Getty Images

Monte-Carlo - Plus bas que terre, Novak Djokovic s’attaque à une montagne

Plus bas que terre, Djokovic s’attaque à une montagne

Le 16/04/2018 à 00:24Mis à jour Le 16/04/2018 à 12:34

MASTERS 1000 MONTE-CARLO - De retour sur les courts après une tournée américaine qui a tourné au fiasco, Novak Djokovic affronte Dusan Lajovic au 1er tour d’un tournoi qui s’annonce corsé. En plein doute, le Serbe a changé beaucoup de choses pour retrouver de la confiance. Suffisant ? Là est toute la question.

Back to basics. Et retour aux sources. Voici la méthode Djokovic. Celle censée remettre le Serbe sur la voie du succès. Absent pendant de longs mois en 2017 pour une blessure au coude, le "Djoker" avait entamé la saison 2018 le couteau entre les dents. Mais visiblement pas dans la raquette.

Visiblement pas prêt, l’ancien numéro un mondial s’était cassé les dents à l’Open d’Australie, en chutant en huitième de finale face au prometteur Hyeon Chung, avant de précipiter son retour lors de la tournée américaine. Résultat ? Une sortie de route inquiétante face à Taro Daniel, plus habile sur terre battue que sur dur, puis une autre défaite face à Benoît Paire en Floride.

"Personne ne me force à jouer en me menaçant de coups de fouet" avait expliqué le Serbe pour justifier ce choix de retour précipité. Car, au départ, Djokovic avait prévu d’effectuer sa rentrée à Monte-Carlo. On y est. Mais, en jouant, il ne s’est pas rassuré. Plutôt inquiété.

Vajda à la rescousse

Alors, le Serbe a décidé de faire le ménage dans son entourage. Finie la collaboration avec Andre Agassi, débutée à Roland-Garros 2017. Recruté en début de saison pour épauler l'Américain, plus promis à un rôle de conseiller spécial qu'au rôle officiel d'entraîneur, Radek Stepanek a lui aussi pris la porte mais de manière plus surprenante.

Des décisions radicales qui prouvent une chose : Djokovic tâtonne. Dans l’inconnu complet, il a donc choisi de rappeler à ses côtés Marián Vajda. Son mentor. L’homme qui l’a accompagné lors de ses grandes conquêtes, ses 12 titres du Grand Chelem et ses 30 Masters. Présent aux côtés du Serbe à Marbella, la semaine dernière, puis à Monte-Carlo où il reprend officiellement du service, il est revenu au premier rang.

A priori, ce n’est pas un choix au long terme. Plutôt un choix d’urgence pour celui qui se doit de retrouver la confiance. L’entourage du Serbe l’avait confirmé il y a quelques jours à B92, une radio serbe : "Ça ira pas après pas. Le rôle de Vajda est d’accompagner Djokovic pendant l’entraînement en vue de la saison de terre battue".

Marian Vajda et Novak Djokovic

Marian Vajda et Novak DjokovicGetty Images

Ce rappel de secours dit beaucoup de l’état actuel du Serbe. S’il n’a perdu qu’une petite place au classement ATP, sa saison 2018 ressemble pour l’instant à un long chemin de croix qu’il veut achever.

Avec 3 défaites en 6 matches et une 88e place à la Race assez infamante, l’ancien patron du circuit n'avait plus débuté une saison aussi mal depuis ses débuts professionnels. Et n’espérez pas voir un Novak Djokovic monter tranquillement en puissance à Monaco. C’est simplement impossible.

Un tableau qui ne pardonne pas

Oui son premier tour face à son compatriote Dusan Lajovic peut lui permettre d’entrer dans le bain tranquillement. Face au 90e mondial, Djoko pourra probablement se permettre quelques erreurs sans se mettre en grand danger. Mais ça s’arrêtera là. Car la suite est gargantuesque.

Le joueur de Belgrade pourrait ensuite retrouver l'épouvantail Borna Coric au deuxième tour avant éventuellement de croiser Dominic Thiem, très à l’aise sur terre, puis Rafael Nadal en quarts de finale. À ce niveau-là, ce n’est plus le parcours du combattant. Il n’empêche, s’offrir ne serait-ce qu’un duel face au patron des lieux serait déjà un motif de satisfaction pour le Djoker.

Fidèle à sa philosophie positive à l’image de ses explications post-déroute face à Daniel, Djokovic n’a pas beaucoup parlé. Juste tweeté. Un haiku tennistique : "Que tu sois bon dans un domaine, il y a toujours plus à apprendre, plus à améliorer, plus à découvrir. Donc gardez votre esprit dans le jeu. Je sais que je vais garder la mienne. Lié à Monaco".

Lié, Djokovic l’est à la cité monégasque où il a été sacré en 2013 et en 2015. Une autre époque. Celle où il luttait pour rester au sommet. Désormais, Djokovic lutte pour sa survie. Et ce combat-là, il est encore loin d’être gagné.

Novak Djokovic

Novak DjokovicGetty Images

0
0