Il est incontestablement avec Daniil Medvedev la principale attraction de la phase finale de la Coupe Davis. Arrivé à Innsbruck tardivement (Masters oblige) pour rejoindre la sélection serbe, qui sera aux prises avec l'Autriche et l'Allemagne dans le groupe F, Novak Djokovic s'est entraîné pour la première fois avec ses compatriotes mardi. Heureux comme toujours de représenter son pays, le numéro 1 mondial n'est toutefois pas dupe quant aux difficultés traversées par l'épreuve centenaire, deux ans après sa révolution controversée. Et en conférence de presse mercredi, il n'a éludé aucune question.
Alors que plusieurs capitaines, dont Sébastien Grosjean (France) et Leon Smith (Grande-Bretagne), ont appelé de leurs voeux le retour à la formule domicile-extérieur pour recréer un engouement populaire autour de la Coupe Davis, Djokovic a aussi donné son avis sur le format et a plaidé pour une sorte d'entre-deux.
Coupe Davis
La Russie a gagné la Coupe Davis, mais presque tout le monde s'en fout
IL Y A 16 HEURES
L'ancien format n'est pas non plus la meilleure solution, j'ajouterais 3 villes-hôtes pour qu'il y ait une ville par groupe
"La Coupe Davis est passée d'un extrême à l'autre il y a quelques années, quand toute la compétition s'est déroulée dans une ville, ce que je n'ai pas aimé du tout. D'un autre côté, je ne pense pas que l'ancien format soit la meilleure solution non plus. Mon choix se porte sur quelque chose d'intermédiaire, quelque chose d'assez semblable à ce qu'ils essaient de faire en ce moment", a-t-il notamment confié à la presse serbe, dans des propos relayés par Tennis Majors.
Avant de préciser sa pensée. "En fait, j'ajouterais trois villes-hôtes, pour qu'il y ait un groupe dans chaque ville, puis des matches couperets dans une ville. Je changerais aussi les hôtes tous les deux ans, comme je le ferais pour le Masters : j'estime que ces deux compétitions représentent une super opportunité de promouvoir notre sport dans des endroits où il n'est pas si populaire pour le moment."
Gerard Piqué et le groupe Kosmos seront-ils sensibles à cette prise de position du numéro 1 mondial ? A en croire les rumeurs d'une organisation future de la compétition à Abou Dabi pendant cinq ans, c'est loin d'être certain, même si la capitale des Emirats arabes unis correspond à la description du Serbe d'une zone où le tennis manque de popularité et de visibilité.

Di Pasquale : "Si la formule ne change pas, la Coupe Davis finira par disparaitre"

Effacer le souvenir "triste" de 2019 malgré le huis clos d'Innsbruck

Quel que soit le futur de la Coupe Davis, Djokovic reste attaché à l'occasion qu'elle représente pour lui de jouer sous les couleurs serbes. C'est donc avec émotion qu'il s'est remémoré sa dernière participation à la compétition. "Le dernier souvenir de la Coupe Davis que j'ai était triste. Nous avions tous été très émus par ce dénouement (élimination en quart de finale contre la Russie et retraite de Janko Tipsarevic, NDLR)", a-t-il confié.
Grand compétiteur, le numéro 1 mondial sait, par ailleurs, que sa présence fait de la Serbie la favorite du groupe F, car l'Autriche et l'Allemagne sont, elles, respectivement privées de Dominic Thiem (blessé) et Alexander Zverev (choix), leurs meilleurs atouts. Vendredi, il devrait entrer en lice contre l'Autrichien Dennis Novak, "modeste" 118e mondial. L'objectif est donc clair pour lui : ne sous-estimer personne mais finir premier du groupe pour assurer la qualification en quart de finale, puis espérer aller au moins en demi-finale et voir Madrid pour jouer devant quelques supporters serbes. Car à Innsbruck, le début de compétition s'annonce lugubre à huis clos à cause de la résurgence de l'épidémie de Covid.
"Bien sûr, nous sommes tristes de ne pas avoir de public. Les spectateurs sont très importants et font partie du tennis professionnel, de nos carrières et de nos vies. Nous nous nourrissons de l'énergie que nous tirons d'eux. Mais ce ne sera pas la première fois que nous jouons dans un stade vide, nous l'avons déjà expérimenté dans quelques tournois au cours de l'année et demie écoulée. Nous nous adapterons et donnerons le meilleur de nous-mêmes", a-t-il conclu. Après son échec olympique à Tokyo, Djokovic espère bien gagner pour son pays cette fois, et terminer 2021 de la meilleure des façons.
Coupe Davis
La Russie gagne, Djokovic domine et Lopez dans l'histoire : La Coupe Davis en 5 stats
HIER À 23:48
Coupe Davis
Medvedev : "Je suis plus heureux pour l'équipe que pour moi"
HIER À 22:59