Reuters

Tsonga, encore un (gros) effort

Tsonga, encore un (gros) effort
Par Eurosport

Le 19/11/2011 à 23:26Mis à jour Le 20/11/2011 à 00:25

Jo-Wilfried Tsonga s'est confortablement installé dans le Top 10, à la faveur d'un second semestre 2011 remarquable. Mais si le Français veut aller titiller sérieusement le "Big Four", il doit encore franchir un cap. Peut-il le faire? Le Masters apportera peut-être un élément de réponse.

Aujourd'hui, sur le circuit, il y a le Big Four et les autres. Novak Djokovic, Rafael Nadal, Roger Federer et Andy Murray naviguent à une vitesse trop élevée pour les autres. Tous les autres. Pour ces quatre-là, perdre en demi-finale d'un tournoi du Grand Chelem est une désillusion. Pour le reste de la troupe, c'est synonyme de grosse performance, voire d'exploit. Jo-Wilfried Tsonga appartient à la seconde catégorie. Au sein de celle-ci, le Français fait partie du gratin, mais comme tous ses petits camarades, il cherche encore la clé pour transformer le Big Four en Big Five.

AFP

"Le problème, c'est d'être capable d'enchaîner"

Tsonga sait qu'il peut dominer n'importe qui sur un match, y compris dans les grands rendez-vous. Rappelons qu'il est d'ailleurs le seul joueur en activité à avoir déjà battu chacun des membres du Top 4 en Grand Chelem. Ce n'est pas rien. Mais pour se hisser durablement à leur niveau, et pouvoir prétendre à la victoire finale dans les tournois majeurs, il faut pouvoir multiplier ce type de performances. Et cela, Tsonga ne l'a jamais fait. Quand il lamine Nadal en Australie en 2008, il cale ensuite contre Djokovic. Rebelote à Melbourne en 2010 ou à Wimbledon cette année. Ses succès sur Djokovic et Federer étaient restés sans lendemain. "Quand je suis au top physiquement, je suis capable d'aller les chercher. Le problème, c'est d'être capable d'enchaîner", admet-il.

Le problème, c'est aussi que JWT possède davantage de lacunes dans son jeu que ces joueurs-là. Il est beaucoup moins complet. Son revers reste faiblard à ce niveau. Ce fut criant à Bercy la semaine dernière, notamment en finale contre Federer. "Contre les autres, je trichais, je faisais plus de coups droits à ce sujet, avait-il plaisanté. Mais contre Rodgeur, ça se voit plus parce que je ne peux pas faire que des coups droits, la balle revient trop vite !" Derrière la boutade pointe pourtant une réalité. Son jeu de défense laisse aussi à désirer. "Je sais que je dois progresser là-dessus", concède-t-il. Une gageure pour lui. Son jeu consiste à agresser, pas à répondre aux agressions et, dès qu'il n'a plus l'initiative, Tsonga devient inoffensif. C'est une des raisons pour lesquelles il peine à s'exprimer sur terre battue, surface où il obtient des résultats très en-deçà de son statut.

Invité à donner son avis sur la question, Roger Federer a estimé que Jo-Wilfried Tsonga n'était pas si loin du compte. "Pour moi, il ne lui manque pas beaucoup. Il est là. Pour Jo, ce n'est pas un problème de talent. Il a largement les capacités pour venir dans le Top 5." Epargné par les blessures, le Français a pu donner sa pleine mesure ces six derniers mois et son bilan est concluant. En pointant au 6e rang, il est à sa place et Ferrer (qui aura beaucoup plus de points à défendre que lui au premier semestre 2012) est à sa portée. Mais au-dessus, la barre est beaucoup plus haute. Peut-être trop. S'il veut se rapprocher du sommet et ne plus être un homme de (jolis) coups isolés, il devra donner une dimension supplémentaire à son jeu. Ce sera le grand défi de sa seconde moitié de carrière.

A PARTIR DE 15H, SUIVEZ EN DIRECT SUR NOTRE SITE LE MATCH ENTRE ROGER FEDERER ET JO-WILFRIED TSONGA EN OUVERTURE DU MASTERS.

0
0