Comme on se retrouve… Quasiment un an jour pour jour après avoir croisé le fer également lors de la 3e journée de la phase de poules du Masters, Rafael Nadal et Stéfanos Tsitsipas remettent ça ce jeudi soir. A ceci près que cette fois, l’enjeu est de taille pour les deux joueurs : une qualification pour les demi-finales du tournoi. En 2019, le Grec abordait la partie l’esprit libre, déjà assuré de figurer dans le dernier carré, tandis que l’Espagnol ne savait pas si un succès serait suffisant pour continuer l’aventure.

Profitez de notre offre Black Friday pour vous assurer de ne manquer aucun moment des Masters 2020 !

ATP Finals
Roulez jeunesse, Medvedev écarte Nadal et rejoint Thiem en finale
21/11/2020 À 22:55
S'abonner

Déjà abonné ?

Se connecter
Tennis

Rafael Nadal - Stefanos Tsitsipas 

ATP Finals 2020 | Groupe London 2020 – 3e journée

02:26:01

Replay

Finalement éliminé au nombre de sets perdus malgré 2 victoires comme Tsitsipas et Zverev, Nadal était reparti de Londres quelque peu frustré, malgré sa première place mondiale assurée. Mais ce jeudi, ce sera différent. Non pas qu’il soit assuré d’aller plus loin, mais le Majorquin peut oublier les calculatrices et autres comptes d’apothicaire : comme dans un tournoi classique, il devra l’emporter pour passer, c’est aussi simple que ça. Et même s’il reste sur une défaite, contrairement à son futur adversaire, il aborde l’événement avec confiance.

Entre Thiem et Nadal, c'était une baston mémorable : les temps-forts d'un match XXL

Entre Bercy et Londres, Nadal a changé de braquet

"Je suis heureux de la façon dont je joue. Je pense que j’ai de bien meilleures chances de faire un bon résultat ici qu’il n’y a ne serait-ce que cinq jours. Car mon niveau de tennis est bien plus haut qu’à ce moment-là, même si j’ai perdu", a considéré le numéro 2 mondial après avoir cédé en deux tie-breaks contre Dominic Thiem. Un résultat ne dit pas tout d’un match. Et Nadal, du haut de son incommensurable expérience, le sait bien. Les débats étaient si serrés face à l’Autrichien qu’ils auraient pu tout aussi bien tourner en sa faveur.

Car c’est bien l’Espagnol qui, le premier, a obtenu des balles de set dans le jeu décisif inaugural. Il aurait également pu revenir à une manche partout s’il avait su tenir son break d’avance dans la seconde manche. Mais au-delà de ses occasions manquées, il n’a jamais flanché véritablement. La métamorphose est impressionnante entre le Nadal laborieux logiquement sorti en demi-finale à Bercy et celui concentré, agressif et si précis des deux premiers matches à Londres. Même si les conditions de jeu ne sont pas ses préférées, il part avec un léger avantage face à Tsitsipas contre lequel il n’a perdu qu’une fois en 6 confrontations.

Stefanos Tsitsipas

Crédit: Getty Images

Tsitsipas : "Je sais que je vais souffrir beaucoup"

"Je ne veux pas sembler arrogant, parce que je ne le suis pas du tout. Mais je n’ai vraiment pas besoin de montrer à qui que ce soit, ni de me prouver à moi-même, que si je joue à mon meilleur niveau, je peux battre n’importe quel joueur quelle que soit la surface. Mais je n’ai jamais gagné le Masters, c’est vrai aussi", a tenu à rappeler l’Espagnol, comme pour signifier qu’il était prêt pour le défi qui l'attendait. Car jusqu’à preuve du contraire, le tenant du titre, c’est Stéfanos Tsisipas, et il n’a pas encore renoncé au doublé.

Le Grec avait prévenu avant le lancement de la compétition : ce serait la "plus grande performance" de sa jeune carrière s’il y parvenait. Et s’il est encore en vie, l’intéressé n’aura pas le droit au moindre trou d’air comme ce fut le cas face à Andrey Rublev notamment. "Il faut que je sois plus concentré, que je sois plus à l’affût quand je dois l’être. C’est une opportunité pour moi de me battre encore plus, de donner le meilleur de moi-même sur le court. Je sais que ça demandera beaucoup d’efforts et que je vais souffrir beaucoup", a prévenu Tsitsipas, conscient que Nadal était le seul joueur à l’avoir battu l’an passé sur la route du Graal.

Malmené au début, Nadal n'a rien lâché pour battre Tsitsipas

Jouez-la comme en 2019

Mais il se souvient également qu’il avait longtemps rivalisé avec l’Espagnol lors de ce duel acharné perdu 6-7, 6-4, 7-5 en quasiment trois heures. "Je jouais chaque point avec une grande concentration l’an dernier. Je vais essayer de pratiquer un tennis agressif, on ne peut pas être passif contre Rafa. Je vais essayer de rivaliser à l’échange, de lui mettre la pression, de bien servir. Je pense que tout le monde est forcé de jouer de cette façon contre lui pour avoir une chance. Je vais devoir commencer fort et terminer encore plus fort", a-t-il résumé en guise de conclusion.

Des ingrédients nécessaires mais pas forcément suffisants. Nadal a montré, lui aussi, contre Rublev puis Thiem, qu’il était tout aussi capable de prendre à la gorge ses adversaires dès le retour de service sur seconde notamment. En indoor, la meilleure défense est souvent l’attaque : en spécialiste de l’adaptation, le Majorquin a pris le parti de se rapprocher de sa ligne de fond pour prendre son destin en main. Les cartes sont sur la table, il n’y a désormais plus qu’à jouer va-tout.

ATP Finals
Après l'Annapurna Djokovic, l'ambitieux Medvedev s'attaque à son Everest Nadal
20/11/2020 À 23:33
ATP Finals
Et si l’heure de Rafa au Masters avait sonné ? "Cette année est un peu différente…"
20/11/2020 À 08:05