AFP

Indian Wells: Rafael Nadal aux anges après sa victoire contre Juan Martin del Potro en finale

Nadal: "Dans ces moments-là, tu te souviens de tous les bas"
Par Eurosport

Le 18/03/2013 à 10:32Mis à jour Le 18/03/2013 à 14:54

Magistral à Indian Wells, Rafael Nadal a tourné le dos à ses sept mois de galère. Mais ils lui permettent d'apprécier d'autant plus ce qu'il vit aujourd'hui.

"Sérieusement, c'est impossible de faire mieux non ?" Ça parait en tout cas effectivement très difficile. Rafael Nadal a frappé un très grand coup en remportant le Masters 1000 d'Indian Wells dimanche. Il n'est même pas interdit de penser que, compte tenu des circonstances, ce titre restera comme un moment très particulier de la carrière de l'Espagnol, à l'arrêt pendant sept mois et désormais reparti sur des bases très élevées. Ce 22e Masters 1000, nouveau record, possède forcément une saveur particulière. Cette fois, plus de doutes possibles, Nadal est vraiment de retour aux affaires.

Il suffit d'ailleurs de l'écouter pour mesurer à quel point il savoure ce qu'il vit depuis un mois et demi. Son retour au jeu, plus encore à la compétition, les victoires, les titres. Tout cela a une signification particulière pour le Majorquin. "Dans ces moments-là, tu te souviens de tous les bas, tous les doutes que tu as eus pendant sept mois. J'aime le tennis, le sport, la compétition et le sport que je pouvais faire pendant sept mois c'était du golf, même si j'adore ça, j'aime bien bouger, raconte-t-il. Toute ma vie était affectée car ma vie est très liée au sport en général. Je ne pouvais pas faire plein de choses que j'aime. La sensation d'être dans un stade bondé, dans une ambiance de match, m'a manqué. Comme la sensation de la victoire, l'adrénaline de la compétition."

Del Potro: "On aurait dit qu'il ne faisait aucun effort"

Nadal a vécu comme un lion en cage. Depuis qu'on l'a libéré, il bouffe la vie et, si possible, ses adversaires. "Je n'ai rien à perdre après ces sept mois d'absence", rappelle-t-il. Il surfe incontestablement sur cette euphorie depuis qu'il a repris le fil de sa carrière. De Vina del Mar à Indian Wells, il a marché à l'envie, carburant à l'évidence très efficace. Pas de pression, pas de stress, que de l'envie. Quelques craintes, probablement, quant à la résistance de ses genoux si souvent récalcitrants. Mais une fois dans le feu de l'action, il n'y songe probablement pas. "Il y a toujours un doute sur le plan physique, car ce n'est pas facile d'enchaîner les tournois après sept mois d'absence, juge Novak Djokovic, qui a observé les premiers pas de son rival. Mais si le physique tient, le reste suit. Rafa avait juste besoin de quelques matches pour reconstruire sa confiance. Il se sent bien et, surtout, il est surmotivé pour montrer à tout le monde qu'il peut jouer son meilleur tennis, ça se voit." Et ça paie, manifestement.

Difficile de ne pas être bluffé par ce que Nadal a accompli en Californie, où il a battu successivement Roger Federer, Tomas Berdych et Juan Martin Del Potro. Les grincheux vous diront contre Djokovic aurait constitué un test plus probant encore. Mais ce n'est pas de sa faute si le Serbe a perdu contre Del Potro. D'autre part, l'Argentin, vu son niveau toute cette semaine, offrait également un défi corsé. Le plus intéressant dans cette finale, c’est que Nadal a su  reprendre le contrôle d'un match qui lui échappait. Il a remporté les trois premiers jeux, puis perdu neuf des onze suivants, avant de rétablir la situation. "Rafa mérite sa victoire, il a mieux joué que moi à la fin, concède Del Potro. Il a joué de façon incroyable durant la dernière heure, on aurait dit qu'il ne faisait aucun effort, il m'a repoussé loin de ma ligne de fond et accumulait des coups gagnants. "

L'Espagnol n'avait pas été confronté à ce type de situation depuis longtemps dans un match de ce niveau, mais il n'a pas pour autant perdu les pédales. C'est peut-être le plus satisfaisant pour lui. "Ce n'est pas facile de changer la dynamique d'un match face à un joueur comme lui mais ça a marché", se félicite le champion de Manacor. "A 3-0 au premier set, poursuit-il, j'ai manqué une bonne occasion de 4-0 et ensuite une autre de 4-1 et j'ai un peu perdu mon calme et je n'avais plus la bonne stratégie, ce qui ne m'arrive pas souvent. J'ai repris confiance quand j'ai débreaké dans la deuxième manche. J'ai essayé de ralentir le rythme du match, de plus jouer sur son revers et d'attendre le bon moment pour attaquer." Fraîcheur, envie, lucidité, détermination, Nadal a proposé un cocktail explosif que personne n'a su maitriser à Indian Wells.

AFP

0
0