un retard à l'allumage. Pour son grand retour sur le circuit, après sa participation à Dubaï fin février, Novak Djokovic a pu constater que les travaux qui l'attendent dans sa défense de titre à Roland-Garros en mai prochain sont colossaux. N'importe quel professionnel vous le dira : rien ne remplace les matches et l'enchaînement de ceux-ci.
Alors, forcément, au moment de pénétrer sur le court Rainier III ce mardi pour défier Alejandro Davidovich Fokina, Djoko manquait de repères et ça s'est vu très vite. Le métronome du fond de court n'avait plus le sens du rythme et c'est tout son tennis qui s'en est trouvé déréglé, comme l'attestent ses 45 fautes directes. Dès l'entame, il a vite compris que les choses allaient mal tourner. Et malgré un baroud d'honneur qui aura confirmé sa faculté à saisir la moindre occasion lors du deuxième acte, il a fini par baisser les armes (6-3, 7-6, 6-1), lessivé par un combat qu'il ne pouvait honorer.
ATP Finals
Il est leur Maître à tous
20/11/2022 À 19:46
"Je tiens d’abord à féliciter, Alejandro, a-t-il glissé en conférence de presse. Il était meilleur aujourd’hui. Il a trouvé un meilleur rythme. J’étais sur la corde raide tout au long du match, courant après les opportunités. Il aurait pu gagner en deux sets. J’ai réussi à m’accrocher pour gagner le deuxième mais après, j’étais cuit physiquement".

Hénin "pas inquiète" pour Djokovic après sa défaite d'entrée à Monte-Carlo

Si tu ne sens pas tes jambes sur terre-battue…
Le numéro un mondial a été encore plus honnête au moment d'évoquer cette troisième manche expédiée en 48 minutes et émaillée de nombreuses fautes directes : "Je me suis effondré physiquement, complètement. Je ne pouvais plus bouger". Son service, si efficace dans les moments critiques, aura tourné à vide (9 breaks concédés !) et l'aura exposé aux rafales d'un Davidovich Fokina en dernière manche. Alors, forcément, difficile d'espérer mieux.
"Je suis déçu, bien sûr, a-t-il encore avoué malgré une pression de résultats moindre ce mardi. Je n'ai pas aimé la façon dont je me sentais physiquement dans le troisième. J'ai manqué de gaz. Je ne pouvais pas vraiment lutter dans les rallyes avec lui. Et si tu ne sens pas tes jambes sur la terre battue, c'est mission impossible".
Son passage express en Principauté aura eu le mérite de lui donner une idée des axes de travail pour les semaines à venir. Il a d'ores et déjà promis d'aborder avec son équipe cette grosse fringale du troisième set. Mais l'heure n'est pas encore à l'urgence pour le Djoker. Avant de débarquer à Monte-Carlo, il savait que le temps serait son meilleur allié et la situation n'a pas fondamentalement changé même s'il aurait sans doute aimé pouvoir enchaîner.

Un tout petit tour et puis s'en va déjà pour Novak Djokovic à Monte-Carlo.

Crédit: Getty Images

Belgrade pour retrouver des sensations

"Encore une fois, je ne vais pas m'arrêter ici, a-t-il rappelé. Je vais tout faire pour être au pic de ma forme pour Roland-Garros. C'est le grand objectif de la saison sur terre battue. Je savais qu'il allait me falloir du temps pour me sentir bien sur terre battue. Cela a toujours été historiquement le cas. Je n'ai jamais très bien joué dans les tournois en ouverture de la saison sur terre".
La suite arrive très vite puisque dès la semaine prochaine, le Djoker retrouve son Belgrade pour un ATP 250 à même de le faire monter en puissance. Viendront ensuite Rome, Madrid puis Paris. Largement de quoi se retaper. Pour mieux terroriser.
ATP Finals
David peut-il renverser Goliath ? Ruud face à l'impossible mission
19/11/2022 À 23:48
ATP Finals
Un dernier effort pour un nouveau record
19/11/2022 À 23:24