Getty Images

Bautista Agut avait mis l'Espagne sur orbite

Bautista Agut avait mis l'Espagne sur orbite
Par Eurosport

Le 24/11/2019 à 18:50Mis à jour Le 24/11/2019 à 21:20

COUPE DAVIS - L'Espagne avait fait un premier pas vers le Saladier d'argent grâce à Roberto Bautista Agut qui, quelques jours après avoir perdu son papa, avait tenu à être sur le court dimanche. Vainqueur de Felix Auger-Aliassime en deux sets (7-6, 6-3), RBA avait placé son équipe dans une position idéale face aux Canadiens.

Rafael Nadal n’avait plus qu’à conclure pour que la fête soit totale. Dimanche, Roberto Bautista Agut avait idéalement lancé l'Espagne en finale de la nouvelle version de la Coupe Davis. Quelques jours seulement après la disparition de son père, le 9e joueur mondial a fait preuve d’une sacrée force mentale pour disposer du jeune Canadien Félix Auger-Aliassime (7-6, 6-3) en 1h48 de jeu dans le premier simple de la journée.

On pensait ne plus le revoir en action cette semaine dans la Caja Magica. Mais Roberto Bautista Agut a rendu hommage à son père de la plus belle des manières. Ce dimanche, il ne jouait pas seulement pour son pays ou pour ses coéquipiers et cela s’est vu. Il n’a rien lâché comme à son habitude, mais il est aussi allé chercher les supporters espagnols comme rarement, habité par une volonté inébranlable. Face à lui et au public surchauffé de Madrid, Félix Auger-Aliassime n’a pas démérité pour son baptême surprise dans la compétition mais son niveau s’est peu à peu effrité.

Auger-Aliassime n'avait pas assez de jambes

Le Canadien a même été le seul à obtenir une balle de break dans le premier set à 4-3 en sa faveur mais son retour de revers lui a échappé. Dans le jeu décisif, il a toutefois craqué, multipliant les fautes directes (43 en tout dans le match !) pour perdre les cinq derniers points et laisser son adversaire virer en tête. Auger-Aliassime, qui n’avait plus joué en compétition depuis le Masters 1000 de Shanghaï voici plus d’un mois, a ensuite manqué de rythme pour pouvoir s’accrocher.

Breaké d’entrée de second set (7-6, 3-0), il a refait son retard avant de céder à nouveau, beaucoup moins mobile. Son service (à peine plus de 50 % de premières balles et 6 doubles fautes) l’a progressivement lâché, tout comme son coup droit. Et Bautista Agut, toujours prompt à lui faire jouer une frappe de plus, ne s’en est pas privé pour creuser l’écart et l’emporter. D’un petit discours, il a fait pleurer le staff espagnol après son succès avant de lancer un ultime appel au public, pour le "Taureau de Manacor", qui allait lui succéder dans l’arène pour terminer le travail.

Pariez sur le Tennis avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0