Stefanos Tsitsipas a dû mettre le bleu de chauffe. A l'image de son 1er tour face à Dusan Lajovic, le Grec, tête de série numéro 3 à Pékin, a eu le mérite de bien réagir après un début de match compliqué jeudi contre le Géorgien Nikoloz Basilashvili. Il a ainsi renversé son adversaire (4-6, 6-3, 6-2) qui perd par la même occasion son titre, en 2h08 de jeu. S'il veut rallier le dernier carré, il devra se montrer plus efficace sur ses opportunités de break face à l'Américain John Isner, vainqueur plus tôt dans la journée de Daniel Evans (7-6, 7-5).
Car Tsitsipas a eu toutes les peines du monde à faire la différence. Avant de réaliser son premier break, le 7e joueur mondial a laissé filer pas moins de 11 occasions (3 saisies sur 17 au total) et le premier set face à un Basilashvili impeccable en cadence dans la première partie du match. Mais le Géorgien a progressivement baissé de niveau, notamment au service (8 aces pour 9 doubles fautes) et la dynamique s'est inversée. De son côté, le Grec a fait preuve de caractère et retrouve les quarts de finale sur le circuit pour la première fois depuis le tournoi de Washington au début de l'été américain.
Wimbledon
Le 188e mondial a fait douter Tsitsipas
IL Y A 13 HEURES

Isner à l'expérience

Il y défiera un adversaire qu'il a affronté en double voici dix jours lors de la Laver Cup. John Isner a en effet tenu son rang plus tôt dans la journée. L’Américain, 19e joueur mondial, a pris le meilleur sur le Britannique Daniel Evans en deux sets serrés (7-6, 7-5) et près de deux heures de jeu (1h50 précisément). Après avoir fait tomber Gaël Monfils pour son entrée en lice, il a donc confirmé, s’appuyant comme toujours sur la qualité de son service.
Pas impérial à l'échange, il a su réserver ses meilleurs coups pour les moments les plus importants. John Isner a géré sa partie comme le vieux briscard qu’il est. Malgré quelques difficultés à l’échange, le géant a pu compter sur la qualité de sa première balle (69 % dans le court et 84 % de réussite derrière, 21 aces pour aucune double faute) pour faire la différence dans le "money time" contre un Daniel Evans accrocheur. A deux reprises, l'Américain a su placer un coup d’accélérateur décisif en fin de set : d’abord dans le jeu décisif du premier, puis pour saisir sa seule opportunité de break à 5-5 dans le second. De quoi laisser son adversaire frustré, comme tant d'autres avant lui.
ATP Santa Ponsa
Première sur gazon, gros plein de confiance : Tsitsipas se rassure avant Wimbledon
25/06/2022 À 15:45
ATP Santa Ponsa
Tsitsipas arrête Bonzi et jouera sa première finale sur gazon
24/06/2022 À 15:00