AFP

Face à Roger Federer, Novak Djokovic a eu le dernier mot en finale du Masters

Jusqu'au bout, Djokovic aura eu le dernier mot

Le 22/11/2015 à 20:34Mis à jour Le 22/11/2015 à 21:19

ATP WORLD TOUR FINALS 2015 - Novak Djokovic a terminé sa saison exceptionnelle sur un 5e titre au Masters en battant Roger Federer (6-3, 6-4), dimanche à Londres. Dominé par le Suisse en phase de poules, le numéro un mondial a répondu de la meilleure des manières en s'adjugeant son 4e titre de suite dans cette compétition et son 11e sur l'ensemble de l'année.

Le dernier round ne pouvait pas lui échapper. Dimanche, sous les yeux des Londoniens de l'O2 Arena, Novak Djokovic s'est adjugé le dernier tournoi de la saison face à celui qui lui a donné le plus de fil à retordre en 2015 : Roger Federer. Sa récente défaite en match de poules face au même homme il y a quelques jours (7-5, 6-2) n'a perturbé en rien le numéro un mondial, qui a triomphé pour la quatrième année de suite au Masters (la 5e en tout) en battant le Suisse en deux sets et 1h20 de jeu (6-3, 6-4). C'est ce qui s'appelle terminer l'année en beauté.

Battre Novak Djokovic dans un tournoi, ce n'est déjà pas simple. Mais deux fois dans la même semaine, qui plus est en finale, c'était mission impossible. Roger Federer s'est essayé à l'exercice avec envie et optimisme, mais il n'a pas eu le dernier mot qui lui aurait fait un bien fou, lui qui cherche toujours à remporter un titre majeur depuis Wimbledon 2012. Et pour cause : le Novak Djokovic de la finale n'avait rien à voir avec celui croisé en phase de poules quelques jours plus tôt. Mais sans être toutefois transcendant, le Serbe a joué beaucoup plus juste que son adversaire. La mine déconfite du Bâlois en fin de partie, ponctuée sur une double faute, en disait long sur sa déception.

Une double faute pour mettre fin à un suspense tout relatif

Premier signe qui ne trompe pas : son service. Les premières balles ont eu du mal à sortir de la raquette de Federer. Et malgré un taux de réussite nettement supérieur à celui de Djokovic en première intention (71% contre 62%), Federer a péché là où il ne fallait pas : en secondes balles. Comme souvent, c'est à la relance que le Serbe a fait mal. Ses 43% de réussite derrière ce coup ont littéralement plombé la finale du Suisse. Le premier break de la partie est arrivé dès son deuxième jeu de service. Cet avantage a été conservé tranquillement par le numéro un mondial, qui n'a eu que deux balles de break à jouer sur ses mises en jeu. Deux occasions en début de match qui n'ont plus eu d'écho par la suite.

Avec le premier set en poche, Djokovic a poursuivi son effort dans le set suivant pour planter ses dernières banderilles. La fin de match a failli se sceller à 4-3 dans le huitième jeu, au moment où le Serbe s'est procuré trois balles de break. Mais le Suisse a fini par sauver sa mise en jeu en inscrivant cinq points de suite. Ce n'était qu'un sursaut. A 5-3, Federer a eu deux balles de match à gérer sur son service. Si la première a été écartée, la seconde s'est soldée sur une double faute, sa 31e faute directe du match (pour 19 coups gagnants), mettant fin pour de bon à un suspense tout relatif.

Le Bâlois termine ainsi l'année à la troisième place mondiale, Andy Murray s'intercalant entre lui et le Serbe, et sur une nouvelle déception. Pour Djokovic, c'est sur un dernier triomphe qu'il termine sa saison avec 82 victoires au compteur (en 88 matches) et son 11e titre de l'année, cerise sur le gâteau énorme qu'il s'est concocté avec les trois titres majeurs décrochés à l'Open d'Australie, Wimbledon et l'US Open. Malgré une domination du début à la fin de saison, seul Roland-Garros lui résiste encore. Ce n'est sans doute que partie remise.

0
0