Allsport

Federer : "Mon meilleur match"

Federer : "Mon meilleur match"
Par Eurosport

Le 26/04/2008 à 08:30Mis à jour

Désormais lancé à Monte-Carlo, Roger Federer a vaincu David Nalbandian, en quart de finale, qui restait sur deux victoires face au N.1 mondial. Une grande satisfaction, mais surtout un grand soulagement avant de jouer face à Novak Djokovic, pour une trois

Cette victoire face à Nalbandian, est-ce une bonne mise au point pour la suite du tournoi ?

R.F : Oui, je trouvais le premier set très bien aussi. David a joué quelques jeux, quelques points extraordinaires tout le long de la partie. Pour moi c'était une grande satisfaction de pouvoir le battre, surtout avec les circonstances, après avoir quasiment perdu au 2e tour, alors c'est sympa d'avoir tellement bien joué contre Gaël, et maintenant contre David. On s'est déjà tellement affrontés, j'ai déjà tellement perdu contre lui, ça fait du bien de pouvoir le battre, surtout sur terre battue.

Est-ce que c'est un score et un match très important pour la suite de votre saison ?

R.F : Peut-être pour vous, pour moi pas vraiment... C'est vrai, cela me rassure un tout petit peu. Mais j'ai déjà gagné Estoril, c'est déjà une bonne chose, j'ai déjà assez de matches en moi et la semaine prochaine de toute façon je vais m'entraîner, alors un match en plus ou en moins ça ne change pas grand chose maintenant, mais j'espère que je serai encore plus en forme après, à Rome et Hambourg, et à Paris surtout.

Est-ce que votre niveau de jeu vous a surpris ? Là, sur terre, vous avez été très impressionnant.

R.F : Nan ! Moi, j'attends ce niveau de jeu de moi-même, j'attends beaucoup de moi-même... Pas de pouvoir gagner contre des joueurs 130èmes mondiaux au troisième set, mais il faut être prêt pour ça. Tu ne peux pas toujours jouer à ton meilleur niveau, quelquefois le match a un peu moins de rythme, tu joues moins bien ou l'adversaire joue moins bien... Quand tu joues contre quelqu'un qui est dans les 10, qui joue une bonne balle, c'est quelquefois plus simple que de jouer quelqu'un qui est dans les 100 et que tu ne connais pas. C'est pour cette raison que je suis satisfait de ma performance aujourd'hui.

C'est pour vous un match référence sur terre battue cette année ?

R.F : Oui. Les conditions à Estoril la semaine dernière étaient vraiment difficiles, il a fait froid, avec énormément de vent, j'ai joué contre des joueurs classés très loin derrière moi, mais j'ai aussi battu des bons joueurs comme Rochus, Hanescu... Alors, j'étais aussi content de ma performance là-bas. Maintenant, ici, c'est un peu un autre niveau. Les conditions sont beaucoup plus sympas, parce qu'il fait beau, il n'y a pas de vent, tout est toujours plein. C'est vraiment fabuleux, je suis vraiment content d'avoir passé le premier match, maintenant que je joue vraiment bien.

Quels sont vos principaux motifs de satisfaction au niveau de votre jeu ?

R.F : Je trouve que j'ai bien bougé, contre Gaël aussi. J'ai certainement fait quelques changements aussi depuis le début de semaine. J'ai joué certainement avec beaucoup plus d'effets, (contre Ramire Hidalgo, j'ai joué beaucoup trop plat). C'est un match un peu bizarre de toute façon. Je trouve aussi que le revers est très solide, mais je pourrais certainement aussi mieux servir, donc j'espère améliorer ça pour samedi.

En demi-finale, vous jouerez Novak Djokovic, qui a pour l'instant été le meilleur joueur de la saison. Ce sera un match très significatif ?

R.F : Eh bien... il va encore gagner alors on verra (rires). C'est quand même du tennis, on peut toujours gagner et perdre. Moi je pense aussi qu'il va gagner, mais on ne sait jamais. Maintenant, c'est vrai que ce sera sympa de jouer contre lui, surtout sur terre battue. On ne s'est quasiment jamais affrontés ici, donc ça va être intéressant je pense.

On vous a vu faire un signe très fort vers votre clan à la fin match : est-ce que cela signifie que la relation avec José Higueras se passe vraiment bien ?

R.F : Ça va bien, mais ça n'a rien à voir avec mon signe ou quoi que ce soit. Je me suis juste réjoui, c'était quelque chose de normal. Mais, ça se passe bien, oui.

Tactiquement, il vous a donné quand même des solutions pour jouer un joueur comme Nalbandian ?

R.F : Je le connais mieux que lui, Nalbandian ! (rires) Donc il faut oublier ça. C'est moi qui ai eu les expériences contre lui (Nalbandian), et pas lui (Higueras). Jusqu'à présent, je suis content, le trio avec le capitaine et José, ça se passe bien. Lui, il va rentrer après en Amérique, et on verra comment ça continue.

0
0