Carlos Alcaraz a déjà dépassé Rafael Nadal. En battant sans ménagement Adrian Mannarino (6-4, 6-0) lundi à Madrid, l'Espagnol est devenu le plus jeune joueur à remporter un match dans le Masters 1000 castillan. Il a rayé des tablettes Nadal, qui détenait ce record depuis 2004, quand le tournoi se déroulait encore en indoor. A l'époque, le petit Carlos avait un an et demi. Il en avait deux quand Nadal a remporté le premier de ses 13 Roland-Garros. Il a grandi en regardant Rafa jouer, et gagner.
Mercredi, la distance temporelle qui sépare les deux Ibères (Nadal a plus du double de l'âge de son cadet) s'effacera pour les réunir sur le court central de la Caja Magica en 16es de finale. Ce sera un drôle de moment. Pour Nadal, peut-être, renvoyé à son propre vieillissement et à sa propre image au même âge lorsqu'il croise un adolescent. Mais c'est évidemment pour le jeune Murcien que le tête-à-tête sera le plus marquant et le plus délicat à négocier au plan émotionnel, sans parler de l'aspect purement tennistique. D'autant que, comme si cela ne suffisait pas, Carlos Alcaraz fêtera ce mercredi ses 18 ans. Un script presque trop parfait pour être vrai.
ATP Madrid
Evans s'est battu, mais la patron s'appelait Zverev
IL Y A 3 HEURES

Alcaraz - Mannarino : Le résumé

Nadal : "Il a déjà un niveau de tennis incroyable"

Le protégé de Juan Carlos Ferrero ne voit que le bon côté de la chose. Pour lui, il s'agit du "plus beau cadeau possible". "C'est vraiment un rêve qui devient réalité, a-t-il assuré après sa victoire contre Mannarino, synonyme de sésame pour Nadal. J'espérais avoir la chance d'affronter Rafa un jour.Que ce soit ici, devant le public espagnol, sur le central de la Caja Magica, je ne pouvais pas espérer mieux. Il parait que fêter ses 18 ans, c'est spécial, mais pour moi ce le sera encore plus en jouant contre un des plus grands champions de l'histoire. Le plus grand, pour moi."
Car il ne l'a pas caché depuis qu'il a commencé à écumer le circuit, Nadal est son idole, avec laquelle il conserve une distance respectueuse. Sur le Tour, c'est d'un autre compatriote ainé, Pablo Carreno Busta, dont il est le plus proche. Il le considère même "comme un frère". Nadal, lui, fait office de figure tutélaire, mais il s'est tout de même déjà entraîné avec lui, avant le dernier Open d'Australie. Le numéro 2 mondial ne manque d'ailleurs pas une occasion de se montrer élogieux envers celui que l'on envisage comme un possible héritier au sein du tennis espagnol. "Il a déjà un niveau de tennis incroyable et il sera un jour parmi les meilleurs du monde", jugeait il y a peu le Majorquin à son propos.

Juan Carlos Ferrero et Carlos Alcaraz

Crédit: From Official Website

Terreur dans les challengers à 17 ans

Aux portes du Top 100 qu'il devrait intégrer sans tarder pour en devenir, et d'assez loin, le plus jeune membre (le benjamin de cette élite est à ce jour l'Italien Lorenzo Musetti, qui a passé le cap des 19 ans voilà deux mois), Carlos Alcaraz progresse vite. Très vite. S'il a signé contre Mannarino sa toute première victoire en Masters 1000, c'est tout de même son quatrième succès face à un membre du Top 50. Marin Cilic, qui a éliminé le jeune Espagnol en trois manches la semaine dernière à Estoril, avait été bluffé par ce qu'il avait vu : "C'est un grand talent. Il a clairement un avenir incroyable devant lui."
Cela fait beaucoup de compliments pour un aussi jeune homme, mais la pépite de Murcie est effectivement très prometteuse. Très vite, à mesure qu'il grimpe dans la hiérarchie, on devrait le voir à temps plein sur le circuit principal, où il a déjà frappé à quelques reprises, comme à Rio l'an passé juste avant le confinement. Il n'avait pas 17 ans... Alcaraz est devenu le cinquième joueur seulement à remporter au moins trois titres en Challenger avant ses 18 ans. Les quatre premiers ? Djokovic, Del Potro, Gasquet et Auger-Aliassime. Une compagnie prometteuse.
Il n'y a aucune raison pour que le jeune Espagnol ne réussisse pas une très belle carrière, même si le plus dur, et le plus injuste, tient dans les comparaisons, inévitables mais vaines, avec le monstre qu'a été et est encore Rafael Nadal. Mercredi, pour lui, ce ne sera ni un test ni un révélateur. Juste une partie pour le plaisir, à défaut d'une partie de plaisir, pour seq 18 ans. Assez vite, il est probable que lui-même ne soit plus un cadeau pour grand monde...

Carlos Alcaraz

Crédit: Getty Images

ATP Madrid
Berrettini, la force tranquille : le résumé de sa victoire contre Delbonis
IL Y A 12 HEURES
ATP Madrid
Face au solide Ruud, Tsitsipas a flanché le premier... et l'a payé : le résumé de leur duel
IL Y A 13 HEURES