AFP

Masters 1000 Bercy : Monfils, Tsonga et Pouille sont en huitièmes... et ils y croiseront du lourd

Monfils, Tsonga et Pouille sont en huitièmes... et ils y croiseront du (très) lourd

Le 29/10/2014 à 15:49Mis à jour Le 29/10/2014 à 23:55

Après Jo-Wilfried Tsonga et Lucas Pouille, Gaël Monfils s'est à son tour qualifié pour les huitièmes de finale à Bercy en battant John Isner en deux sets. Jeudi, il sera opposé à Novak Djokovic, alors que Pouille défiera Roger Federer. Tsonga, lui, affrontera Kei Nishikori.

Monfils se paie Isner et fonce sur Djoko

"Je me suis étonné ce soir". Gaël Monfils, absent des courts depuis un mois et demi, ne savait pas trop à quoi s'attendre à Bercy cette semaine. Après une entrée en matière assez calme face à Joao Sousa, il passait un test autrement plus probant mercredi soir contre John Isner. Il l'a passé avec conviction, dominant l'Américain en deux manches, 6-4, 7-6. Monfils, agressif à souhait, a notamment livré une grosse partie au service avec 69% de premières balles et pas une seule balle de break concédée sur l'ensemble de la rencontre. A l'inverse, il a souvent mis en difficulté Isner sur sa mise en jeu. Et s'il n'a converti qu'une seule de ses neuf occasions de break, celle-ci lui a permis d'empocher la première manche (6-4). Dans la seconde, tout s'est joué au jeu décisif, dans lequel Monfils a su faire la décision (7-5). Jeudi, il s'attaque à un morceau gigantesque, Novak Djokovic. En 10 confrontations, il n'a encore jamais battu le numéro un mondial…

Tsonga sur alternatif mais assez solide pour écarter Melzer

Si Gilles Simon et Richard Gasquet ont déçu en disparaissant prématurément, Jo-Wilfiried Tsonga, lui, a tenu son rang. Le numéro un français s'est hissé en huitièmes de finale en battant Jurgen Melzer en soirée à Bercy. Un match compliqué pour le Manceau, visiblement en déficit de rythme après quelques semaines d'absence. Inconstant, il a alterné le bon et le moins bon et le score traduit assez bien sa performance sinusoïdale : 6-2, 4-6, 6-2.

Globalement, Tsonga, qui a concédé trois breaks mais en a réussi le double, n'a jamais été franchement en danger, notamment parce qu'il a su pousser le coup d'accélérateur salutaire en début de troisième manche sous la forme d'un break d'entrée. Reste qu'il devra hausser le ton jeudi face à Kei Nishikori s'il veut entretenir l'espoir d'une troisième finale au POPB après celles de 2008 (victoire) et 2011 (défaite).

Pouille, la fête continue

Lucas Pouille n'en finit plus de surprendre. A 20 ans, le 176e joueur mondial vient d'éliminer successivement Johnson et Nieminen en qualifications puis Ivo Karlovic et Fabio Fognini dans le tableau final. Impressionnant de maturité face l'extravagant italien, le Français a été chercher sa victoire dans les deux jeux décisifs (7-6 (7/5), 7-6 (9/7)). Il s'offre ainsi le droit de sortir du feutré court numéro 1, jeudi, pour affronter Roger Federer en huitième de finale dans un central plein.

Le Nordiste avait ainsi signé la première victoire française d'une journée jusqu'ici bien blanche. Avant Bercy, le Français n’avait pas remporté la moindre rencontre d’un tableau final sur le circuit ATP. Surtout cette nouvelle victoire lui assure un bond au classement ATP, lundi. Il va se rapprocher des 130 premiers joueurs mondiaux. Ce sera quoi qu'il arrive le meilleur classement de sa carrière. En attendant peut-être mieux en cas de nouvel exploit.

Gasquet n'a pas pesé lourd

La rencontre face à Roberto Bautista, 15e joueur mondial, qui termine la meilleure saison de sa carrière, devait être celle de la rédemption pour Richard Gasquet. Mais le Français, après un début de match encourageant s'est écroulé quand son adversaire a commencé à enchainer les montées au filet. Il s'incline finalement assez facilement en deux sets (6-4, 6-2). Il a maintenant un mois pour récupérer une forme optimale avant la finale de la Coupe Davis face à la Suisse. L'Espagnol affrontera de son côté, Milos Raonic qui a dû s'employer contre Jack Sock (6-3, 5-7, 7-6 (7/4)), en 8e de finale.

