Dominic Thiem a la victoire modeste. Auteur d'un énorme match face à un très bon Rafael Nadal, qu'il a dompté en deux manches (7-6, 7-6) après un match de très haut niveau mardi à Londres, l'Autrichien a confirmé qu'il était désormais plus qu'un bon joueur. Il est désormais une très grosse épine pour le duo Nadal-Djokovic et un obstacle de référence à franchir pour les autres. A défaut d'avoir le panier garni de plusieurs titres du Grand Chelem, challenge ultime du joueur de tennis, le vainqueur du dernier US Open castagne enfin avec les ténors et il les bat.

Depuis 2016, Federer est derrière (5-2). Depuis 2017, Djokovic est aussi derrière (4-2) et depuis l'année dernière, c'est Rafael Nadal qui coince (3-1). Chose importante : Thiem bat ces trois ogres sur toutes les surfaces, c'est le paramètre qui lui manquait jusqu'en 2018 où il a enfin passé le cap sur dur et ciment. A ce jour, seule la courte saison sur gazon ne lui permet pas d'exploiter son potentiel. Autre obstacle à surmonter : il n'a pas encore battu Rafael Nadal à Roland-Garros. Mais c'est une autre histoire.

ATP Finals
Rallyes de folie, revers ravageur et tweener vain : le Top 5 des ATP Finals
23/11/2020 À 19:09

Entre Thiem et Nadal, c'était une baston mémorable : les temps-forts d'un match XXL

Le déclic de Thiem est d'ailleurs parti d'une défaite face à Rafael Nadal en quart de finale de l'US Open, en septembre 2018. Une défaite concédée après un match de Titans, l'un des plus beaux de la dernière décennie. Ce match gigantesque de 4h49 a posé les bases du joueur complet qu'il est ensuite devenu. Il lui a manqué ce jour-là de la dimension physique, facteur très "Nadalien", pour terrasser l'homme qui lui a privé de soulever la Coupe des Mousquetaires. Sa victoire survenue mardi a clairement fait écho à New York dans cet aspect du jeu. Face à Nadal, le voilà au-dessus au niveau des confrontations sur une saison. En 2020, il a remporté ses deux rendez-vous avec le Majorquin - en quart de finale de l'Open d'Australie et mardi à Londres, c'est donc une première dans sa carrière - et surtout à chaque fois qu'il joue un tie-break face à Rafa, il le gagne. Les deux remportés à l'O2 Arena ont porté son total à 5/5 en 2020. Trois en Australie, deux à Londres. Le chiffre est fort en symbole.

Et impossible de ne pas penser à son jeu décisif de la finale de l'US Open. Il n'y avait pas Nadal en face, mais Alexander Zverev, mais là aussi il a fait du jeu décisif sa chose. Le petit match dans le match est désormais quelque chose qu'il affectionne. Gagner est donc devenu plus facile. "C'est l'un des plus grands matches de ma carrière, j'ai d'ailleurs mieux joué qu'à l'US Open. Il est très proche de celui que j'ai joué l'an dernier ici face à Nole. C'était un grand match du premier au dernier point", a reconnu Thiem quelques instants après sa victoire. Force est de constater qu'il a raison. Au Masters, il compte désormais une victoire importante face aux deux hommes.

Ce qui a changé chez Thiem ? "Il s’est rendu compte qu’il était à la hauteur de Nadal, physiquement"

Thiem, un joueur désormais complet

Sa victoire face au N°2 mondial a été symbolique à plus d'un titre. Dans ce match joué à une intensité folle, Thiem n'a jamais été au-dessus de l'Espagnol à proprement parlé. Ni physiquement, ni tennistiquement, alors qu'il pratique un tennis étouffant face aux autres. Une fois n'est pas coutume chez lui, il a réussi à passer par un trou de souris pour faire la différence tout en gardant l'intensité dans ses courses et ses frappes. Il a d'ailleurs reconnu que Nadal était tout simplement meilleur que lui dans le jeu décisif du premier acte. Coups de canon en fond de court des deux côtés oui, jeu varié, slices, montées au filet, service fiable surtout. Face au Majorquin, l'Autrichien a joué sur un fil et n'en tombé qu'une fois en plein coeur du deuxième set. Pour aussitôt s'en relever.

