Contrairement à certains confrères qui ont préféré l'hôtel pour ne pas changer leurs habitudes, elle l'a voulue la plus authentique possible, au coeur du village des athlètes, où elle partage un appartement avec Tatiana Golovin, Virginie Razzano et Pauline Parmentier. "Juste en face de celui des garçons" (Paul-Henri Mathieu, Arnaud Clément, Gilles Simon, Michaël Llodra et Gaël Monfils). "L'arrivée au village, c'est tout simplement magique. Il y a une ambiance incroyable qui en ressort. C'est forcément au-delà des mes espérances", a-t-elle raconté.
Pour les joueurs de tennis, confinés toute l'année dans le circuit fermé de l'ATP et de la WTA, le charme des Jeux est d'aller à la rencontre des athlètes des autres sports. Alizé Cornet s'est trouvée un guide avec Gaël Monfils. "J'ai remarqué qu'en restant avec lui je pouvais faire pas mal de rencontres parce qu'il connaît tout le monde. J'ai déjà vu Christine Arron et Teddy Riner et il a dit qu'il allait me présenter Laure Manaudou. Le planning c'est lui qui s'en occupera", dit-elle. La Française compte profiter de son séjour pékinois pour "engranger le plus de souvenirs possibles". "Ce n'est pas comme comme un Grand Chelem, où on se dit qu'on pourra revenir l'année suivante, là ce n'est que tous les quatre ans", dit-elle.
Pékin 2008
Goven: "Le tennis a fait sa place"
07/08/2008 À 09:00
Assaillie par la chaleur
Pas question donc de manquer la cérémonie d'ouverture. "Je veux tout prendre, foncer partout, rencontrer le plus de monde et voir le plus de choses. La cérémonie c'est le passage obligé, même s'il paraît que les athlètes sont parqués debout pendant des heures à attendre. On sera tous ensemble et il y aura une bonne ambiance. Ce sera un grand événement à ne pas rater." Et comme la Niçoise a aussi envie d'assister à d'autres épreuves que le tennis, la difficulté consistera à se concentrer sur son sujet. "Quand la compétition va arriver on va essayer de se mettre plus dans notre bulle mais pour le moment il faut profiter de l'ambiance, remplir nos petites têtes de toutes ces images-là".
Classée 19e mondiale, la meilleure Française à Pékin en l'absence de Marion Bartoli n'est bien sûr pas favorite pour monter sur le podium et succéder à son idole d'enfance, Amélie Mauresmo, médaillée d'argent à Athènes. Mais les Jeux sont une compétition propice aux sensations, d'autant plus que les conditions climatiques extrêmes de la capitale chinoise pourraient en surprendre plus d'un. "On a été assaillis par la chaleur et l'humidité dès notre arrivée. On a marché 50 mètres du bus au village et on était déjà tous en sueur" , a raconté la jeune joueuse, plutôt satisfaite en revanche de la surface, un dur "qui prend beaucoup les effets et n'est pas très rapide".
Pékin 2008
Cornet: "C'est magique !"
06/08/2008 À 14:14
Pékin 2008
Les Bleus sans leader
02/08/2008 À 09:30