Novak Djokovic peut-il s'assurer de finir l'année numéro 1 mondial pour la 7e fois ?

Ne tournons pas autour du pot, la réponse est oui. Novak Djokovic a beau n'avoir gagné "que" quatre titres cette saison - Alexander Zverev et Casper Ruud en ont accroché un de plus par exemple -, trois d'entre eux l'ont été en Grand Chelem (Open d'Australie, Roland-Garros, Wimbledon) auxquels il faut ajouter la finale de l'US Open. Rien que sur ces quatre tournois, il a donc accumulé pas moins de 7200 points.
Rolex Paris Masters
Pioline succède à Forget en tant que directeur de Paris-Bercy
16/02/2022 À 14:11
A la Race (classement depuis le 1er janvier), le Serbe affiche par conséquent une avance confortable de 1900 unités sur son plus proche poursuivant Daniil Medvedev. Si à l'issue de ce Rolex Paris Masters, il conserve une marge de plus de 1750 points - reste à distribuer entre l'ATP 250 de Stockholm et le Masters -, il sera assuré de conserver le trône en 2021. S'il gagne une 6e fois le tournoi, ce sera par exemple le cas. Même constat s'il fait le même résultat que son dauphin. Il deviendrait ainsi le premier joueur à terminer 7 saisons sur le trône, il partage pour le moment le record avec Pete Sampas (6).

Alexander Zverev est-il le favori principal du tournoi ?

Le champion olympique fait en tout cas partie du cercle restreint des deux ou trois grands favoris. Sa dynamique actuelle parle pour lui : depuis Tokyo, il a remporté 25 de ses 27 derniers matches (en comptant son simple en Laver Cup, sinon 24 sur 26). Encore sacré à Vienne dimanche, son 5e trophée de la saison après Acapulco, Madrid, les Jeux et Cincinnati (son record de 2017 égalé), Zverev affiche une confiance assez exceptionnelle et surtout une marge qui lui permet de gagner souvent même lorsqu'il ne produit pas de bout en bout son meilleur tennis comme on l'a vu en Autriche.
La perspective de finir l'année sur le podium mondial au classement pourrait le motiver encore davantage. A la Race, il n'est plus qu'à 90 minuscules longueurs d'un Stefanos Tsitsipas en perte de vitesse. Mais de là à faire de l'Allemand le grand favori, il y a peut-être un pas à ne pas franchir. A chaque fois qu'il s'aligne sur un tournoi, Novak Djokovic est au moins aussi attendu, et ce même s'il manque de rythme. Cinq fois vainqueur à Bercy et numéro 1 mondial, il a incontestablement la pancarte. Et il serait bien cavalier d'oublier le tenant du titre et récent champion de l'US Open Daniil Medvedev qui s'est d'ailleurs préparé avec Djokovic à l'académie de Patrick Mouratoglou la semaine dernière.

Et si c'était lui le boss de sa génération ? Zverev fait mieux que tous les -25 ans réunis

Qui peut espérer ravir les deux derniers billets pour le Masters ?

Avant ce Rolex Paris Masters, ils sont encore six en course pour le tournoi des Maîtres et sa grande première à Turin. Casper Ruud, Jannik Sinner, Hubert Hurkacz, Cameron Norrie, Félix Auger-Aliassime et Aslan Karatsev, respectivement 7e, 8e, 10e, 11e, 12e et 13e à la Race, peuvent encore y croire. Aucun d'entre eux n'a d'ailleurs participé à la prestigieuse épreuve de fin d'année, ce qui donne une dimension supplémentaire à l'enjeu.
Un peu plus de 800 points séparent le Norvégien, actuellement en position de virtuel qualifié, du Russe qui avait créé l'immense sensation du début de saison en atteignant les demi-finales de l'Open d'Australie en tant que qualifié. Karatsev est donc condamné à l'exploit (aller chercher le titre lui rapporterait 1000 points) pour que son rêve se réalise, la mission s'annonce aussi délicate pour Auger-Aliassime et ses près de 675 points de débours. Une bataille à quatre - Ruud, Sinner, Hurkacz et Norrie se tiennent en 230 unités - se profile plus certainement. A noter que le tournoi ATP 250 de Stockholm la semaine prochaine pourrait éventuellement avoir un rôle à jouer aussi.

