Quand la géopolitique bouleverse le monde du sport, certains acteurs en sont plus affectés que d’autres. Daniil Medvedev le vit peut-être à ses dépens. Écarté des courts lors de la dernière édition de Wimbledon en raison de la guerre menée par la Russie en Ukraine (aucun Russe ni Biélorusse n’était autorisé à participer au tournoi anglais), le numéro 1 mondial a retrouvé la compétition la semaine dernière à l’occasion de l’ATP 250 de Los Cabos, qu’il a remporté face à Cameron Norrie en finale (7-5, 6-0), pour s’offrir son premier titre cette saison.
Après un mois de pause, le Russe n'ayant pas repris la raquette lors la seconde partie de la saison sur terre en juillet, il a fallu quelques jeux à Daniil Medvedev pour reprendre ses repères, même s'il n’a cédé aucun set au Mexique. Malgré cette maîtrise sur un tournoi qui ne réunit pas les meilleurs joueurs du monde, le vainqueur du dernier US Open n’a pas encore remis en place la totalité de son jeu. Il a par ailleurs été opéré d'une hernie en avril dernier, ce qui lui avait fait manquer quelques semaines de compétition.
ATP Montreal
La persévérance de Carreño Busta, un podium moins glorieux pour Monfils
15/08/2022 À 07:21
Ce passage par la case opération lui a coûté. Il a quitté Roland-Garros dès les 8es de finale alors qu'il avait un tableau très ouvert. Puis, sur gazon, il a perdu deux finales consécutives à Rosmalen et Halle. De quoi rendre sa première partie de saison 2022 très perfectible. Sa défaite en finale de l'Open d'Australie face à Rafael Nadal, contre qui il avait mené deux manches à rien avant d'être renversé, est aussi passée par-là. Au Mexique, Medvedev a enfin gagné un tournoi en 2022, mais il n'a pas encore retrouvé son niveau.

Medvedev s'adjuge la finale, Norrie n'a rien pu faire : Le résumé de la finale

Un jeu modifié

“Je ne l'ai pas trouvé exceptionnel à Los Cabos. Timoré par rapport à ce qu'il avait fait en Amérique l'an dernier”, analyse notre consultant Jean-Paul Loth. Pour l’ancien capitaine de l’équipe de France de Coupe Davis, Daniil Medvedev a tenté de mettre en place de nouvelles caractéristiques dans son jeu depuis le début de saison.
“Peut-être essayait-il en début de saison de modifier un peu sa manière de jouer comme l'ont fait les membres du Big Three avant lui, quand une manière de jouer ne suffisait plus à terrasser tout le monde. En début de saison, je le sentais plus vif en attaque, plus déterminé pour ne pas prolonger les échanges, voire venir un peu plus souvent au filet qu'auparavant. Et ça, ça ne se règle pas en deux mois, explique l’ancien joueur. Modifier une manière de jouer pour devenir numéro 1 mondial et ne pas être surpris par la suite par des joueurs qui vous étudient, ce n'est pas évident. Il va probablement y arriver, mais ça lui prendra sûrement du temps.“

Medvedev s'adjuge la finale, Norrie n'a rien pu faire : Le résumé de la finale

L’impact de la guerre en Ukraine

Outre cette modification dans son jeu, Medvedev a également pu être impacté mentalement par la guerre menée par son pays en Ukraine. Il a d’ailleurs pris la parole en février dernier pour exposer son point de vue sur la situation à travers un message posté sur Instagram.
"Vous souvenez-vous de ce que j'ai dit après la finale de l'Open d'Australie ? Il était question de moi, de mes rêves d'enfant. Je veux parler au nom de tous les enfants du monde, a débuté le Russe. Ils ont tous des rêves, leur vie commence à peine, tellement de belles expériences sont à venir : les premiers amis, les premières émotions. Tout ce qu'ils ressentent ou voient, ce sera pour la première fois. C'est pourquoi je veux demander la paix dans le monde, la paix entre les pays. Les enfants naissent avec confiance, ils croient en tout : les gens, l'amour, la sécurité et la justice, en leurs chances dans la vie. Soyons unis et montrons leur qu'ils ont raison. Aucun enfant ne devrait s'arrêter de rêver."
En plein cœur de la tourmente à cause de sa nationalité, Daniil Medvedev doit désormais jongler avec un sentiment ambivalent. "Il est forcément affecté par ce qu'il se passe mais il n'est pas directement responsable de tout ce qui se passe. Sa position est extrêmement difficile à gérer", estime notre consultant Arnaud Di Pasquale. "Ca peut peut-être lui manger un peu d'intensité de concentration sur ce qu'il était auparavant. Cette intensité de concentration, jusqu'au 100e mondial, ça n'a pas d'incidence absolue. Mais quand on est numéro 1, n'importe quel petit avatar peut avoir des conséquences importantes", rappelle Jean-Paul Loth.

Daniil Medvedev

Crédit: AFP

Une pause bénéfique

Daniil Medvedev a donc effectué une petite pause d'un mois. Mais pour Arnaud Di Pasquale, cette coupure a peut-être été un mal pour un bien : "C'est presque bénéfique en milieu de saison car ça lui permet de souffler et de repartir avec une certaine fraîcheur. À l'US Open, pas mal de joueurs arrivent assez entamés physiquement et nerveusement. Il y a certainement un sentiment de frustration et d'injustice, mais ça lui permet aussi de prendre un peu de recul, de souffler complètement, de repartir avec un cycle d'entraînement qu'on ne peut jamais faire dans l'année. Il repart sur une sorte de nouvelle saison."

Daniil Medvedev pose avec le trophée à Los Cabos

Crédit: Getty Images

"Hyper régulier" selon l’ancien joueur, et avant une tournée qu’il affectionne tout particulièrement pour s’y être révélé en 2019 en disputant six finales consécutives, Medvedev détient toujours le statut de grand favori pour les trois prochains tournois (Masters 1000 de Montréal, Cincinnati et l’US Open), surtout en l’absence de Rafael Nadal, toujours blessé, et de Novak Djokovic, pas vacciné.
“Ce qui est important c'est la victoire (à Los Cabos, ndlr), peu importe les adversaires qu'il a réussi à battre durant la semaine. C'est très rassurant. Il a fait le plein de confiance. C'est la meilleure des manières d'aller enchaîner sur deux Masters 1000 et le Grand Chelem”, est convaincu Arnaud Di Pasquale.
Jean-Paul Loth tempère cependant : “Los Cabos est un tournoi de mise en confiance. Dans sa tête, c'est comme s'il passait un ou deux tours d'un Masters 1000. Il faut attendre un peu la tournée américaine.” En l'espace de trois ans, entre 2019 et 2021, Daniil Medvedev est parvenu à s’emparer de la totalité des gros tournois ayant lieu après Wimbledon dans le calendrier ATP : l'US Open, le Masters, les quatre Masters 1000 et la Coupe Davis. De quoi penser que le nouveau boss du tennis mondial peut entamer une nouvelle moisson nord-américaine.
ATP Montreal
Une réaction de champion : revivez le sacre le plus prestigieux de Carreño Busta
15/08/2022 À 06:47
ATP Montreal
"Si quelqu'un se moque de moi, je vais répondre" : qualifié de "loser", Medvedev réagit
15/08/2022 À 06:09