Getty Images

"Roberto est un exemple pour le reste de ma vie"

"Roberto est un exemple pour le reste de ma vie"

Le 25/11/2019 à 00:13Mis à jour Le 25/11/2019 à 17:17

COUPE DAVIS – Extatiques après leur triomphe à domicile face au Canada, Rafael Nadal et ses coéquipiers espagnols ont mis en valeur leur esprit d’équipe devant les micros. Le numéro 1 mondial a eu des mots particulièrement forts à l’égard de Roberto Bautista Agut qui a remporté le premier simple dimanche quelques jours seulement après avoir perdu son père.

C’est ce qui s’appelle une communion. En osmose avec leur public dans la Caja Magica de Madrid, les Espagnols ont vécu un moment de joie collective comme seule la Coupe Davis (ou la Fed Cup) en offre dans le tennis. L’équipe de Rafael Nadal avait le privilège d'évoluer à domicile et elle a véritablement été portée pendant ses cinq matches de la semaine, bénéficiant certes d’un avantage certain par rapport aux autres sélections, mais qui a aussi rappelé à ceux qui l’avaient peut-être un peu oublié ce qui constituait l’âme de l’épreuve.

Le numéro 1 mondial ne disait d’ailleurs pas autre chose après avoir remporté le point décisif face à Denis Shapovalov, fou de joie après une semaine riche en émotions. "Nous avons traversé beaucoup de choses, dont la mort du père de Roberto (Bautista Agut), la blessure de Pablo (Carreno Busta)… Je ne pourrais pas être plus heureux. C’est un moment incroyable dans un stade fantastique, nous ne pouvons pas remercier assez les gens pour leur soutien. Notre esprit d’équipe a payé…", a-t-il tenté de résumer dans ses premiers mots sur le court.

" Shapovalov est spécial, beaucoup de choses dans son jeu ne s'apprennent pas"

Si le public a transcendé les Espagnols, Nadal a, lui, porté les siens sur ses épaules. Le Majorquin a pris part à 8 matches dans ce nouveau format, 5 en simple et 3 en double, et les a tous remportés. Il n’a même pas été breaké de la semaine, une prouesse d’autant plus remarquable qu’il l’a réalisée sur dur indoor, des conditions qui lui ont historiquement moins bien réussi dans sa carrière. Mais fidèle à sa réputation et peu à l’aise quand il s’agit de parler de lui-même, il a préféré mettre en valeur les autres, à commencer par son adversaire du jour.

"A mon avis, Shapovalov jouera beaucoup de grandes finales. L’équipe canadienne sera presque imbattable dans les deux ans à venir. Denis est spécial. Il a beaucoup de choses dans son jeu qui ne s’apprennent pas", a ainsi complimenté le numéro 1 mondial. Une manière comme une autre de mettre indirectement en valeur sa propre performance, puisqu’il a su maîtriser la fougue et le talent de son jeune adversaire. Mais si Nadal a pu aborder ce dernier simple dans des conditions idéales, il le doit avant tout à un homme, Roberto Bautista Agut.

Vidéo - Nadal : "Merci à la vie pour ce moment"

00:42

Bautista Agut, l'esprit de l'équipe espagnole

Seulement trois jours après la disparition de son père, le numéro 2 espagnol, qui avait quitté son équipe au cours de la semaine, est non seulement revenu, mais il a décidé de jouer le premier match de cette finale. Habité par sa mission, il a apporté le premier point à son équipe en dominant Félix Auger-Aliassime (7-6, 6-3). "J’ai gagné 8 matches, mais la personne la plus importante cette semaine, ça a été Roberto. C’est un exemple pour le reste de ma vie. Ce qu'il a fait est quasiment inhumain. Il est parti (jeudi), son père est décédé, il est revenu, il s'est entraîné hier (samedi) et aujourd'hui il était prêt à jouer au plus haut niveau", a estimé Nadal qui n’avait pu retenir ses larmes au bord du court quand son coéquipier avait pris le micro pour s’adresser à la foule.

Symbole de cette cohésion, Bautista Agut a rendu la pareille à ses coéquipiers. "Je ne pensais pas à jouer hier quand je suis revenu, mais quand nous nous sommes qualifiés pour la finale, mon état d’esprit a changé. J’ai eu la chance de jouer aujourd’hui (dimanche) parce que tout le monde a fait un travail incroyable. C’était un sentiment fantastique. Mon père aurait été fou si j'étais resté à la maison et si je n'étais pas revenu pour supporter mon équipe." Loin des polémiques et autre couacs du nouveau format de cette compétition, les Espagnols ont savouré jusqu’au bout ce sacre aux résonances exceptionnelles pour eux. Et ils pourront encore compter sur un public de feu pour défendre leur titre en 2020.

Rafael Nadal et l'Espagne ont triomphé.

Rafael Nadal et l'Espagne ont triomphé.Getty Images

Pariez sur le Tennis avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0