Getty Images

Une saison "not too bad" ?

Une saison "not too bad" ?

Le 15/11/2019 à 09:57Mis à jour Le 15/11/2019 à 15:29

ATP FINALS - Éliminé par un Roger Federer brillant jeudi à Londres, Novak Djokovic n’a pas réussi à remettre le costume de numéro 1 mondial en fin d’année et ainsi égaler son idole Pete Sampras. Si sa saison n’est encore terminée officiellement avec la Coupe Davis qui arrive, force est de constater que ce cru 2019 aura une place à part dans l’histoire du Djoker.

Voilà, c’est fini. Mais parce que les artistes ne rechignent jamais pour un rappel, Novak Djokovic n’a pas encore mis un terme définitif à sa saison jeudi après sa défaite face à Roger Federer. Le Serbe l’avait promis, il tiendra ses engagements : il sera bien à Madrid, auprès de Gérard Piqué, l’organisateur du raout, pour disputer la première mouture de la nouvelle Coupe Davis.

Après coup, certains se sont inquiétés de l’état de son coude, qui a semblé tourner au milieu du second set. Le Djoker s’est voulu rassurant : "J’espère que ce n’est rien qui puisse m’empêcher de jouer à Madrid, a-t-il avancé. Même si la douleur était vive, j’ai pu finir le match. Si j’avais eu quelque chose de sérieux, je n’aurais pas été capable de tenir ma raquette. Je pense que c’était juste un faux mouvement, rien qui ne pose problème pour la suite".

  • Le résumé vidéo du duel Federer-Djokovic

La suite est certes alléchante à ses yeux mais dépourvu de tout enjeu comptable. Jeudi, à Londres, Novak Djokovic a raté un objectif clair à ses yeux : finir numéro 1 mondial au nez et à la barbe de Rafael Nadal et rejoindre Pete Sampras au sommet du classement des joueurs ayant fini leader de l’année ATP. Finalement, l’Américain reste seul maître à bord de ce record (6 fois) tandis que l’infernal trio Djokovic-Nadal-Federer (5 fois) accompagne encore Jimmy Connors.

7e meilleur total de points de sa carrière

De quoi laisser des regrets au Serbe ? Pas sûr à l’écouter. "Je sors juste du court, avec forcément une impression pas trop positive sur mon jeu et sur la façon dont je clos ma saison, a-t-il admis. Mais c'était une bonne année et dès demain [vendredi, NDLR] je pense que je verrai les choses différemment de maintenant. Bien sûr que la place de numéro un était une grande motivation mais il y a des enjeux à chaque fois que vous pénétrez sur un court".

Difficile de lui donner tort. D’ailleurs, son idole Pete Sampras peut lui servir de référence. "Si vous remportez un Grand Chelem, la saison est bonne", avait expliqué l’Américain en son temps. De ce point de vue-là, la saison de Djokovic est excellente.

Intouchable à Melbourne, il aura réussi l’exploit de rester de marbre à Wimbledon dans une dernière manche étouffante avec une atmosphère contre lui. Ses deux nouveaux Majeurs l’ont aussi rapproché de Roger Federer au classement ultime (16 titres contre 20 au Suisse). Bien sûr, Nadal aussi a bénéficié de l’année 2019 pour grignoter. Mais Djokovic semble à même de pouvoir encore gagner sur toutes les surfaces, ce qui n’est plus forcément le cas de ses rivaux.

Vidéo - Federer : "La différence avec Wimbledon ? J'ai gagné une balle de match"

02:51

Au regard de son palmarès XXL, 2019 restera ainsi comme un bon cru. Loin du blockbuster ahurissant de 2015 mais dans le ton de son année passée. Au final, son année pèse 9145 points, son 7e meilleur total en carrière.

Le détail du classement et des points ATP de Novak Djokovic à chaque fin de saison

Année Classement en fin d'année Nombre de points Titres (dont titres en Grand Chelem)
2006 16e 1 380 2 (0)
2007 3e 4 470 5 (0)
2008 3e 5 295 4 (1)
2009 3e 8 310 5 (0)
2010 3e 6 240 2 (0)
2011 1er 13 630 10 (3)
2012 1er 12 920 6 (1)
2013 2e 12 260 7 (1)
2014 1er 11 360 7 (1)
2015 1er 16 585 11 (3)
2016 2e 11 780 7 (2)
2017 12e 2 585 2 (0)
2018 1er 9 045 4 (2)
2019 2e 9 145 5 (2)

Djokovic gagne moins qu’avant, c’est un fait. C’est surtout le fruit d’une stratégie. Le Pantagruel du début de la décennie a laissé place à un joueur qui ménage ses efforts et son calendrier pour tout miser sur les plus gros tournois, à savoir les Majeurs et les Masters 1000. En dehors de cette catégorie, le Djoker n’a d’ailleurs disputé "que" deux tournois cette saison (Doha et Tokyo), qu’il a remportés, en guise d’apéritif pré-Grand Chelem.

Alors, oui, "c’était une bonne année". Elle avait d’ailleurs commencé avec un sacré éclat de rire de sa part lorsqu’un journaliste italien à Melbourne, à l’accent bien connu sur le circuit, avait listé tous ses accomplissements jusqu’ici. "Not too bad" avait répondu, hilare, le Serbe. "Not too bad" effectivemment.

Vidéo - Fou rire en conférence de presse après l'imitation d'un journaliste par Djokovic

00:21
Pariez sur le Tennis avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0