Ce n’était pas le même Novak Djokovic. On avait quitté le numéro 1 mondial sur une défaite cinglante face à Lorenzo Sonego 6-2, 6-1, en quart de finale du tournoi de Vienne. Dans un état d’implication douteux, au lendemain d’un succès qui lui avait assuré de terminer l’année sur le trône. On l’a retrouvé dix-sept jours plus tard, pour une nouvelle fessée. Mais cette fois-ci, c’est lui qui l’a administrée. Ce lundi à Londres, Nole a réalisé une prestation aboutie face à Diego Schwartzman, pour son entrée en lice dans le Masters.
Le duel entre les deux hommes s’annonçait déséquilibré. Il l’a été. Résultat : 6-3, 6-2 en 1h18 pour un Djokovic qui affiche le bilan de six victoires en six matches sur le circuit face à Schwartzman. Mais plus encore que cette statistique, c’est le vécu des deux joueurs dans le tournoi des Maîtres qui laissait craindre le cavalier seul qui s’est opéré. Avant le début de la compétition, ce dimanche, "Nole" comptait plus de succès lors du Masters (36) que les sept autres participants réunis (35). Tandis que son adversaire argentin faisait ses premiers pas dans le grand huit de fin de saison.

Bienvenue au Masters : face au bizuth Schwartzman, Djoko était en mode démo

ATP Finals
Djokovic plaide pour des matches de Grand Chelem au meilleur des trois manches
16/11/2020 À 19:26

Conditions "très bizarres" et satisfaction

Interrogé sur le court, peu après sa démonstration achevée, Djokovic a mis en avant cette différence d’expérience et, ainsi, mis en relief sa performance : "J’ai l’habitude de jouer les ATP Finals dans cette arène (l’O2 Arena, ndlr) depuis tellement longtemps (…) Diego [Schwartzman] faisait ses débuts ici, il n’a probablement pas joué son meilleur tennis." Face à un novice dont le jeu lui convient et qui manque d’atouts pour le bousculer sur dur en indoor, le quintuple lauréat du tournoi a pourtant eu du mal à lancer la machine. "Mon début de match n’a pas été bon", a concédé le Djoker, breaké à 1-1 dans la première manche.
Mais le tâtonnement n’a pas duré : "Dans les moments serrés du premier set, j’ai su faire la différence". Et la suite a été plus conforme au standing du leader du classement ATP. "Dans le deuxième set, j'ai joué plus libéré, s’en est-il félicité. Je suis vraiment satisfait de mon jeu lors de ce deuxième set." Grâce à ce succès en match d’ouverture du groupe Tokyo 1970, Djokovic n’a toujours pas raté son entrée en lice à l’O2 Arena, où le Masters se tient depuis 2009 (11 victoires en 11 rencontres). Dernier point de satisfaction pour lui : il n’a pas pâti des conditions "très bizarres" du huis clos, malgré le décalage prégnant qu’il a constaté et déploré avec ses souvenirs de l’antre londonien.

Le plus grand Masters de Djokovic ? "Ma victoire face à Federer en 2012 se démarque"

Schwartzman n’a pas réussi l’"impossible"

Pour Diego Schwartzman le bizutage a donc été limpide. Le 9ejoueur mondial n’a pas exprimé de regret après un affrontement qu’il n’a jamais dominé : "Tout est difficile contre Novak [Djokovic]. C’est difficile de savoir ce qu’il va faire… Il a beaucoup de talent quand il a l’opportunité de prendre le contrôle." Avec seulement 35% de points gagnés derrière sa deuxième balle, notamment, le récent demi-finaliste de Roland-Garros n’avait pas en magasin de quoi instiller le doute dans le camp adverse.
Un sentiment d’impuissance qu’il a résumé en un mot, lâché entre deux échanges, alors qu’il cherchait à s’invectiver : "Impossible." Face à Daniil Medvedev et Alexander Zverev, le défi sera encore ardu. Mais Schwartzman abordera les prochaines rencontres débarrassé du costume de débutant et face à des joueurs qui le regarderont de moins haut, en termes d’expérience de l’évènement. Sa défaite est autant à relativiser que l’est la victoire de Djokovic.

Pas de juge de ligne : bonne ou mauvaise idée ?

ATP Finals
Djokovic était un cran au-dessus
16/11/2020 À 15:34
ATP Finals
Le Top 50 du Masters : Abandon sur balle de match, Djoko intraitable, Guga au sommet
15/11/2020 À 22:45