Alors que les Rafael Nadal, Gaël Monfils, Stan Wawrinka et autres Fabio Fognini reprennent enfin leur saison à Rome, le "Maestro", lui, est toujours à l’arrêt. On le sait depuis des mois, Roger Federer a tiré un trait sur la saison 2020 après être passé à deux reprises sur le billard. Opéré du genou droit en février, le Suisse avait ainsi subi une deuxième arthroscopie quelques semaines plus tard à cause d’une gêne persistante. Depuis, il se fait discret, mais son coach historique Severin Lüthi a finalement pris la parole dans un journal suisse, le Neue Zürcher Zeitung, pour faire le point sur la situation.

"La rééducation se passe normalement, il n'y a pas eu de rechute. Comme pour tout le monde, il y a des bons et des mauvais jours après une intervention chirurgicale. Roger a commencé la kinésithérapie dès le lendemain de l’opération. En ce moment, la priorité est de retrouver un état de forme optimal à nouveau", a ainsi témoigné Lüthi. Depuis le mois de juillet, Federer travaille pour ce faire avec son préparateur physique de toujours, Pierre Paganini. Il était même question de retrouver la raquette dès la mi-août aux dernières nouvelles.

Open d'Australie
Lüthi : "Federer reviendra pour l’Open d’Australie 2021 s’il a lieu"
28/07/2020 À 13:48

"Même sur un tapis de salle de bains, Djoko, Federer et Nadal gagneraient encore"

"La retraite n'a jamais été sérieusement envisagée"

Mais l’homme aux 20 titres du Grand Chelem a gardé le silence ces dernières semaines, n’intervenant sur Twitter que pour manifester son opposition à la création d’un nouveau syndicat des joueurs par Novak Djokovic et Vasek Pospisil (la PTPA lancée avant l’US Open, NDLR). Pas de photo de ses éventuels progrès sur les réseaux sociaux, ni de vidéo de lui raquette en main sur un court. Et ce pour une bonne raison : il n’a donc toujours pas repris le tennis.

De quoi être pessimiste pour la suite alors que le Bâlois a fêté ses 39 ans le mois dernier ? Loin s’en faut pour son coach qui se s’alarme pas. "Nous prévoyons un retour régulier sur le court à partir du début du mois d’octobre. Parce qu’une chose est sûre : il a besoin d’heures d’entraînement avant de faire son grand retour. Nous avons encore assez de temps. Les mois d’octobre, novembre et décembre seront vitaux dans la perspective d’un come-back. La retraite n’a jamais été sérieusement envisagée."

Leconte : "Pourquoi ne pas imaginer Federer encore gagner Wimbledon ?"

Reprise du tennis en octobre avec Melbourne en tête

Si tout se passe bien, Federer devrait être prêt pour le prochain Open d’Australie, après quasiment un an d'arrêt forcé. Mais il ne veut rien précipiter non plus. "Roger veut prendre son temps. Nous avons un programme, mais il n’est pas inflexible. Cela veut dire que s’il a besoin de plus de semaines, il les prendra. Retrouver une excellente condition physique, c’est la clé pour être à nouveau compétitif à haut niveau. Et c’est l’objectif", a précisé Lüthi.

Car Federer n’est pas du genre à vouloir faire de la figuration ou une tournée d’adieux pour faire plaisir à son public. S’il revient, c’est pour jouer à nouveau les premiers rôles. La dernière fois qu’il a dû traverser une telle épreuve, c’était il y a quatre ans. Tel un phénix, il avait mis alors tout le monde d’accord dès sa reprise à l’Open d’Australie 2017. Peut-il espérer un scénario similaire ? "Soyons honnêtes : ce qu’il avait fait à Melbourne tenait presque du miracle. Gagner l’un des plus grands tournois au monde presque sans préparation en compétition (il avait joué la Hopman Cup, NDLR), c’était extraordinaire", a rappelé Lüthi, comme pour calmer les éventuelles attentes démesurées.

"Federer est un talent exceptionnel. Mais ses rivaux sont tous de très bons joueurs de tennis, les jeunes en particulier qui progressent constamment", a enfin souligné le coach suisse. Car outre ses grands rivaux traditionnels, Rafael Nadal et Novak Djokovic, le "Maestro" (s’il revient comme prévu) ne retrouvera pas le circuit dans le même état qu’il l’avait quitté. Le triomphe de Dominic Thiem à Flushing Meadows devrait lui permettre de prendre une autre dimension, Alexander Zverev a aussi pris de l’expérience grâce à sa première finale de Grand Chelem. Bref, la concurrence s’annonce rude. Mais vu le pedigree du vieux lion, cet ultime défi ne devrait pas lui déplaire.

Tennis
Rome - Nadal enchaîne contre Lajovic
IL Y A 7 HEURES
Tennis
Rome - Nadal : "C'est important d'enchaîner deux victoires"
IL Y A 7 HEURES