Getty Images

1/2 finale Coupe Davis : France-Espagne : Paire : "La plus grande émotion que j'ai ressentie"

Paire : "La plus grande émotion que j'ai ressentie sur un court de tennis"

Le 14/09/2018 à 20:13Mis à jour Le 15/09/2018 à 09:57

COUPE DAVIS - Vainqueur de Pablo Carreño Busta pour sa première dans la compétition, vendredi à Lille, Benoît Paire a réussi ses grands débuts en Coupe Davis. Pas une mince affaire malgré la blessure de l'Espagnol. Mais Paire a survécu à la pression.

Le coup de poker est devenu un pari gagnant. Sélectionné à la surprise générale dans les cinq pour cette demi-finale face à l'Espagne, puis aligné comme n°2 en simple par Yannick Noah, Benoît Paire a vécu un apprentissage accéléré de la Coupe Davis pendant toute la semaine et surtout vendredi, jour sa grande première avec le maillot bleu. Vainqueur d'un Pablo Carreño Busta blessé en trois manches (7-5, 6-1, 6-0) le Français est parvenu à se détacher des gros enjeux qui ont accompagné ce jour spécial et a apporté le premier point aux Bleus dans cette demie rendue plus ouverte par l'absence de Rafael Nadal.

"Pour moi, c'est la plus grande émotion que j'ai ressentie sur un court de tennis", a reconnu le néophyte après la rencontre. "Le plus dur, c'était les quinze minutes avant le match, la descente, l'hymne, être sur le court. C'est un rêve qui se réalise et je suis vraiment content d'avoir rapporté un point à l'équipe."

" La seule appréhension c'était d'avoir les jambes coupées par la pression"

Malgré les circonstances qui ont entouré cette victoire - Carreño Busta s'est blessé au début du deuxième set et a reconnu qu'à 7-5, 3-0 il avait capitulé - Paire a survécu aux affres d'une grande première dans cette compétition si différente de ce qu'il vit au quotidien sur le circuit ATP. Auteur d'un tennis inspiré et très varié, il n'a pas récolté ce succès grâce à la chance ou quoi que ce soit d'autre. Mais à une maîtrise de tous les instants.

Son seul moment de déconcentration a été ce bref échange avec l'arbitre de la rencontre pour une incompréhension concernant un challenge. Le reste du temps, le Tricolore s'est comporté en bon élève. Pas parfait, mais appliqué et sérieux.

"Rester dedans c'est facile quand on joue un match de Coupe Davis. Comment penser que je puisse m'énerver ou péter les plombs sur un match comme ça alors que je représente la France ?", s'est étonné le 56e mondial. "J'avais juste envie de me battre, la seule appréhension c'était d'avoir les jambes coupées par la pression. Mais pour le reste, je savais que ça allait bien se passer. Même si ça a été un peu dur au début, je n'ai pas lâché."

Un tifo pour Benoît Paire lors de France-Espagne / Coupe Davis

Un tifo pour Benoît Paire lors de France-Espagne / Coupe DavisGetty Images

Le couple Paire-Noah, ça marche

La pierre angulaire de son succès a été le gain de ce premier acte. Un moment du match où il a d'abord passé un sale quart d'heure, avant de se remettre dedans après avoir sauvé trois balles de set à 3-5 et 4-5. Un regain de confiance et un zeste de tennis varié et offensif l'ont ensuite propulsé aux commandes. Il y a aussi eu le facteur Noah. Couvé par le capitaine des Bleus, Paire a accroché avec le vainqueur de Roland-Garros 1983. Il lui a pleinement rendu sa confiance.

"Avec Yannick, il y a eu beaucoup de communion. Je discute beaucoup pendant les matches. J'aime bien raconter ma vie", a-t-il précisé. "On a discuté, on s'est dit ce qui se passait. Je lui ai raconté mes sensations pendant le match, que j'avais du mal à servir, que j'avais un mauvais rythme, que sur les retours j'avais l'impression de faire beaucoup mieux et que c'était dommage de ne pas breaker car j'avais des possibilités. On a eu un discours de coach à joueur."

Satisfait de ce qu'il a vu, le capitaine a rendu hommage à son nouveau protégé après coup. "On s'attendait à une rencontre très équilibrée, difficile, avec une inconnue : l'adaptation de Benoît pour sa première sélection. Il a vraiment bien géré son match, bien géré ses émotions et il a été très bon", a souligné Noah. "Je pense que tout s'est joué au premier set, c'était très serré. Il fait une belle remontée, il a bien joué les points importants et ça a été la clé pour tout le reste. Quand il a été devant, il n'a pas lâché prise." Une victoire pour sa première cape en Davis, un public conquis, un capitaine aux anges : Benoît Paire a vraiment passé un excellent vendredi.

Benoît Paire et Yannick Noah lors de France-Espagne / Coupe Davis
0
0