Getty Images

Le format de la Fed Cup changera aussi

Le format de la Fed Cup changera aussi

Le 27/06/2019 à 11:21Mis à jour Le 27/06/2019 à 12:16

FED CUP - Après la Coupe Davis, c'est au tour de la Fed Cup de faire peau neuve. La Fédération internationale de tennis (ITF) a annoncé jeudi que le format de la compétition par équipes nationales féminines allait changer dès la saison prochaine. Une nouvelle phase finale réunissant 12 sélections se jouera sur la terre battue de Budapest en Hongrie du 14 au 19 avril 2020.

Comme leurs homologues masculins en Coupe Davis, les Bleues joueront donc la dernière finale traditionnelle de Fed Cup. La Fédération internationale de tennis a ainsi annoncé jeudi le changement de format de la compétition par équipes nationales féminines. Adieu les matches allers-retours, place à une phase finale disputée pour la première fois dès la saison prochaine, du 14 au 19 avril 2020 à Budapest en Hongrie sur les courts en terre battue de la Laszlo Papp Budapest Sports Arena. Cette nouvelle "Coupe du monde du tennis" réunira 12 sélections qui joueront pour une dotation totale de 18 millions de dollars (15,8 millions d’euros) dont deux tiers iront aux joueuses et le reste aux fédérations nationales.

Les rencontres à domicile et à l’extérieur ne sont pas abandonnées pour autant, car chaque année, 20 équipes seront en fait concernées par l’événement : 16 d’entre elles se disputeront 8 places qualificatives pour la phase finale en s’affrontant sur un tour calqué sur le format traditionnel (cinq matches dont quatre simples et un double) les 7 et 8 février 2020. Les quatre nations restantes auront déjà leur billet en poche : pour 2020, il s’agira des deux finalistes de cette année, la France et l’Australie, du pays hôte jusqu'en 2022 la Hongrie, et enfin, d’une wild-card (nation invitée) pas encore officialisée.

Halep était contre la réforme

La liste des 16 nations concernées par ce tour qualificatif pour la phase finale est déjà connue, l’ITF s’est fondée sur les performances réalisées cette année en Fed Cup pour la déterminer. La Biélorussie, la Belgique, le Canada, la République tchèque, l’Allemagne, la Grande-Bretagne, le Japon, la Lettonie, la Roumanie, la Russie, la Slovaquie, l’Espagne, la Suisse, les Etats-Unis, mais aussi le Brésil et le Kazakhstan (les deux nations les mieux classées qui ont perdu lors des barrages du groupe mondial II) seront donc sur la ligne de départ.

La phase finale mettra en scène quatre poules de trois équipes, tous les premiers de poule seront qualifiés pour les demi-finales. Chaque match sera composé de deux simples et d’un double, suivant le modèle de la nouvelle Coupe Davis. Les deux finalistes seront automatiquement qualifiés pour l’édition suivante, les huit équipes classées de la 3e à la 10e place verront leur place en qualifications assurée. Pour justifier ce changement de format, l’ITF estime que la réforme permettra d’écourter le calendrier de deux semaines et d’allonger ainsi la trêve hivernale puisque la finale n’aura plus lien en novembre.

Son président David Haggerty annonce avoir consulté la WTA et son Conseil des joueuses et a reçu le soutien de poids de Billie Jean King, récemment nommée ambassadrice mondiale de la Fed Cup, et qui avait beaucoup œuvré en 1973 pour la création de la WTA. Mais cette réforme n’est pas du goût de tout le monde. Simona Halep, actuelle 7e joueuse mondiale, a affirmé son opposition de principe et son refus d’y participer il y a quelques jours. "J’adore la Fed Cup, je ne la modifierais jamais. Si elle change, je ne jouerai plus. J’aime le format actuel (…), la Fed Cup signifie jouer à domicile et à l’extérieur", avait notamment déclaré la Roumaine.

Pariez sur le Tennis avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0