Le président du Comité international olympique (CIO) Thomas Bach rencontrera durant les Jeux d'hiver de Pékin la championne de tennis chinoise Peng Shuai, a indiqué jeudi l'institution olympique.
L'ex-championne en double à Roland-Garros a accusé début novembre un ancien dirigeant chinois de l'avoir contrainte à un rapport sexuel lors d'une relation qui a duré plusieurs années. Sa disparition avait ensuite suscité l'inquiétude dans le monde du tennis, jusqu'à ce qu'elle s'entretienne en visioconférence avec M. Bach.
Le président du CIO l'avait à cette occasion invitée à le rencontrer lors des JO de Pékin, prévus du 4 au 20 février. Cet entretien n'avait pu empêcher une polémique, l'association du tennis féminin (WTA) décidant de mettre fin à ses tournois en Chine pour protester contre l'absence de transparence de Pékin sur les accusations de Peng Shuai.
Roland-Garros
La question qui fâche : Hormis Swiatek, pourquoi une telle débandade dans le top 10 féminin ?
IL Y A 7 HEURES
Dans une déclaration à l'AFP, un porte-parole du CIO a indiqué avoir été en contact avec elle à plusieurs reprises, et encore la semaine dernière. La joueuse "a dit se réjouir de rencontrer le président du CIO Thomas Bach et la présidente de la Commission des athlètes Emma Terho", a-t-il rapporté. "Cette rencontre aura lieu pendant les Jeux".
Alors que la Chine observe une stratégie "Zéro Covid", les JO de Pékin se déroulent dans une bulle sanitaire dont ne pourront sortir les participants étrangers.

Les t-shirts en soutien à Peng Shuai finalement autorisés à Melbourne

M. Bach a cependant pu rencontrer le président chinois Xi Jinping mardi dans le centre de Pékin, après seulement trois jours passés à l'isolement. Selon le CIO, Peng Shuai prévoit "de suivre de près" les Jeux d'hiver.
La joueuse est apparue ces derniers mois sur des vidéos la montrant en train d'assister à des événements sportifs. A Melbourne, les spectateurs à l'Open d'Australie pourront par ailleurs finalement porter des tee-shirts de soutien à Peng Shuai à condition qu'ils n'aient pas un comportement hostile, a annoncé mardi l'organisation du tournoi de tennis.
Les organisateurs de l'Open avaient déclenché une controverse en demandant à des supporters de retirer leurs tee-shirts arborant le slogan "Où est Peng Shuai?", au motif que l'Open d'Australie "n'autoris(e) pas les vêtements, banderoles ou pancartes politiques", selon un porte-parole de la Fédération australienne de tennis.
Roland-Garros
"Gaston n'a jamais vraiment pu mettre Rune dans une situation inconfortable"
IL Y A 7 HEURES
Roland-Garros
"C'est la semaine de sa vie" : voici Zapata Miralles, l'inconnu du haut de tableau
IL Y A 8 HEURES