MS Paris-Bercy, 1/4 de finale :

Richard Gasquet (FRA) bat Andy Murray (GBR) 6-3, 0-6, 6-3
Prochain adversaire : Nalbandian.
Revivez le film du match

MS Paris-Bercy
Irrésistible Nalbandian
04/11/2007 À 18:45

L'éclosion d'un joueur au plus haut niveau, ce n'est pas toujours aussi romantique que la victoire d'un Suédois de 17 ans à Roland-Garros ou d'un Allemand de 17 ans à Wimbledon. En France, où l'on aimerait couvrir de fleurs un nouvel héros, la mode n'est plus à la fleur bleue, mais plutôt au "Richard, fais-toi mal !". Richard Gasquet, biterrois de naissance et parisien d'adoption vient de remporter un des matches les plus importants de sa carrière, vendredi à Bercy. Il a dominé sa peur et son stress pour atteindre les demi-finales du Masters Series de la capitale face à Andy Murray, au moins aussi tétanisé que lui par l'enjeu de la rencontre. Car au-delà de la demi-finale, il y a aussi une éventuelle place dans le plus beau bouquet ATP à décrocher, parmi les huit meilleurs mondiaux, à Shanghai.

Ce quart de finale entre un Français de 21 ans, en quête d'amour auprès de son public exigeant, et un Ecossais de 20 ans, bouillant mais quelquefois hésitant, ne sera pas montré dans les écoles. Pendant trois sets, les deux ambitieux ont joué au chat et à la souris, tant dans l'échange qu'au niveau de la concentration. Murray a commis un nombre affligeant de fautes directes au premier set, Gasquet l'a mollement imité au second tout en perdant complètement son sang-froid et son service. Les spectateurs incrédules du POPB se sont donc retrouvés au troisième set sans savoir à quel espoir se vouer. Le hasard ou la capacité de chacun à supporter la tension a fait que l'Ecossais a été brusquement saisi par la peur de vaincre quand Gasquet a retrouvé du punch dans ses jambes d'abord, puis dans son bras.

Les éclairs de Gasquet

Plus de faux-rythme alors, mais un match engagé, où les frappes sèches de fond de court comme les volées claquées fébrilement, trahissaient la nervosité des joueurs. Gasquet misait beaucoup sur ce tournoi pour effacer sa médiocre performance printanière à Roland-Garros. Murray, blessé pendant trois mois, croyait encore à Shanghai. Chacun le regard tendu vers leur clan (Brad Gilbert pour l'un, Eric Deblicker, Fabrice Santoro et Gérad Houiller), c'est la peur de mal faire qui a guidé leur bras. En début de troisième manche, Murray a donné quelques points qui ont remis Gasquet en selle. "Au premier set, je le domine mais après c'est devenu très difficile, je ne trouvais plus de solutions, j'étais tout mou. J'étais heureux d'avoir pu le breaker au début du troisième ", a confirmé Gasquet. Le match a souvent ressemblé à des percussions de trois-quarts centre pendant le tournoi des VI nations mais ce sont finalement les éclairs de Richard qui auront eu le dernier mot.

"C'était une finale pour Shanghai, donc évidemment la déception est grande", a expliqué Murray qui apprécie ces bagarres. "J'ai dû faire trois mauvais jeux dans toute la partie. C'est plutôt décevant quand on perd alors qu'on a gagné plus de jeux et de points que son adversaire. J'ai eu des occasions mais il a très bien servi quand il en avait besoin. Ce que j'ai fait cette année est incroyable. Me retrouver à un match du Masters après avoir manqué trois mois et demi de la saison à cause d'une blessure au poignet, c'est assez formidable."

Richard Gasquet s'apprête lui à participer à la Masters Cup. Cela n'est pas fait, mais un seul cas de figure pourrait l'en empêcher : la victoire finale de Marcos Baghdatis si le Français échoue en demi-finale. Il a encore le destin entre ses mains. Six ans après l'exploit de Sébastien Grosjean, qui avait réussi à se qualifier pour le Masters à Bercy, le N.1 français peut enfin marcher tête haute à Paris. Il a déjà réussi son tournoi devant un public qui ne demande qu'une chose : le soutenir.

A SAVOIR : Richard Gasquet va disputer sa quatrième demi-finale de Masters Series. Il en a remporté deux sur trois (à Hambourg 2005 et Toronto 2006).

Richard Gasquet est le 5e Français à jouer une demi-finale à Paris-Bercy. Henri Leconte (1986 et 87) Guy Forget (1991 et 92), Arnaud Boetsch (1993) et Sébastien Grosjean (2001) l'ont précédé. Forget (1991) et Grosjean (2001) sont les seuls à s'y être imposés.

MS Paris-Bercy
Gasquet: "Que du plaisir"
04/11/2007 À 17:00
MS Paris-Bercy
Doublé de Nalbandian
04/11/2007 À 16:53