Gasquet trimbalait depuis son arrivée à Bercy le besoin de se rassurer. Arrêté depuis sa défaite au Masters de Shanghaï, le Français devait maintenant enchainer les victoires. Après un premier tour géré difficilement face à Istomin, Roberto Bautista, 15e à l’ATP, faisait figure de véritable test pour le 23e joueur à l’ATP. Pourtant impérial sur sa mise en jeu durant la première manche, le Biterrois a craqué au plus mauvais des moments : à 4-5. La perte du premier set aura été fatale au Français qui a été complètement dépassé par l’Espagnol ensuite.

Bautista qui a montré de très belles dispositions physiques a harcelé son adversaire au filet. Un petit jeu auquel Ricard Gasquet aurait pu répondre habituellement assez facilement, notamment grâce à son passing de revers. Mais le Français n’y était pas aujourd'hui. "J'ai mal retourné aujourd'hui, mon adversaire a tout simplement été plus fort que moi" a-t-il déclaré après le match. C’est un vrai problème à moins d’un mois de la finale de la Coupe Davis face à la Suisse à Lille. Les prestations de Tsonga et Monfils vont être scrutées d’un œil encore plus attentif par Gasquet. Il sait que sa place est en train de se jouer.

Richard Gasquet - Masters 1000 Paris Bercy 2014

Richard Gasquet - Masters 1000 Paris Bercy 2014AFP

Wawrinka se rassure

Déjà qualifié pour la Masters Cup de Londres, Stan Wawrinka avait besoin de se rassurer à Paris après trois défaites d'affilées au premier tour à Tokyo, Shanghai et Bâle. Même si il n'a pas dissipé tous les doutes, le Suisse a réussi l'essentiel : gagner face à Dominic Thiem, sans perdre de set (6-4, 7-6 (8/6)). Il va néanmoins devoir hausser son niveau de jeu face à Kevin Anderson en huitièmes de finale. Après le match, le quatrième joueur mondial assurait en tout cas être pleinement concentré sur le tournoi parisien : "Je ne pense pas à la Coupe Davis. Il y a ce Masters avant et c'est important pour moi de me focaliser sur cet évènement."

Stan Wawrinka - Masters 1000 Paris Bercy 2014

Stan Wawrinka - Masters 1000 Paris Bercy 2014AFP

Benneteau, impuissant face à Murray

Affronter Andy Murray n’est pas un cadeau en ce moment. Vainqueur à Vienne et à Valence lors des deux dernières semaines, le Britannique continue son marathon pour remonter le plus haut possible au classement à l’issue de la saison. Il n'a pas fait dans la demi-mesure face à Julien Benneteau (6-3, 6-4). Le huitième joueur mondial dispute sa sixième semaine consécutive de compétition à Bercy. Une série de résultat qui lui permet de n'être plus qu'à une victoire de la qualification à la Masters Cup. "Cela n'a rien à voir avec de la chance. J'ai beaucoup travaillé ces dernières semaines a assuré le Britannique. J'ai joué des matches très longs, très serrés et si je me qualifie pour Londres, ce sera tout à fait mérité, ce sera grâce aux résultats de toute l'année parce que cette année, j'ai assez bien joué dans les grands tournois pour pouvoir être à ce niveau, et dans les Grands Chelems aussi où je suis arrivé au moins en quarts de finale. Il n'y a que deux joueurs qui ont fait mieux que moi à Roland Garros et quatre dans les autres Grands Chelems. "

Le Britannique n'a concédé sa première faute directe que dans le cinquième jeu de la rencontre. Il n'en fera que neuf pendant toute la rencontre. C'est dire sa forme actuelle. Dans chaque set, il a fait la différence très tôt. Malgré un petit regain de forme en milieu de seconde manche, Benneteau peut-être déçu de ne pas avoir posé plus de problèmes à son adversaire. Il affrontera Grigor Dimitrov, jeudi en huitième de finale: "Il a une bonne chance d'aller à Londres lui aussi. Il sera motivé" a déclaré l'Ecossais en conférence de presse.

0
0