Eurosport

Blessures, Coupe Davis, dunk, Bercy : ce qu'il faut retenir de la conf' de presse de Gaël Monfils

Blessures, Coupe Davis, dunk, Bercy : Monfils s'est expliqué

Le 31/10/2016 à 23:10Mis à jour Le 31/10/2016 à 23:53

MASTERS 1000 PARIS BERCY - Forfait de dernière minute pour le tournoi de Paris-Bercy, Gaël Monfils a réuni la presse lundi soir pour faire un bilan de sa saison, et mettre à plat un certain nombre de choses. Voici ce qu’il faut en retenir.

Une mise au point pour commencer

Pour une fois, Gaël Monfils n’est pas venu seul s’expliquer devant les journalistes, lundi soir à l'AccorHotels Arena de Bercy. Son agent ? Son attaché de presse ? Non, Monfils s’est présenté devant les micros avec son médecin, Bernard Montalvan, qui est aussi, au passage, médecin du tournoi de Bercy et de l'équipe de France de Coupe Davis. Une sorte de garant, pour justifier ses différentes blessures survenues tout au long de la saison.

" Vous en voyez beaucoup, vous, des athlètes qui viennent avec leur médecin en conférence de presse ?""

A Roland-Garros, un "syndrome viral inexpliqué"

Appuyé par son "doc", Monfils est revenu sur les différents épisodes qui ont ponctué sa saison. À Roland-Garros, c’est un "syndrome viral inexpliqué" qui l'a empêché de défendre ses chances. D’où son absence de réponse très précise, à l’époque, devant la presse.

" J’ai été hospitalisé à Nyon le 15 mai. Je n’étais pas bien du tout, et j’étais pris de vomissements. J’ai fait de nombreux examens, mais les médecins n’ont rien trouvé. Début juin, ça a commencé à aller mieux. Au jour d’aujourd’hui, je ne sais toujours pas ce que j’ai eu"."

À Zadar, c’était son choix de ne pas jouer avec la France

Sur son forfait rocambolesque survenu deux jours avant le début de la demi-finale de l’équipe de France contre la Croatie en Coupe Davis, il a pris ses responsabilités. Après des discussions avec le capitaine Yannick Noah, il a choisi de ne pas prendre de risque avec une blessure au tendon du genou gauche.

" En arrivant en Croatie, j’avais très mal au genou gauche. Après des examens, il s’est révélé que j’avais le tendon de ce même genou enflammé [une blessure sans doute contractée lors de sa demi-finale de l'US Open perdue contre Novak Djokovic quelques jours plus tôt, NDLR]. On m’a proposé de jouer sous anti-inflammatoires, ça a été ma décision de ne pas y aller"."
Gaël Monfils

Gaël MonfilsAFP

"Totalement impossible" de jouer à Bercy

20 octobre dernier. 2e tour du tournoi de Stockholm. Opposé au Portugais Gastao Elias, le joueur français tente une acrobatie "monfilsienne" à 6/6, sur le premier point du tie-break. Il chute violemment et ressent de fortes douleurs.

" Je me suis fait très mal. Je n’arrivais pas à bien bouger sur le terrain après ça. Quand je suis rentré chez moi le week-end, j’avais même du mal a respirer"."

Quelques examens, et une IRM plus tard, le diagnostic tombe le 24 octobre : Monfils souffre d’une "déchirure sur le muscle transverse-oblique".

" Si j’avais essayé de m’aligner à Bercy, je n’aurai pas pu jouer. C’était totalement impossible"."

Et ce même s'il avait dû aller chercher des points à Paris pour assurer sa place au Masters de Londres.

L'épisode très mal perçu du dunk

Monfils le reconnaît bien volontiers, il aurait peut-être dû communiquer différemment avec les médias, mais aussi autour de son image, tout au long de la saison. Il est, par exemple, revenu sur l’épisode de la vidéo où on le voit jouer au basket et claquer un dunk, trois jours avant la demi-finale de Coupe Davis, alors qu’il se savait blessé. Ce qui n'avait pas manqué de soulever des interrogations et d'agacer Yannick Noah après son forfait.

" C’est une mauvaise communication de ma part. A chaque fois que je suis blessé, je joue au basket. C’est une mauvaise habitude. Et pourtant, je n’ai fait qu’un dunk, je n’ai pas vraiment joué au basket.""

C’est d’ailleurs pour cette raison que Monfils avait réuni la presse ce lundi.

" Des fois, j’ai l’impression qu’on ne me comprend pas, on dit que je suis tête en l’air… C’est sympa parfois de dire la vérité. Pourtant, je suis quelqu’un de bien entouré, et je fais les examens quand il faut"."

Pas question de manquer le Masters

Interrogé sur sa participation au Masters de Londres (du 13 au 20 novembre prochain), le Parisien s’est montré rassurant.

"J’ai commencé les soins. Pour le moment, je serai bien à Londres, et j’espère y être à 100%. C’est vraiment mon objectif. De pouvoir jouer ce tournoi là pour la première fois, je n’y avais jamais vraiment pensé, ni jamais rêvé. Ça va être une belle compétition."

S'il est naturellement très heureux d’intégrer pour la première fois de sa carrière ce cercle fermé du tournoi des maîtres, ce sont ses parents, et notamment sa mère, qui semblent en être les plus fiers.

"C’est une grande fierté, surtout pour mes parents. Ma mère m’a appelé et m’a dit : 'C’est incroyable, jamais de ma vie je ne pensais que tu le jouerais'. Ça m’a beaucoup touché. Pour ma mère, c’est quasiment comme si j’avais gagné Roland-Garros."

Gaël Monfils

Gaël MonfilsAFP

0
0