Juan Martin Del Potro était le grand absent du premier tour de Coupe Davis 2013 dans les rangs argentins face à l'Allemagne. Et pourtant, il était sur toutes les lèvres. Le nom du numéro sept mondial a même été scandé dans les travées du stade de Parque Roca à Bueno Aires, pas dans une effusion de joie mais plutôt de haine à en croire la presse argentine. Décidé à ne pas jouer la compétition cette saison pour se concentrer sur son propre sort, le géant de Tandil ne s'est pas fait que des amis. Et cette décision, assimilée comme une traitrise en Amérique du Sud, n'a pas fini de faire couler beaucoup d'encre au moment de recevoir la France en quarts de finale au mois d'avril.

Après la victoire de l'Argentine face aux Allemands, plus facile que prévue (5-0), c'est presque avec délectation que les Gauchos se sont félicités d'y être parvenus sans leur numéro un national aussi bien dans les vestiaires qu'en dehors où des insultes à son encontre aurait été entendues. Alors qu'en conférence de presse, Martin Jaite, capitaine de Coupe Davis, se réjouissait d'une qualification intervenue avant le dimanche, Horacio Zeballos a soudain eu un trou de mémoire intentionnel. Lorsqu'un journaliste argentin demandait s'ils avaient eu des messages de félicitation de Del Potro, le joueur a répliqué d'un cinglant : "Qui ça?" du plus bel effet, avant un silence de cathédrale dans l'assistance. DelPo s'était pourtant fendu d'un message sur son compte Twitter après la victoire des Argentins en double samedi soir... ("Félicitations à tous les joueurs, les entraîneurs et les capitaines de la victoire contre l'Allemagne").

Coupe Davis
Après une année comme ça, ils ne s'imaginent pas s'arrêter en si bon chemin
13/09/2014 À 19:33

Zeballos : "Qui ça ?"

Il est encore trop tôt pour savoir si la Tour de Tandil changera d'avis ou non quant à sa participation, mais après cet épisode, un come-back serait tout de même bien surprenant. "J'ai des objectifs importants sur le circuit, déclarait JMDP fin décembre au moment de décliner toute participation en Coupe Davis en 2013. Je rêve de gagner d'autres tournois du Grand Chelem et devenir numéro un mondial. Alors, même si ce ne fut pas une décision facile à prendre, il fallait la prendre." Avec des relations dites compliquées avec Martin Jaite, suite à sa nomination à la tête de l'Argentine, et une équipe qui se plaît à gagner sans lui, Del Potro ne semble plus le bienvenu. A moins qu'un mea culpa ne s'impose pour éviter d'être un peu plus montré du doigt, notamment par David Nalbandian, leader charismatique qui rêve par dessus tout de remporter un jour la Coupe Davis. Mais sans le septième mondial, les chances de victoire finale sont de fait fortement réduites.

Alors que l'absence de Juan Martin Del Potro semble se préciser un peu plus pour le prochain match, les Français, de leur côté, s'attendent à tous les scénarios. "Il y a deux équipes d’Argentine, une avec Del Potro et une sans, affirme Richard Gasquet. Del Potro est un très grand joueur. Même s’il n’y a pas Del Potro, ils ont de très bons joueurs. Monaco et Nalbandian restent de grands joueurs.C’est vraiment du 50/50. Mais s'il y a Del Potro dans leur équipe, ils seront légèrement favoris." Et ce d'autant plus sur terre battue, surface sur laquelle les Argentins risquent d'attendre de pied ferme les Français, vainqueurs 5-0 à Lyon lors de leur dernière confrontation en 2010. "Ce sera une ambiance difficile. J’ai déjà joué à Buenos Aires. Les gens supportent vraiment leur équipe. C’est un beau moment de sport à vivre."

Jo-Wilfried Tsonga se réjouit d'avance de cette affiche qui se jouera juste après le Masters de Miami et donc juste avant le début de la saison sur terre battue. "C’est une très bonne chose de jouer ce quart face à l'Argentine. On est content d’aller là-bas. C’est une bonne équipe. Elle va certainement nous donner un peu plus de fil à retordre qu’Israël. (...) De toute façon, avec ou sans Del Potro, c’est une équipe difficile à jouer, car l’Argentine a pas mal de spécialistes de terre battue.""Si on veut gagner la Coupe Davis, rebondit Gasquet, il faut gagner des matches comme celui-là. Ce sera un bon test. Ce sera difficile, mais il y a des équipes qui ont gagné là-bas par le passé. C’est le cas des Tchèques l’annéedernière." C'est d'autant plus exact que Juan Martin Del Potro était là lors de la première journée, avant de déclarer forfait pour la suite des demi-finales en raison d'une blessure au poignet. La blessure de trop pour lui qui avait déjà manqué la quasi-totalité de la saison 2010 à cause d'un mal similaire. Et qui lui fait garder ses distances avec cette compétition. Visiblement pour un bon bout de temps.

Coupe Davis
Sans Federer, la Suisse n'a pas su conclure
13/09/2014 À 15:28
Coupe Davis
Kohlschreiber s'est mis Arriens à dos
10/04/2014 À 17:29