Getty Images

A Londres, Djokovic a (encore) deux records dans le viseur

A Londres, Djokovic a (encore) deux records dans le viseur

Le 08/11/2019 à 18:33Mis à jour Le 10/11/2019 à 14:24

MASTERS - Novak Djokovic sera le favori du tournoi des maîtres à Londres. Comme toujours ces dernières années. Finaliste malheureux lors de ses deux dernières participations, le Serbe retente sa chance pour égaler les six titres de Roger Federer. S'il y parvient, il pourrait égaler une autre légende dans un autre domaine. La quête des records se poursuit. Et c'est tout sauf fini.

C'est tout le paradoxe de la logique mathématique du classement ATP. Arrivé à Bercy en numéro un mondial, Novak Djokovic a quitté la capitale française en vainqueur mais, aussi, en roi déchu. Cette bataille-là était perdue d'avance. Le Serbe savait qu'indépendamment du scénario parisien, il cèderait la place de numéro un mondial à Rafael Nadal à l'issue du Paris Masters. Mais en s'imposant dans le dernier Masters 1000 de l'année, il a aussi accru ses chances d'achever la saison au sommet de la hiérarchie. Ce ne sera pas le moindre de ses objectifs à Londres. Mais ce ne sera pas le seul.

Dans la folle course à distance qu'il mène face à Roger Federer et Rafael Nadal, Djokovic peut avec un dernier coup de collier faire d'une pierre historique deux coups en l'espace d'une semaine. Si tout se goupille bien pour lui, il a la possibilité d'égaler deux records d'importance. Moins clinquants que le nombre de titres en Grand Chelem, sur lequel beaucoup se focalisent et/ou font l'alpha et l'oméga de la "Guerre du Goat", mais tout sauf négligeables.

Vidéo - Appelez-le DjoGoat : "Quand il est en très grande forme, Djoko est supérieur à tous"

03:25

Federer et Sampras égalés ?

Le premier, c'est celui des titres au Masters. Depuis 2011, Roger Federer en est l'unique détenteur avec six couronnes. En dominant Jo-Wilfried Tsonga en finale cette année-là, le Suisse avait dépassé Ivan Lendl et Pete Sampras, rejoints depuis par Novak Djokovic. Vainqueur du Masters pour la première fois en 2008, le Djoker s'est imposé après 2011 comme le maître des maîtres. Lauréat en 2012, 2013, 2014 et 2015, il a atteint la finale en 2016 et 2018 (il était absent en 2017). Meilleur joueur en indoor des années 2010, il ne lui reste plus qu'à aller chercher ce sixième sacre pour revenir à hauteur de Federer dans ce qui demeure le rendez-vous le plus prestigieux du tennis mondial derrière les quatre levées du Grand Chelem.

Dominé par Andy Murray en 2016 et surpris par Alexander Zverev l'an dernier, Djokovic a déjà raté deux opportunités d'égaler le Bâlois. C'est pourtant peut-être à ce prix qu'il pourra aller chercher un autre record, l'indice de mesure le plus sous-estimé de la domination d'un champion sur son époque : celui du nombre de places de numéro un mondial en fin d'année. Djokovic a bouclé cinq campagnes au sommet, en 2011, 2012, 2014, 2015 et 2018. Davantage que Nadal (4 fois) et autant que Federer (5). Seul Pete Sampras a fait mieux que lui, mais si le Serbe reprend la première place à l'issue du Masters, il reviendra au niveau de l'Américain.

640 points de retard sur Nadal

640 points séparent aujourd'hui Rafael Nadal et Novak Djokovic. L'Espagnol possède donc une marge substantielle mais la faiblesse de ses états de service au Masters comparés à ceux de son rival (il ne s'y est jamais imposé et n'y a disputé que deux finales) et surtout son état de santé constituent deux freins majeurs pour lui. Contraint au forfait avant les demi-finales à Bercy à cause d'une blessure aux abdominaux, Nadal pourrait ne pas être en mesure de défendre ses chances à l'O² Arena.

Vidéo - Djokovic : ''Avec ou sans Nadal, ce n'est pas pareil''

01:22

La multiplicité des cas de figure (chaque victoire en poule rapporte 200 points, puis 400 et 500 points supplémentaires sont en jeu lors des demies et de la finale) rend délicate toute forme de prédiction, mais, à coup sûr, s'il décroche un sixième titre à Londres, Djokovic ne devrait pas être loin de la première place mondiale.

"Bien sûr, en termes de points, ma victoire à Bercy m'a mis dans une meilleure position, admet Nole. Mais encore une fois, si je veux avoir une chance, je dois continuer de gagner, encore et encore. Je peux gagner tous mes matches à Londres, si je joue bien. Je l'ai déjà fait par le passé et j'adore jouer là-bas. Mais c'est une tâche extrêmement compliquée, parce que vous n'affrontez que des joueurs du Top 10. Et tout ne dépend pas de moi mais aussi de Nadal. Mais si j'arrivais à finir à nouveau numéro un, bien sûr, ce serait fantastique et ce serait un grand honneur d'égaler ce record."

" Si tout va bien, vous allez encore me voir un moment dans les parages "

Une reprise de pouvoir le lundi 18 novembre ne serait pas anodine. Elle garantirait a priori à Djokovic de rester au sommet du classement ATP jusqu'à la fin de l'Open d'Australie, soit pendant deux mois et demie. De quoi se rapprocher d'une autre marque mythique, celle du nombre de semaines au pouvoir. Le Djoker égalerait (au moins) les 286 semaines de Sampras (il est actuellement à 275) et se rapprocherait dangereusement des 310 semaines de Federer. C'est donc bien plus qu'un simple titre de plus qui se trame pour lui ces prochains jours sur les bords de la Tamise.

Cet été, Novak Djokovic n'avait pas caché que tous ces records trottaient dans un coin de sa tête. Il y pense, et pas qu'en se rasant le matin. Quand d'autres bottent en touche, lui assume. Mais il ne joue pas à quitte ou double au Masters. Comme il l'a glissé en quittant Paris, il n'a pas fini de chasser : "je pense que j'ai envie de jouer au tennis pendant encore très longtemps. Je ne peux pas dire combien d'années, mais j'espère que ce sera pendant longtemps. Alors si tout va bien, vous allez encore me voir un moment dans les parages." Djokovic a toujours faim, et il a encore le temps.

Novak Djokovic

Novak DjokovicEurosport

Pariez sur le Tennis avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0