AFP

Masters 2015 : Les 3 stats qui montrent à quel point Novak Djokovic a fini très fort sa semaine

Les 3 stats qui montrent que Djokovic a fini la semaine en boulet de canon

Le 22/11/2015 à 23:48Mis à jour Le 23/11/2015 à 00:06

MASTERS - Et dire qu'il semblait émoussé cette semaine... Pourtant, Novak Djokovic a fini par s'imposer une nouvelle fois au Masters en dominant Rafael Nadal en demi-finale et Roger Federer en finale. Deux victoires loin d'être anodines, comme le démontrent ces trois statistiques communes à ses deux derniers matches.

L’armure s’était fissurée en poules, Novak Djokovic montrant d’évidents signes de lassitude physique et mentale lors de ses deux matchs contre Roger Federer et Tomas Berdych. Et puis le numéro un mondial a donné un dernier coup de collier en 2015, en patron, et a sorti le grand jeu contre Rafael Nadal en demie et Roger Federer en finale - quittant au passage Londres avec un face-à-face en carrière à l’équilibre contre ses deux grands rivaux (23-23 contre l’Espagnol, 22-22 contre le Suisse).

Les 3 statistiques qui illustrent à quel point le Serbe a fini fort :

1h20. La durée moyenne de ses victoires contre Rafael Nadal et Roger Federer. Soit 1h19 contre l’Espagnol et 1h21 contre le Suisse. Sur une surface aussi abrasive que celle de l’O2 Arena, où les sets ont fréquemment tourné autour d’une heure de jeu tout au long de la semaine, il fallait vraiment être au-dessus du lot pour signer des résultats pareillement à sens unique. 6-3, 6-3 et 6-3, 6-4 : c’est peu dire que les deux derniers matchs de Djokovic l’ont été.

0. Le nombre de break concédé par le Serbe lors de ces deux matchs. Mieux : il n’a même pas concédé la moindre balle de break à Rafael Nadal, et seulement deux à Roger Federer, en début de partie, avant que le Suisse ne voit plus le jour sur l’engagement du numéro un mondial. Si vous vous demandiez encore en quoi pouvait résider l’apport de Boris Becker en tant qu'entraîneur…

32 et 10. Deux chiffres pour le prix d'une stat, oui, qui illustrent l’adaptabilité du Serbe à toutes les situations... et sa capacité à dominer ses adversaires dans leurs propres schémas préférentiels. Contre Rafael Nadal, c’est dans le registre des rallyes, des longs bras-de-fer, que le Serbe a fait la différence, remportant 10 des 13 points de 10 coups et plus, tandis que Nadal tenait la distance dans les schémas courts (25-25).

A l’opposé, face à Roger Federer, le Serbe a (curieusement) perdu la bataille de ces points longs (9 à 12). Par contre, il a dominé le Suisse sur son propre terrain de prédilection, remportant la majorité des points disputés en 5 coups de raquette et moins (32 contre 26). Des chiffres techniques, mais que l’on peut résumer facilement : il bat le roi de l’endurance sur marathon et bat le roi des sprinteurs sur 100m. Bref, Novak Djokovic est le plus fort partout.

Novak Djokovic - Masters 2015

Novak Djokovic - Masters 2015AFP

Pariez sur le Tennis avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0