Getty Images

Nadal : "Il y a eu beaucoup d'émotions cette semaine…"

Nadal : "Il y a eu beaucoup d'émotions cette semaine…"

Le 24/11/2019 à 10:59Mis à jour Le 24/11/2019 à 12:59

COUPE DAVIS – Qualifiée en finale de la Coupe Davis, contre le Canada dimanche, l'Espagne n'a pas vraiment vécu une semaine tranquille, à l'image de son leader Rafael Nadal. Mais elle aura au moins esquivé les polémiques, en étant la seule équipe à bénéficier de l'appui du public de la Caja Magica.

La Coupe Davis est sauvée, ou presque. Qualifiée aux dépens de la Grande-Bretagne samedi, après un double décisif tendu et joué dans une Caja Magica en ébullition, l'Espagne sera bien au rendez-vous en finale de "sa" compétition, ce dimanche. Mais que ce fut dur ! Entre les blessures, un drame personnel, une semaine marathon pour son leader Rafael Nadal et un nouveau format à appréhender, l'épreuve n'aura pas été de tout repos pour les futurs adversaires du Canada.

"On ne peut pas être plus heureux, a ainsi déclaré Nadal à l'issue de sa victoire en double avec Feliciano Lopez, samedi soir. Il y a eu beaucoup d'émotions cette semaine. Hier (dans la nuit de vendredi à samedi), je ne suis arrivé à ma chambre d'hôtel qu'à 4h24 du matin (en raison de l'heure tardive de la fin du quart de finale contre l'Argentine). Il y a deux jours, le père de Roberto Bautista est décédé. Aujourd'hui (samedi), Pablo Carreno avait une contracture et Marcel Granollers avait des douleurs au dos..."

Le marathon de Nadal

De quoi expliquer le choix du capitaine Sergi Bruguera de faire jouer samedi les deux simples, puis le double, aux seuls Nadal et Lopez. Conséquence : la semaine a ressemblé à un marathon pour le numéro 1 mondial, qui a déjà disputé sept rencontres depuis le début de la compétition. Le rythme s'est en plus accéléré en fin de semaine, puisque Nadal a enchaîné simple et double en quarts de finale contre l'Argentine, et en demies donc, contre la Grande-Bretagne.

Feliciano Lopez et Rafael Nadal en Coupe Davis

Feliciano Lopez et Rafael Nadal en Coupe DavisGetty Images

Sans baisser de niveau, malgré une longue saison. L'explication est simple, pour son oncle Toni Nadal : "La vérité est qu'il a beaucoup moins joué. Il est arrivé au Masters avec seulement douze tournois. Ce dosage, typique de son âge, a été très bon et cela lui a aussi permis d'être prêt pour cette Coupe Davis. On l'a vu sur le court, il est assez frais."

" J'ai vécu des journées inoubliables ici"

Le Majorquin, décisif, a lui préféré insister sur le collectif : "On savait que ça allait être dur, qu'on n'aurait pas beaucoup d'opportunités. Mais on se connaît bien et ça aide d'être copains. (…) Le tennis est un sport individuel, mais gagner en équipe est bien plus satisfaisant. Perdre est moins dur, mais quand tu gagnes avec une équipe, la joie est partagée et tu l'apprécies mieux. (…) . Je ne sais pas si beaucoup d'équipes ont utilisé leurs cinq joueurs dans la compétition, mais nous si. Et ça ajoute de la valeur."

Comme l'a toutefois rappelé Nadal, l'Espagne n'a toutefois encore "rien gagné". Et, pour triompher du Canada dimanche, elle compte bien s'appuyer sur son public, bien présent pour la soutenir - mais plutôt absent le reste du temps. "D'un point de vue personnel, j'ai vécu des journées inoubliables ici, a ainsi salué le Majorquin. (…) On ne peut pas plus remercier la foule. Sans elle, je ne dis pas qu'on n'aurait pas gagné. Mais le pourcentage de chances aurait été plus faible." Reste aux Espagnols à battre le Canada pour faire de cette "nouvelle édition" une réussite. Du point de vue local, du moins, alors que la Coupe Davis reviendra à Madrid l'an prochain.

Nadal célèbre sa victoire sur Evans avec l'équipe d'Espagne de Coupe Davis

Nadal célèbre sa victoire sur Evans avec l'équipe d'Espagne de Coupe DavisGetty Images

Pariez sur le Tennis avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313