Match dingue, points de fous : comment Sinner a finalement déraillé face à Tiafoe

Y aura-t-il un Français en quart de finale ?

Si la glorieuse incertitude du sport frappe souvent quand on ne l'attend pas, les chances semblent minces. Vu l'état actuel du tennis français, les résultats de la saison et le tableau, il est difficile de voir un des sept Bleus engagés dans le grand tableau imiter Ugo Humbert l'an dernier (battu par Milos Raonic au tie-break du 3e set aux portes des demies). Une seule chose est certaine : il y aura au moins un Français au 2e tour puisque Hugo Gaston, seul rescapé tricolore des qualifications, et Arthur Rinderknech croisent le fer d'entrée lundi.
Pour le reste, Richard Gasquet, Pierre-Hugues Herbert, Benoît Paire et Adrian Mannarino seront condamnés à réaliser une grande performance dès le 1er tour respectivement face à Grigor Dimitrov, Carlos Alcaraz, Pablo Carreno Busta et Nikoloz Basilashvili. Comme souvent, les espoirs les plus sérieux reposeront sur les épaules de Gaël Monfils qui défiera Miomir Kecmanovic d'entrée. Mais c'est un monumental défi, qu'il n'a jamais su relever jusqu'ici dans sa carrière en 16 tentatives, pourrait l'attendre en huitième de finale face à un autre Serbe, puisqu'il pourrait y défier Novak Djokovic. Et malgré le retour d'un bon niveau de jeu et de la confiance ces dernières semaines, "La Monf" n'a pas franchement rassuré sur son état de forme en conférence de presse.

Du grand écart à la volée... sans raquette : Monfils a tout tenté sur cet échange dingue

Murray et Alcaraz peuvent-ils confirmer voire amplifier leur dynamique ?

Ils sont en tout cas attendus au tournant. L'Ecossais de 34 ans a bluffé son monde ces dernières semaines, confirmant l'impression laissée au 1er tour de l'US Open où il avait bien failli éliminer Stefanos Tsitsipas. S'il ne va pas très loin encore dans les tournois auxquels il participe, l'ex-numéro 1 mondial est persuadé qu'il va finir par faire une percée dans un tournoi. Et pour cause, il a notamment battu Hubert Hurkacz à Vienne, retrouvant un niveau digne du Top 10 sur ce match. Le principal obstacle pour lui réside dans l'enchaînement des matches.
Le tableau du Rolex Paris Masters n'a d'ailleurs pas été vraiment clément. Il a hérité d'un des pires qualifiés possibles en la personne du jeune et très prometteur Jenson Brooksby, et s'il s'en sort, il pourrait retrouver Félix Auger-Aliassime au 2e tour. De son côté, le jeune phénomène Carlos Alcaraz - tombeur de Murray et de Matteo Berrettini en Autriche pour atteindre les demi-finales - a assez de feu dans sa raquette et de plomb dans la tête pour faire bien des dégâts dans le Masters 1000 parisien. S'il l'emporte face à Pierre-Hugues Herbert d'entrée comme la logique le voudrait, il pourrait même être un arbitre de choix dans le sprint vers le Masters : un potentiel 2e tour de jeunes ambitieux face à Jannik Sinner promet bien des étincelles.
Rolex Paris Masters
Relâchement, service-volée, fraîcheur : comment Djokovic a repris la main
07/11/2021 À 23:07
Rolex Paris Masters
10-0 : Djokovic, le prédateur au sang-froid amoureux des moments chauds
07/11/2021 À 22:55