MASTERS 1000 PARIS-BERCY - 2e tour

Jo-Wilfried Tsonga (FRA, 8) bat Albert Montanes (ESP) : 6-1, 7-5Prochain adversaire : Simon

Masters Paris-Bercy
Guez montre l'exemple
10/11/2009 À 11:41

"Ne pas se comporter comme un petit enfant"... Pour ses retrouvailles avec le Masters 1000 de Paris-Bercy, Jo-Wilfried Tsonga avait à coeur de se comporter en patron. Mission pleinement accomplie au premier tour. Confronté à l'Espagnol Albert Montanes, plus spécialiste de terre battue avec notamment deux titres cette saison à Estoril et Bucarest, le Manceau n'a pas manqué ses retrouvailles avec le public parisien en signant un début de match proche de la perfection. Immédiatement dans le bon tempo et très relâché, le numéro un tricolore a pris d'entrée le joueur ibérique à la gorge pour ne plus jamais le lâcher. Porté par un service tonitruant (100% de points remportés derrière sa première balle, seulement 3 points cédés sur son engagement au cours de la première manche), le protégé d'Eric Winogradsky a fait une véritable démonstration de jeu offensif en creusant des brèches béantes dans la défense adverse, pourtant réputée solide, grâce à son énorme coup droit. "Je me suis senti bien d'entrée. Dès les premières balles à l'échauffement, j'ai eu l'impression que mon tennis était revenu, un peu par magie. J'aime l'atmosphère de Bercy, j'aime le terrain. Ca me donne une sensation de légèreté", ne pouvait-il que reconnaitre à l'issue du match.

Totalement dépassé au cours du premier acte, Albert Montanes a cependant refusé de tendre la deuxième joue. Nullement traumatisé par la perte de la première manche, l'Espagnol a au cours de la seconde montré un tout autre visage, démontrant qu'il avait quelques arguments pour perturber la marche en avant triomphale de Jo. Capable de parfaitement varier effet et longueur, de faire preuve d'un toucher de balle certain au filet, le Barcelonais a longtemps résisté mais le mur Tsonga était trop difficile à franchir. En se montrant intraitable sur les points importants (3 balles de break converties sur 3) et toujours aussi impressionnant au service (seulement 8 points 48 cédés sur l'ensemble du match), le numéro un tricolore a fini le travail, conservant encore ses chances de truster un des deux derniers billets pour la prochaine Masters Cup.

Gilles Simon (FRA, 11) bat Ivan Ljubicic (CRO) : 6-3, 3-6, 7-6(4)Prochain adversaire : Tsonga

12e au classement ATP à l'attaque du dernier Masters 1000 de la saison, Gilles Simon a d'ores et déjà conscience d'avoir signé une saison très solide mais le Niçois peut cependant nourrir quelques regrets. Où se situerait-il si une récurrente blessure aux genoux n'était pas venue gâcher sa fin de saison. Obligé d'abandonné au troisième tour de l'US Open face à Juan Carlos Ferrero, il pensait certainement avoir mangé son pain noir. Il n'en était rien.

Soucieux de briller à Paris pour sa dernière sortie de la saison, le numéro deux tricolore a fait la preuve tout au long de la première manche, qu'il avait les moyens de viser encore plus haut. Soucieux de ne pas laisser Ivan Ljubicic prendre l'initiative, le Niçois a su forcer sa nature pour prendre la direction des échanges et ne pas uniquement se contenter de contrer. S'appuyant sur un service très efficace au cours du premier acte (6 aces, 81% de première balle), le protégé de Thierry Tulasne n'a pas laissé le Croate s'installer dans le court, ne lui a pas laissé l'opportunité d'imposer son jeu en profitant de la moindre balle un peu courte, un peu timide pour réciter un tennis offensif assez inhabituel, se montrant notamment très impressionnant en coup droit (17 coups gagnants pour seulement 9 fautes directes).

Gilles Simon n'a cependant pas été en mesure de tenir la distance. Dans un premier temps, au cours de la deuxième manche, en se montrant comme trop souvent un peu trop attentiste, le Tricolore a permis à Ljubicic de sortir la tête de l'eau. Moins régulier, il a ainsi concédé un break de retard qu'il n'a jamais été capable de combler dans la deuxième manche.

Dans la troisième, c'est à nouveau son corps qui a montré des signes de faiblesses. Sa blessure au tendon rotulien du genou droit s'est ainsi réveillée sans prévenir alors que les deux hommes se rendaient coup pour coup (3-3). Plus capable de courir, de fléchir, le Français ne semblait pas en mesure de pouvoir défendre ses chances. A force de courage, en faisant preuve d'un toucher de balle impressionnant et en profitant d'un Ljubicic soudain hésitant, il a cependant réussi l'exploit de résister avant d'aller chercher la victoire au terme d'un tie-break parfaitement maitrisé. Un beau succès, mais qui laisse encore une fois des regrets... Où serait Gilles Simon avec un corps à la hauteur de son talent ?

Fernando Verdasco (ESP, 7) bat Andreas Seppi (ITA) 6-7(3/7), 6-4, 6-4
Prochain adversaire : Cilic ou Kubot

Fernando Verdasco s'est qualifié pour les huitièmes de finale du Masters de Paris-Bercy en battant l'Italien Andreas Seppi 6-7(3/7), 6-4, 6-4. Une victoire difficile à obtenir, mais acquise après deux heures de combat face à un joueur qui ne l'avait jamais battu au cours de leurs cinq premières rencontres. Peu en jambes parce qu'il ne pensait pas jouer dès aujourd'hui, l'Espagnol, tête de série N.7, ne rassure pas vraiment avec ce succès étrique mais il assure l'essentiel en atteignant les huitièmes de finale où il affrontera le vainqueur du match Cilic/Kubot pour une place en quart de finale. Fernando Verdasco, pour l'instant huitième du classement à la course à la Masters Cup et dernier qualifié pour Londres, aura son ticket s'il atteint la finale de Paris-Bercy ou si ses concurrents sont éliminés avant lui ou au même tour. Avant même cela, sa victoire au 2e tour condamne déjà deux joueurs : Marin Cilic et Radek Stepanek. Ils ne peuvent plus se qualifier mathématiquement. L'Espagnol compte désormais plus de 1000 points d'avance au classement sur le Croate et le Tchèque.

Nikolay Davydenko (RUS, 6) bat Benjamin Becker (ALL) 6-2, 6-1
Prochain adversaire : Söderling ou Karlovic

Nikolay Davydenko a parfaitement entamé le dernier rush qui le sépare de Londres. Vainqueur à Paris-Bercy en 2006 face à Dominik Hrbaty, le Russe a dominé l'Allemand Benjamin Becker sans difficulté pour se hisser en huitièmes de finale. Pour être sûr de composter son billet pour l'Angleterre, Davydenko devra au moins atteindre les demi-finales, ou attendre la chute de ses adversaires. Il aura l'occasion d'écarter un prétendant s'il affronte Robin Söderling au prochain tour.

Masters Paris-Bercy
Un "250" pour aider Bercy ?
16/11/2009 À 08:35
Masters Paris-Bercy
Monfils encense "Nole"
15/11/2009 À 20:27