Getty Images

Djokovic, un rare coup d’arrêt dans un océan de tranquillité

Djokovic, un rare coup d’arrêt dans un océan de tranquillité

Le 13/03/2019 à 12:48

INDIAN WELLS - Sorti au troisième tour d’Indian Wells par Philipp Kohlschreiber (6-4, 6-4), Novak Djokovic n’avait plus connu de sortie de piste aussi précoce depuis l’été dernier. Rien d’inquiétant et, surtout, l’occasion de rappeler combien le Serbe a été ponctuel à (presque) tous ses rendez-vous depuis juin dernier.

Novak Djokovic ne peut pas réussir dans toutes ses entreprises. Ce serait trop simple. Après avoir eu la tête du boss de l’ATP au grand dam de messieurs Federer et Nadal, qui auraient bien aimé avoir leur mot à dire, le Serbe a connu moins de réussite pour son retour sur les courts, à Indian Wells. Mardi soir, le Serbe, numéro 1 mondial, a été battu par Philipp Kohlschreiber (6-4, 6-4), 39e mondial.

L’Allemand n’avait plus vaincu le Serbe depuis 2009, il l’a fait. A 35 ans. Mieux vaut tard que jamais. Il s’est aussi offert le patron du tennis mondial, du haut de son "grand âge". Dans l’histoire, seuls Federer, face à Nadal (36 ans, 2017) et Ivo Karlovic, face à Djoko (35 ans, 2015) avaient réussi un tel tour de force avec une carte d’identité plus jaunie que la sienne.

Vidéo - Indian Wells - Djokovic éliminé par Kohlschreiber

01:00

Un bilan (presque) immaculé

Au moment de revenir sur ce coup d’arrêt, Novak Djokovic n’a pas versé dans l’alarmisme. Bien au contraire. Il faudrait être masochiste pour cela : "Je ne suis pas vraiment inquiet. Ce n'est bien sûr pas agréable de perdre, personne n'aime ça, surtout dans un tournoi où j'ai eu beaucoup de succès par le passé. Je pensais que j'étais en forme et que j'étais bien à l'entraînement, mais ce genre de choses arrive parfois. Il faut vivre avec et tourner la page. Je ne vois pas pourquoi cette défaite pourrait me perturber sur le long terme."

Voilà pour l’analyse et un Djokovic qui n’a pas adoré les conditions de jeu, avec une balle rebondissant plus haut et un adversaire qui a joué le match qu’il fallait. Point barre.

On a envie de suivre le numéro 1 mondial, bien installé sur son trône, d’autant que la thèse de l’accident tient plutôt bien au vu de ces derniers mois. Depuis l’entame de sa reconquête sur le gazon londonien et une finale perdue au Queen’s, les soubresauts ont été rares, entre juin 2018 et mars 2019. Il n’y a qu’à se pencher sur le bilan de Novak Djokovic pour s’en persuader.

  • Queen’s : finale
  • Wimbledon : victoire
  • Toronto : 8e de finale
  • Cincinnati : victoire
  • US Open : victoire
  • Shanghai : victoire
  • Paris : finale
  • Masters : finale
  • Doha : demi-finale
  • Australie : victoire
  • Indian Wells : troisième tour


Jamais depuis Madrid il y a bientôt un an, Novak Djokovic n’était tombé aussi précocement. Une victoire et puis s’en va. Depuis qu’il est redevenu le Djoko que l’on connait, il n’y a eu que Stefanos Tsitsipas, à Toronto, pour lui barrer la route dans un tournoi aussi tôt. On sait ce qu’il est advenu du Grec, au Canada - où il n’a été stoppé qu’en finale par Nadal - et par la suite, et on a vu comment Djokovic avait rebondi.

Bref, Djoko s’est remis en jambes à Indian Wells, où il poursuit sa quête du double associé à Fognini. Et il devrait avoir les cannes à Miami. Entre-temps, il aura peut-être un peu de temps pour rencontrer Roger Federer et parler ATP…

Vidéo - Federer n'a pu voir Djokovic au sujet de Kermode : "Il était sans doute très occupé..."

00:30
Pariez sur le Tennis avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0