Le reste du match a permis de constater que sa couverture de terrain et son déplacement n'avaient jamais été aussi optimisés. Thiem est désormais plus qu'un cogneur, adepte du lift sur ocre. Il est aussi un marathonien qui tient de janvier à novembre, et un joueur plus posé tactiquement. Pour battre ce Nadal-là, de manière régulière désormais, il fallait aussi cocher ces cases. Même si cette optimisation semble tardive, l'Autrichien vit à 27 ans sa plénitude physique comme l'avait fait observer son ancien mentor Gunther Bresnik après son sacre new-yorkais en septembre dernier.

A l'heure de l'analyse, le 3e mondial a quand même averti : ce genre de match, face à une machine comme Nadal, se gagne aussi grâce au facteur chance et une concentration totale. La vraie clé du succès a été mentale pour lui. Côté technique, il a rendu hommage à son service qui l'a bien dépanné dans les moments importants. "J'ai eu de la chance d'avoir remporté ce premier set, j'étais mené 5-2 dans le tie-break. Contre Rafa, c'est une excellente chose de remporter le premier set, même s'il est toujours là, à 100%, dès le premier point. Si on perd ce premier set, il devient quasiment impossible de le battre. Même si j'ai réussi à le remporter, j'ai réussi à rester ultra concentré. Tout allait bien jusqu'à qu'il me breake dans le deuxième set. Puis, j'ai joué mon meilleur jeu du match pour aller faire le debreak. Comme l'autre jour (face à Stéfanos Tsitsipas), tous les joueurs sont dans une grande forme physiquement et mentalement. On va avoir beaucoup de matches serrés", a-t-il constaté sur le court face au micro de l'ATP.

"Il faut toujours un petit peu de chance. Pour gagner, il faut toujours être légèrement meilleur et j'ai réussi à le faire aujourd'hui. J'ai eu le sentiment que ce match était d'un très haut niveau, tout le temps et sur tous les coups. Je suis extrêmement content d'avoir bien servi. Dans les situations importantes notamment, comme le tie-break du premier set, puis dans le deuxième set : le service m'a beaucoup aidé. C'est peut-être le coup le plus important en indoor. Et cela a bien marché aujourd'hui."

Thiem, le debreak qui a tout changé : revivez le tournant de sa victoire face à Nadal

Un grand match de tennis qui s'est joué à des détails infimes

Pour notre consultant Arnaud Di Pasquale, Thiem a signé une prestation physique tout simplement ahurissante. Et qu'on ne soupçonne même pas. "Sur la dimension physique, après ce qu'on a vu dans le premier set, je m'attendais à voir Rafael Nadal l'emporter. C'est là où on est plus qu'agréablement surpris c'est sur la constance du jeu produit par Dominic Thiem. On le voit jouer des coups droits décroisés, on le voit aussi couper les trajectoires et jouer très tôt en revers, que ce soit croisé ou en long de ligne et réussir à faire la différence sur le thème de la puissance face à Nadal. Et il réussit à faire la différence, avec justement ces changements de rythme. C'est monstrueux. Je suis vraiment très très surpris de le voir tenir à cette cadence, aussi soutenue, dans un match aussi dense."

Pour le battu de ce superbe match de tennis, la pilule n'est pas forcément dure à avaler. Au contraire, le joueur de Manacor a constaté qu'il jouait très bien au tennis. "C'était un grand match de tennis qui s'est joué à des détails infimes. Il a joué un match exceptionnel et j'ai aussi très bien joué, donc je n'ai aucun ressentiment", a-t-il analysé, avant de constater ce qui lui avait réellement coûté le match : les occasions manquées. "J'ai perdu, mais j'ai eu plein d'opportunités dans le premier set, j'ai eu un break d'avance au second... Bien joué Dominic, mais je suis content de la façon dont j'ai joué. Mes chances de faire un très bon résultat ici sont plus grandes qu'il y a cinq jours parce que mon niveau est bien plus élevé, même si j'ai perdu aujourd'hui".

Son avenir dans le tournoi passe désormais par une victoire face à Stéfanos Tsitsipas. Pour Thiem, officiellement qualifié pour le dernier carré avant de jouer son dernier match de poule, il faudra confirmer son succès de marque face à Andrey Rublev. L'année dernière, il n'avait pas confirmé après sa victoire contre Djoko. Sa quête vers les sommets passe aussi par-là.

Le combat fait rage : Nadal gagne un point venu d'ailleurs, Thiem réplique aussitôt

ATP Finals
Medvedev : "Battre le n°1, le n°2 et le n°3 mondial dans la même semaine…"
23/11/2020 À 08:03
ATP Finals
Thiem s’est-il trompé tactiquement ? "J’ai beaucoup slicé et je le referai"
23/11/2020 À 00:20