Rafael Nadal est (très) loin d’être rouillé, merci pour lui. Pour son premier match en compétition post-Covid-19, le Majorquin a surclassé son compatriote Pablo Carreño Busta en deux petits sets et un peu plus d'une heure de jeu (6-1, 6-1). Plus précis, plus puissant, le n°2 mondial a signé son retour de la meilleure des manières.

On pouvait se poser de légitimes questions concernant le retour à la compétition de Rafael Nadal. Après tout, l’Espagnol n’avait plus joué sur le circuit depuis six mois et sa victoire au tournoi d’Acapulco fin février. Mais sur la terre battue du Masters 1000 de Rome, devant un stade presque vide - situation sanitaire oblige, le n°2 mondial a balayé d’un coup droit gagnant les doutes et les interrogations.

Masters Rome
Surprise à Rome : Tsitsipas prend déjà la porte
16/09/2020 À 14:37

Un premier jeu accroché et Nadal a déroulé : le résumé de sa victoire face à Carreño Busta

Carreno Busta écœuré

Son adversaire Pablo Carreno Busta, qui vient tout juste d'atteindre la demi-finale à l’US Open, a été éparpillé en deux petits sets secs. Difficile de savoir si le 18e mondial était usé après son beau parcours new yorkais. Toujours est-il qu’il n’a quasiment jamais été en mesure d’enrayer la machine de Manacor.

Si on excepte le premier jeu où il a dû sauver une balle de break d’entrée, "Rafa" a contrôlé le match de bout en bout. En patron. Le Majorquin, parfois coupable de quelques erreurs inhabituelles, a débordé son compatriote chaque fois qu’il accélérait. Sa longueur de balle, notamment en retour, et la lourdeur de ses frappes, ont très souvent écœuré Carreno Busta, qui a assez vite baissé pavillon.

Rafael Nadal lors de son match face à Carreno Busta, au Masters de Rome, le 16 septembre 2020

Crédit: Getty Images

Avec des stats très propres (20 coups gagnants pour 11 fautes directes, 12-28 du côté de Carreno Busta), Nadal n’a donc pas traîné pour obtenir son ticket au 2e tour. Et s’il faudra attendre une opposition plus coriace pour confirmer, ses adversaires sont déjà prévenus : la pandémie et le confinement n’ont pas l’air d’avoir, le moins du monde, fait rouiller le roi de la terre.

Masters Rome
Oublié New York, Djokovic reprend ses bonnes habitudes
16/09/2020 À 12:19
Roland-Garros
Blessé, Tsonga zappe Roland et met un terme à sa saison
16/09/2020 À 08:28