Il l'a déjà vécu à de nombreuses reprises dans sa carrière. Rafael Nadal n'en est pas à son premier come-back, il est même devenu un maître de l'exercice. Mais à 35 ans, faire son grand retour sur les courts après 4 mois d'arrêt forcé dû à une blessure au pied n'a rien d'anodin. Alors avant de se relancer vendredi dans le cadre de l'exhibition d'Abu Dhabi (16-18 décembre) et de défier un Britannique - soit Daniel Evans, soit Andy Murray -, le Majorquin a tenu à relativiser.
"Je sais que le retour ne va pas être facile, je n'ai pas beaucoup d'attentes pour l'instant", a-t-il avoué jeudi à des journalistes aux Emirats arabes unis. "J'ai eu souvent mal dans ma carrière, en fait presque tout le temps. Il s'agit d'avoir un niveau de douleur que je peux gérer pour jouer bien", a-t-il ajouté. Pour Nadal, il s'agit juste d'un premier test en vue de l'Open d'Australie (17-30 janvier 2022) où il espère arriver en pleine possession de ses moyens.
Laver Cup
La leçon de Djokovic
IL Y A 5 MINUTES
J'ai beaucoup progressé et je peux faire beaucoup de choses car le pied me le permet
Le vainqueur de 20 tournois du Grand Chelem, âgé de 35 ans, souffre du pied depuis les premières années de sa carrière. Le réveil de cette blessure depuis six mois l'a contraint cette année à manquer notamment Wimbledon, les Jeux Olympiques et l'US Open. À Abu Dhabi, exhibition à laquelle participent notamment le Russe Andrey Rublev, Andy Muray donc, ou encore le Canadien Denis Shapovalov, Nadal jouera au moins deux matches.
Une étape importante car il n'a prévu de disputer qu'un tournoi officiel (l'ATP 250 de Melbourne du 3 au 10 janvier) avant le premier Grand Chelem de l'année pour lequel il préfère pour l'instant ne pas afficher ses ambitions.
"J'ai beaucoup progressé à la maison, en m'entraînant bien avec la bonne attitude, la bonne intensité et en travaillant beaucoup sur ma condition donc je peux faire beaucoup de choses car le pied me le permet, mais on ne sait jamais ce qui peut se passer", a-t-il encore confié, prudent. Une chose est certaine, il n'a pas perdu le feu intérieur. Et si son corps le lui permet, il compte bien redevenir incontournable dans les semaines et mois à venir.
Laver Cup
Il y a match : Fritz remet l'équipe monde à hauteur de l'Europe
IL Y A 3 HEURES
Laver Cup
Courier et les adieux de Federer : "Ça prendra du temps d'encaisser ce qu'on a vécu"
IL Y A 3 HEURES